Des profs et des chercheurs, immersion au cœur de la science vivante : une aventure intellectuelle et humaine.

dsc_0878 dsc_0887 dsc_0982

Embarquement presque imminent! De sa plus belle plume, revivez avec Annabelle l’immersion proposée à nos enseignants stagiaires à la station de biologie marine de Concarneau en juillet dernier. Notre future exploratrice polaire vous raconte cette première expérience bretonne dans un article journal de bord. Bonne lecture et bon voyage au pays des chercheurs!

Lundi, 11 juillet 2016, 14h26 : arrivée en gare de Rosporden.

Un peu assommées par le trajet, mes collègues enseignantes et moi-même venons de traverser la France d’Est en Ouest pour avoir l’opportunité de participer, durant trois jours, à un atelier scientifique dédié à la taxonomie et à la systématique de la faune benthique Antarctique.

Trois jours pour s’immerger avec des chercheurs. Trois jours pour en retirer des enseignements précieux sur le fonctionnement réel de la recherche. Une expérience à partager, plus tard, avec nos élèves.

Sur le quai, on nous attend déjà. Guillaume Lecointre, professeur du Muséum National d’Histoire Naturel (MNHN) et Anne Boulet, étudiante en Master de biologie nous accueillent pour nous emmener à quelques kilomètres de là, à la station de biologie marine de Concarneau. On aperçoit aussi nos collègues enseignants et formateurs qui ont participé à la session précédente, un large sourire aux lèvres, visiblement comblés par cette aventure bretonne.

Pas vraiment le temps de souffler, juste le temps de déposer nos bagages dans nos chambres et nous voilà plongées dans un bain scientifique de haut niveau au sein du laboratoire de la station dans lequel s’activent chercheurs nationaux et internationaux, chacun à une paillasse mais tous réunis dans une seule et même petite salle où règne une ambiance à la fois studieuse et dynamique.

On commence à comprendre leur travail : identification de spécimens benthiques, collectés lors des quatre dernières années sur le grand continent blanc par le programme de recherche REVOLTA et antérieurement, la campagne franco-australienne CEAMARC. Un travail titanesque …

Ça parle anglais, ça sent la mer et l’éthanol. J’essaye de me « connecter ».

Nikki Davey est néo-zélandaise et spécialiste des holothuries (ou concombres de mer). Elle me tend un spécimen et me montre minutieusement l’emplacement de petits pieds à ventouse – les « podia » – sur l’animal décoloré par l’alcool, un peu moins beau qu’en vrai, certes, mais étonnant ! Je n’en avais jamais vu de semblable. Une journaliste immortalise l’instant pour un article dans la presse locale, « vis ma vie de chercheuse », qui reflète bien la qualité des échanges entre les chercheurs et les enseignants.

Juste derrière Nikki, Thomas Saucède se concentre sur les oursins tandis que Stéphane Hourdez explore la diversité des annélides. Il y aussi Timothy O’Hara – venu d’Australie pour identifier les ophiures, ces échinodermes au joli nom anglais de « brittle-stars » –, Kirrily Moore, directrice de collection au Muséum de Tasmanie et Jérôme Fournier, spécialiste des plongées extrêmes, indispensable à la collecte des spécimens sous la glace.

Et, tout au bout de cette chaîne de travail ininterrompue, deux gestionnaires de collection, Cindy Dupoux et Anouchka Krygelmans-Sato spécialement débarquées du MNHN qui ont la lourde tâche de répertorier dans la base de données du Muséum, en quelques jours à peine, plusieurs milliers de petites bêtes.

En poursuivant notre chemin, de paillasse en paillasse, on rencontre Stefano Schiaparelli, un spécialiste des mollusques : il sort de ses touques de petits sachets contenant les précieux échantillons, conservés dans l’alcool à 96 %, et nous livre avec enthousiasme les secrets des mollusques antarctiques. Une diversité incroyable ! et une curiosité inattendue : certains ont une coquille très fine, voire absente. C’est que les prédateurs durophages comme les crabes ou les raies – qui ont l’habitude de broyer les coquilles – n’existent pas en Antarctique. Le squelette externe des mollusques est en conséquence très peu développé.

