Extrait de lecture – Les nouvelles solitudes – Le paradoxe de la communication moderne, M.-F. Hirigoyen

9782501085526Un extrait de ma dernière lecture. Et toujours l’envie de lutter contre, résister, si possible collectivement, même s’il s’agit de micro-collectif… Car c’est de tels contextes que se nourrissent les violences ordinaires, normalisées, au travail. Et la souffrance qui va avec. Pas de trace de déontologie, d’éthique… Mais narcissisme, incapacité de considérer l’autre, mensonges, absence de loyauté, hypocrisie et fins au-delà des moyens. Et cela décrit des réalités vues et vécues.

« La dégradation du travail rend la réussite professionnelle de moins en moins dépendante de la compétence et beaucoup plus de la chance ou de l’opportunisme. il ne suffit plus désormais de travailler et d’apporter de bons résultats, il faut aussi se montrer, se faire mieux apprécier, faire marcher son réseau. Ce qui compte, c’est l’apparence et la visibilité plus que le rendement et l’efficacité, c’est un carnet d’adresse bien rempli plus que le talent. Ceux qui ne veulent dépendre de personne le paient souvent très cher.

Une autre qualité essentielle demandée au travail est l’adaptabilité : il faut savoir rebondir malgré les échecs, ne pas se remettre en question et attribuer la responsabilité de ses erreurs aux autres. Il faut également laisser de côté son empathie, être suffisamment agressif pour tuer symboliquement ses amis et ses ennemis, être capable de mentir pour obtenir un marché. Dans ce « jeu », ceux qui ont un moi hypertrophié réussissent à s’imposer mieux que les autres.

La règle actuelle est qu’il faut être dur dans un monde de durs, ne pas hésiter à liquider l’autre s’il est un obstacle à votre réussite. Des émissions comme Le Maillon faible mettent en spectacle, voire justifient, le harcèlement moral : il ne s’agit pas tant d’éliminer le concurrent le plus faible que de se débarrasser du plus fort, celui qui pourrait être votre concurrent direct. Dans un tel contexte, si on veut exister, surnager, il peut être tentant d’utiliser des procédés déloyaux, de se réhausser aux dépens de l’autre par des procédés pervers. C’est pourquoi on assiste depuis les années 1980 à une montée des agissements de harcèlement moral, dans le monde du travail comme dans la vie privée. »

M.-F. Hirigoyen, Les nouvelles solitudes, p. 131-132


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search