Les sciences à l’école en réseau d’éducation prioritaire, un vrai plus.

Pigmenter votre classe!

Pigmenter votre classe!

 

A la Maison pour la science en Alsace, l’égalité des chances est une priorité. C’est pour cela que l’offre de développement professionnel propose des actions accompagnées à destination des réseaux d’éducations prioritaires (à l’école primaire et au collège) aussi bien dans le Bas-Rhin que dans le Haut-Rhin. Ces formations répondent aux besoins et s’adaptent à ces enseignants de REP+, en créant des liens entre les objectifs pédagogiques et la démarche d’investigation en sciences. 

« La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République en a défini l’objectif : ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France. La refondation de la politique d’éducation prioritaire est généralisée à la rentrée 2015.  » source: Site Education nationale.

Le groupe REP+ de Strasbourg, chimie des couleurs et du langage

Quel est l’enjeu pédagogique? Maitrise de la langue à l’oral et à l’écrit à l’école primaire

Qui est concerné? 40 enseignants de 3 écoles élémentaires – 2 enseignantes de collège (SVT)

Cycle: 2 et 3

Ou? Meinau, Strasbourg

Thématique abordée: Pigmentez votre classe! (Chimie)

Dans le Bas-Rhin, pour la circonscription Strasbourg 1, les besoins ont émergé du terrain lui-même. Comme dans beaucoup de REP+, les enseignants sont en demande de formations permettant une approche adaptée de la maitrise du langage tant bien oral que écrit. C’est donc en partant de ce constat que l’inspectrice de la circonscription, Madame Malard, a créé des groupes d’enseignants issus de trois écoles élémentaires cycle 3 et 2.

C’est alors 40 enseignants qui ont découvert le programme sur les pigments construit par la Maison pour la science en Alsace et porté par Tierno Sissoko, enseignant à l’école de la Canardière à la Meinau mais aussi formateur associé à la Maison pour la science. En terrain familier, au sein même de l’Ecole Fischart, l’action débute et dévoile son originalité : les enseignants vont « Pigmenter leurs classes! ». Chère au projet des Maisons, la démarche d’investigation en sciences proposée est de comprendre avec sa classe comment peut-on extraire des pigments à partir de végétaux. Le formateur profite de l’expérience pour développer avec les stagiaires les verbes d’actions et la mécanique langagière autour de la manipulation en sciences.  Comme toutes les actions proposées à la Maison, un approfondissement scientifique issu directement du terrain de recherche est apporté (dans ce cas précis par la présence et l’intervention de Claire Bernardon, doctorante à la faculté de chimie qui aborde la question des structures moléculaires des pigments naturels). La journée de formation se complète ensuite d’un rendez-vous quelques semaines plus tard, afin de faire le point  sur ce que les stagiaires ont pu appliquer avec leurs élèves, et ce qui peut être amélioré. Cette dynamique encourage l’adaptation des contenus proposés lors de la formation, les échanges entre pairs mais également la réflexivité de l’enseignant. D’autres moments peuvent aussi consister en des échanges de mails avec le formateur référent qui suit le groupe et assure le suivi et la gestion des difficultés rencontrées. Afin de suivre une véritable démarche de projet, les productions avec les élèves sont vivement encouragées. Les retours des enseignants sont positifs et soulignent bien l’originalité de l’approche par les sciences, avec des thèmes ludiques pour la classe comme les pigments, mais aussi la possibilité de renforcer la participation des élèves et des parents, et de faciliter le travail en groupe.

Le groupe REP+ de Mulhouse, recherche-action et veilleurs de science.

Recherche-action:

Quel est l’enjeu pédagogique? Maitrise de la langue à l’oral à l’école primaire

Qui est concerné? 60 enseignants (20 de chaque cycle)

Cycle: 1, 2 et 3

Ou? Mulhouse 1

Thématique abordée: « Du laboratoire à la classe: La place de l’oral en science »

Ce groupe mulhousien, créé à l’initiative de l’inspectrice Madame Ganzitti, exploite la problématique du langage oral en classe à travers l’art, l’EPS, l’éducation civique et morale et par la science. C’est cette dernière partie que la Maison pour la science en Alsace va animer avec sa formatrice associée, Marie-Anne Marrière. Les temps de formations dédies sont consacrés à la maîtrise de démarche d’investigation, le travail en groupe et la création de nouvelles séquences. Les stagiaires apprennent à renforcer la maîtrise de la langue par les sciences, et établissent un parallèle entre pratiques orales et écrites de la recherche scientifique et celles de la classe.
C’est aussi l’occasion de découvrir des supports de travail pour s’inspirer et former le jugement et l’esprit critique des élèves. Ceci consiste aussi à travailler avec le cahier de science et à développer des pratiques orales autour des sciences avec les élèves . Les enseignants sont ensuite invités à tester les nouvelles séquences acquises lors des formations en classe, puis se retrouvent à nouveau pour auto-analyser ces essais et échanger avec leurs pairs pour optimiser leurs enseignements sur le thème. C’est ce cycle de rendez-vous qui définit la « Recherche-action ». Une démarche réflexive qui invite à se former à l’esprit critique et à prendre du recul sur ses pratiques.

FAIRE-ANALYSER-TESTER, la boucle de la recherche action.

Veilleurs de sciences

Quel est l’enjeu pédagogique? S’ouvrir à la culture et au débat scientifique, apprendre à distinguer sciences et croyances

Qui est concerné? 18 enseignants (1 « veilleur » par école)

Cycle: 1, 2 et 3

Ou? Mulhouse 2

Thématique abordée: La veille scientifique, amener les enseignants à parler de sciences

C’est Dominique Richert, conseiller pédagogique,qui est à l’origine de ce projet. Avec Marie-Anne Marrière, les actions de 3H se déroulent en deux temps: Une partie pour bien comprendre comment trouver et valider une information par rapport à un sujet scientifique d’actualité ou non, et un deuxième temps pour mettre en forme cette recherche. Les enseignants produisent ensuite des fiches de lecture qui résument l’essentiel des sources utilisées  (Titres, mots-clés, résumé…). En assurant un bon rythme de publication de ces fiches, (publiées sur le site sciences68 notamment), l’enseignant est plus à l’aise quant à l’actualité scientifique et ses débats, et peut plus facilement assurer un lien entre la science, ses pairs et sa classe.

La veille scientifique se propose de   faire évoluer la « posture de l’enseignant » dans la diffusion  de connaissances scientifiques. Eveiller l’attention des enseignants sur les découvertes, les progrès, les faits scientifiques et leurs enjeux; dépasser le cadre de la leçon; positionner les enseignants en tant que « passerelle » entre la société et l’école; proposer des outils accessibles à chaque enseignant pour parler de « sciences »; inciter à la culture scientifique par un affichage évolutif en classe ou dans un lieu identifié de  l’école. D.Richert

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.