Stefano ne s’arrête plus ! Au pied levé, il nous guide en salle de conférence pour nous en apprendre encore davantage sur ses petites bêtes fétiches. Il nous entretient – in english please – de la diversité de l’ornementation des coquilles, des régimes alimentaires, du mimétisme et de la symbiose chez les classes de mollusques qu’il étudie. J’apprends ainsi que certains d’entre eux sont de véritables bêtes de guerre : un harpon dans la radula qu’ils projettent à l’encontre de petits poissons imprudents…

D’autres, encore plus fascinants, sont capables de mimer l’apparence externe des gorgones, des cnidaires coralliaires vivant sous forme de polypes coloniaux. Le manteau de ces mollusques est ainsi capable de produire de faux polypes rétractiles comme ceux des gorgones ! Une coévolution pour se cacher des prédateurs : ceux dont les patrons de couleur sont les plus proches de ceux des gorgones se font moins manger, se reproduisent donc davantage, etc… la sélection naturelle, quoi !

Et puis je découvre surtout que, malgré un fort endémisme des espèces vivant en Antarctique, des « échappements » sont possibles : en fait, il existe bel et bien un endémisme pour les espèces qui vivent dans les trois cents premiers mètres sous la glace mais celles qui vivent plus profondément peuvent s’échapper de l’océan Austral et gagner l’Atlantique grâce à la circulation thermohaline.

Grisée par cette énergie scientifique communicative, je propose à mes collègues un petit jeu, « trier, ranger, classer », histoire de nommer et caractériser une partie du travail qui se fait ici à Concarneau. C’est l’occasion de mettre les bases à plat pour tous car notre groupe d’enseignants est, à l’instar de la faune benthique Antarctique, très diversifié ! Il compte en effet des enseignants du premier degré, des enseignants en SVT mais aussi en Physique-Chimie. On prend donc le temps de comprendre les trois concepts à travers la manipulation de figures géométriques : trier c’est séparer, ranger c’est ordonner ou bien assigner, classer c’est regrouper. On apprend surtout à ne pas confondre ces opérations.

Deux chercheurs acceptent aussi de se prêter à l’exercice pédagogique. Et là, c’est surprenant : les trois opérations se retrouvent confondues en une seule sans que les chercheurs ne s’en aperçoivent. C’est en les invitant à verbaliser et à reprendre séparément les gestes qui conduisent au tri, au rangement et au classement, qu’ils réalisent l’amalgame opéré. La discussion permet de comprendre que c’est leur pratique et compétence de terrain qui les empêche de distinguer les trois opérations. Sur le terrain, le tri des spécimens est guidé par une connaissance a priori des groupes zoologiques : le tri se superpose donc à une forme de classification sommaire. Il est intéressant de constater comment l’automatisme des gestes professionnels du chercheur, dans un souci d’efficacité et de gain de temps brouille peu à peu la vision des concepts qui sont à la base de son travail. Il en va certainement de même chez l’enseignant, qui dans son travail quotidien répétitif et surprescrit en oublie parfois les fondements de l’exercice pédagogique. La confrontation entre les enseignants et les chercheurs conduit à se réinterroger sur sa propre pratique professionnelle, des deux côtés !

L’après-midi marathon s’achève par l’intervention de Nadia Améziane, directrice de la Station, qui nous emmène dans une salle emblématique, celle qui garde en mémoire les outils, livres et représentations des hommes qui ont compté dans l’histoire de la station. Elle évoque bien sûr Victor Costes, professeur au Collège de France en 1859 qui créa la station de biologie marine de Concarneau, la plus ancienne station marine du monde. On en apprend aussi sur Chabry, qui y pratiqua les premières expériences de base de l’embryologie expérimentale, sur Roche et Forkin qui ont fait prendre à la station un nouvel essor grâce à leurs travaux en biochimie.

Quatre heures à peine viennent de s’écouler, nos cerveaux sont déjà en pleine ébullition et nos yeux remplis d’émerveillement. C’est maintenant l’heure de diner, tous ensemble et avec les chercheurs, autour d’une table très conviviale : éclats de rire, discussions nourries en français et en anglais, le ton est donné !

Les deux jours suivants sont tellement denses sur les plans scientifique et humain qu’il m’est impossible de restituer heure par heure – et dans l’ordre exact– la diversité des travaux auxquels nous avons participés. Le lendemain s’ouvre – comme c’est la coutume chaque matin durant les dix jours de l’atelier – par une conférence scientifique. Cette fois, c’est Thomas Saucède qui se prête à l’exercice et il nous parle de sa spécialité : les oursins. Données, modèles d’étude, prévisions sont les mots-clés.

A travers ses recherches menées à l’observatoire sous-marin côtier des îles Kerguelen, il réalise un inventaire de la biodiversité avec un suivi régulier des échinoïdés à long terme. S’ajoutent des recherches fondamentales en génétique et en physiologie couplées à une modélisation des températures de surface et une projection des données jusqu’en 2100. Thomas a pour objectif de prévoir un modèle climatique à partir de l’évolution de la distribution des espèces d’échinoïdés.

A l’issue des explications de Thomas, je décide de prendre mes collègues en aparté pour une petite discussion autour des conférences auxquelles nous avons assistées depuis hier. Objectif : retenir au moins deux idées-clés pour chacune d’entre elles. Le débat est riche et ouvert : mes collègues n’ont pas une mais dix idées-clés ! Thomas nous rejoint en pleine effervescence intellectuelle. Nous échangeons près de deux heures durant, c’est passionnant. La paléontologie et la géologie s’avèrent être au cœur de son travail, un travail interdisciplinaire donc, et bien sûr collaboratif.

Nous nous emparons ensuite du Passeport Concarneau, un outil de travail pédagogique que nous avons conçu à la Maison pour la science en Alsace dans le but d’initier une réflexion sur ce que nous, enseignants et formateurs d’enseignants, voulons montrer à nos élèves de la recherche scientifique la plus actuelle, celle-là même qui est à l’œuvre sous nos yeux, à Concarneau.

Chaque enseignant s’approprie le petit livret et les idées germent au fur et à mesure que se déroule cette immersion inédite avec les chercheurs. Cyril Gallut, Marc Eléaume et Guillaume Lecointre du MNHN se tiennent à l’entière disposition des enseignants pour répondre à leurs questions et besoins. Chacun bénéficie d’un programme de découvertes sur mesure, en fonction de ses objectifs pédagogiques : certains passent ainsi beaucoup de temps au laboratoire avec les chercheurs et prêtent même main forte s’agissant de répertorier les spécimens dans la base de données informatisée, tandis que d’autres empruntent le circuit de visite du Marinarium, l’atelier de dessin ou encore l’atelier du taxidermiste. Et à chaque fois, les scientifiques racontent, montrent et expliquent avec enthousiasme et passion. On apprend dans la bonne humeur, on rit aussi lorsque Samuel Iglésias nous présente une espèce de baudroie femelle qui peut porter sur son corps jusqu’à une dizaine de mâles quinze fois plus petits qu’elle… Un cas étonnant de parasitisme sexuel, où les mâles sont réduits, dans les cas extrêmes, à une simple paire de testicules fusionnée au derme de la femelle !

Le dernier jour est l’occasion pour les enseignants d’assister à un débat entre chercheurs autour de la construction du futur programme de recherche en Antarctique : Revolta III  (ou peut être un autre nom d’ailleurs, rien n’est encore fixé !). Aspects financiers, besoins logistiques, contenus scientifiques : on est au cœur de la marmite. Il est surtout question de la façon de présenter les questions de recherche auxquelles les chercheurs veulent répondre pour que le projet soit bien évalué et finalement accepté. Ça bouillonne d’idées, ça débat, ça hésite, ça transpire ! Finalement ça ressemble un peu à ce que nous, les enseignants, devons anticiper dans le cadre d’une pédagogie de projet.

Jérôme Fournier nous emmène ensuite en Antarctique, à travers ses photos et son vécu. On a l’impression d’y être : on monte sur l’Astrolabe, on y rêve sur le pont, en charentaises – quand on ne vomit pas – on frôle les icebergs. Et puis, on arrive à Dumont d’Urville et on y fait le tour de la base scientifique, bâtiment après bâtiment. Jérôme partage aussi sa grande passion : la plongée en milieu extrême. Il a fait douze campagnes de plongée : huit en Arctique et quatre en Antarctique. Là, on réalise vraiment à quel point c’est extrême : être capable de plonger jusqu’à 120 mètres de profondeur, dans les eaux froides de l’océan austral est très rude pour l’organisme et demande vigilance, sang-froid et concentration.

La fin de l’aventure approche. Marc Eléaume tient encore à nous donner quelques éléments de connaissance sur l’Antarctique : ses caractéristiques et les idées reçues, démenties par les dernières campagnes océanographiques. Lui, il vibre pour les comatules et imagine déjà, avec l’une des enseignantes présentes, pouvoir en présenter quelques-unes à nos chers élèves alsaciens avant de repartir en mission à Dumont d’Urville. Il en profiterait d’ailleurs pour leur parler de la démarche scientifique… Un projet est en train de naître, en direct, entre l’enseignante et le chercheur.

Au-delà des émotions intellectuelles stimulantes et vivifiantes, il y a les émotions liées aux rencontres entières, sincères et chaleureuses, que mes mots sont bien imparfaits à retranscrire mais qui sont, au fond, celles qui resteront longtemps dans nos mémoires.

Durant ces trois jours, j’ai pu interroger les uns et les autres sur les motivations qui les ont poussés à faire le métier de chercheur et sur les aspects de leur travail qu’ils ont eu envie de partager avec les enseignants. On sent une vraie passion, chez tous, et bien souvent la motivation remonte à l’enfance : «  quand j’étais petit, je jouais avec des legos mais pas pour construire des choses, pour les ranger et les classer » me confie Samuel. Et Cyril, les yeux pétillants qui me raconte : « moi, quand j’étais petit, je voulais être vulcanologue. Ma mère m’a emmené aux quatre coins du monde voir les volcans. Un peu plus tard, vers dix ans, c’étaient les petites bêtes, je faisais de petites collections d’insectes, de serpents, de scorpions. ». Jérôme, lui, adore le terrain : « Je me suis intéressé à la nature depuis l’école primaire. J’ai toujours eu ce goût pour la description, nommer les espèces, les découvrir dans leur milieu, les observer, aller sur le terrain. À l’université, ça a été des rencontres avec des profs qui ont renforcé mon goût de la découverte, du voyage, avec toujours une approche naturaliste, basée sur le terrain »

En les écoutant, je ne peux m’empêcher de penser à Charles Darwin, bien sûr ! Ce sont la même curiosité pour le monde environnant, pour les petits détails de la nature et la même persévérance qui les animent.

Mais à travers les témoignages des chercheurs et des enseignants, ce qui m’a le plus frappé, ce sont les valeurs communes que l’on partage. Evidemment, il y a la quête de connaissances et la satisfaction qu’elle procure. Mais il y a surtout des valeurs humaines fortes qui relient ces deux professions : la capacité à s’émerveiller, l’envie de transmettre, l’envie de créer par le travail collectif, le sentiment d’être valorisé dans son métier à travers le regard de l’autre.

Je repense aux mots d’Hélène, enseignante des écoles, qui m’a fait part, la voix remplie d’émotion, de son « admiration pour les chercheurs » et d’une découverte capitale pour elle au contact de ces derniers : «  je me suis rendue compte qu’ils admiraient aussi mon métier et ça, ça m’a vraiment touchée. C’est une des premières fois où j’ai l’impression que le métier que je fais est valorisé, est reconnu aux yeux de certains, et ce sont des chercheurs. ».

Je repense aussi, symétriquement, aux paroles du chercheur, Cyril Gallut, qui, lorsque je lui ai demandé ce que les échanges avec les enseignants lui ont apporté, m’a répondu : « à titre personnel, ça me fait plaisir de partager. Tous les gens qui sont passés là pendant ces dix jours sont repartis avec une banane pas possible et pour moi c’est le plus beau cadeau. Du point de vue de mon travail, arriver à faire passer les notions qu’on manipule tous les jours demande un retour sur nos pratiques, une vraie réflexion. Et de voir que, lorsque je leur propose des choses, ça fait écho et qu’ils me disent – je fais pareil avec mes gamins (élèves) et ça marche – je me dis que je ne suis pas complètement à côté de la plaque. C’est un retour et des échanges très positifs ».

Après ça, on n’a qu’une seule envie : développer d’autres initiatives de ce genre, où chercheurs et enseignants ont tout à gagner en se côtoyant de près et en se racontant.

Une telle immersion au cœur de la recherche, innovante tant par ses aspects humains et scientifiques que par sa durée, n’aurait pas été possible sans l’engagement et l’audace de celles et ceux qui l’ont imaginée et qui y ont cru, sans l’enthousiasme et l’énergie de tous les participants – enseignants, formateurs, chercheurs et techniciens – mais aussi sans le soutien financier de diverses structures qu’il est important de remercier ici :

les Actions Transversales du MNHN, au titre de l’interface entre les métiers ;

la direction de la recherche du MNHN ;

l’UMR 7205 “Institut de Systématique, Evolution et Biodiversité” (CNRS-MNHN-UPMC-EPHE) ;

la Société des Amis du Muséum ;

la Maison pour la science en Alsace ;

la Zone Atelier Antarctique de l’INEE du CNRS ;

Avec le soutien de la direction des collections du MNHN ;

le département Milieux et Peuplements Aquatiques ;

la boutique Saint Hilaire Bio et la société Bonneterre qui nous ont offert les petits déjeuners et les pauses cafés conviviales.

Il reste à dire quelques mots sur la suite de cette aventure.

Le rapprochement du monde de la recherche et de celui de l’enseignement va se concrétiser dès la rentrée 2016 par la mise en œuvre, dans les classes, de projets pédagogiques interdisciplinaires sur la recherche en Antarctique*. Quant à moi, je vais en quelque sorte enrouler le fils d’Ariane qui a été déroulé ici à Concarneau en me glissant dans les malles des chercheurs : direction la Terre Adélie, en décembre 2016, pour récolter de nouveaux spécimens et raconter le travail des chercheurs sur leur terrain… givré.

Nadia, Cyril, Guillaume, Marc, Jérôme, Thomas, Samuel, Stéphane, Cindy, Anouchka, Anne, Nikki, Kirrily, Tim et Stefano : on revient quand vous voulez et promis, on vous aidera à trier les nouvelles petites bêtes !

*Action de développement professionnel « Embarquez en Antarctique », proposée par les Maisons pour la science en Alsace et en Bretagne et soutenue par l’IPEV et le MNHN http://www.institut-polaire.fr/embarquez-antarctique-offre-de-developpement-professionnel-lenseignement-sciences/

http://www.maisons-pour-la-science.org/node/10305

Retrouvez ici la page média de la Maison pour la science en Alsace :  Les médias sont venus nous rendre visite à Concarneau

Annabelle Kremer, formatrice pédagogique,

Pour toute l’équipe de la Maison pour la science en Alsace.

Merci à Jean Daniel Hihi, Elena Iuliani, Mélodie Faury, Emmanuel Baroux et Virginie Lanno.

carte-postale

 Crédits Photos (de gauche à droite)E.Iuliani: Tim O’Hara et Kirrily Moore à la paillasse, sous les regard attentifs de Colette, formatrice ESPE et de Corinne, professeur des écoles dans le Haut-Rhin.Thomas Saucède au microscope, les réserves d’échinoidés conservées dans l’alcool ne sont jamais loin. Vue ensoleillée de la station de biologie marin de Concarneau.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 mai 2017

    […] aujourd’hui. Le souvenir qui lui revient tout de suite à l’esprit ? C’est sans hésiter l’expérience vécue à la station de biologie marine de Concarneau. « L’un de mes meilleurs souvenirs reste […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.