Construire une réflexion collective le temps d’un colloque

Snapchat-1564904499120231457

Salle Fustel de Coulanges, Palais universitaire.

***

DSC_0979

Aula du Palais universitaire de Strasbourg

Le 13 et 14 octobre dernier, La Maison pour la science en Alsace invitait son réseau et ses partenaires à l’occasion d’un colloque de réflexion autour du développement professionnel en science des professeurs. L’objectif  de cette rencontre était de créer un espace à la fois temporel et physique pour exposer et échanger sur l’ensemble des activités menées depuis 2012 par les Maisons pour la science. Ces deux jours ont ainsi permis de caractériser, contextualiser mais aussi légitimer ce que les Maisons mettent en place en terme de développement professionnel en sciences.

Cet événement s’articulait entre des moments de plénières et d’ateliers thématiques, les thèmes ayant été préalablement établis par les équipes du réseau des 9 Maisons. Afin que ces moments d’échanges productifs laissent des traces à long terme, des comptes-rendus des échanges ont été réalisés par les groupes.

Cet article propose une vue d’ensemble des interventions et des échanges qui ont eu lieu lors de ces deux jours.

Un réseau représenté, actif et soutenu.

« 15 000 professeurs touchés en 3 ans, et 700 actions déjà menées au sein du réseau des Maisons pour la science, grâce au soutien fondamental des Universités et des Rectorats en régions, incarné sur le terrain par l’implication et l’engagement de formateurs pédagogiques et scientifiques compétents et dynamiques, pour donner corps aux piliers du projet : démarche d’investigation, sciences vivantes, co-construction entre universitaires et enseignants, et avec l’entreprise. » Extrait de la note d’introduction du mercredi 14 octobre d’Eric Westhof, Académie des sciences

Afin de représenter les intentions motrices des porteurs régionaux du projet des Maisons, M.Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg et Mme Anne Strasser responsable de la DAFOR et représentante à cette occasion de Monsieur le Recteur de l’Académie de Strasbourg, étaient présents pour s’exprimer sur le projet et les enjeux du développement professionnel en sciences des enseignants.

DSC_0997

Intervention de M.Alain Beretz

DSC_0958

De gauche à droite: Y.Beerneart (Educonsult), A.Strasser (DAFOR), M.Faury (Maison pour la science en Alsace)

La question de la formation continue des enseignants n’est pas chose nouvelle, des études existent déjà à ce sujet. Ces rapports constituent un état des lieux sur ce qui se fait, et sur ce qui a été évalué ailleurs en Europe notamment. Cette ouverture sur l’extérieur été représentée à l’occasion du colloque par Yves Beernaert, qui a reprenait les analyses de Francesca Caena professeure à l’Université Ca ‘Foscari de Venise et consultante sur les sujets d’éducation pour la Commission européenne. Mme Caena mène un groupe de travail sur la politique de l’école et la formation des enseignants. Ses intérêts professionnels et de recherche couvrent des études comparatives sur la politique européenne concernant la formation initiale, continue et en ligne des enseignants ainsi que l’apprentissage dans les communautés professionnelles. Son rapport de 2011 « Literature review Quality in Teachers’ continuing professional development » à la Commission européenne mène une expertise rigoureuse sur les caractéristiques d’un développement professionnel de qualité pour les enseignants, à échelle européenne.

DSC_0963

Intervention de Y.Beerneart

 

« Nous allons vers une perspective continue de la profession enseignante : c’est un voyage professionnel continu et permanent, non une destination. Des environnements d’apprentissage collaboratifs qui créent des connexions dans des situations professionnelles tout au long de la carrière enseignante  » Extrait de la présentation traduite de F. Caena, au sujet du développement professionnel.

Une des dimensions clé du réseau est la dimension partenariale. En effet, la diversité de ces partenaires facilite l’ouverture du développement professionnel, en permettant d’élargir le champs des expériences. Les représentants de ces partenaires étaient présents et ils sont revenus sur ce qu’apporte leur contribution aux formations.  L‘IREM, représenté par sa directrice Mme Josiane Nervi-Gasparini, nous a accueilli dans une des salles de conférences de l’IRMA et a parcouru les enjeux et intérêt réciproque d’un partenariat entre les Maisons et les IREMs. M. Bernard Bloch, notre interlocuteur privilégié chez EDF (Electricité De France), nous a offert un beau retour sur les actions co-construites en partenariat avec EDF, et a souligné l’importance d’intégrer le monde de l’industrie pour une formation en sciences complète, appliquée, et cela à travers le prisme des métiers qui font vivre l’industrie. Nous avons également entendu un témoignage de Mme Colette Schatz formatrice à l’ESPE de Colmar, et chargée de mission à la Maison pour la science, dans le cadre du partenariat Maison-ESPE. Mme Schatz s’occupe de monter et d’animer avec la Maison pour la science, les « Moments de sciences pour mettre la main à la pâte ». Ce format expérimental et rafraîchissant est spécialement conçu pour prendre le temps d’un moment de science après la classe, en début de soirée, et cela sur des sujets de sciences variés et adaptés à l’enseignement du premier degré.

Le développement professionnel, une notion dynamique:

David Jasmin, directeur de la Fondation La main à la pâte, est revenu sur le projet des Maisons pour la science, et sur la conception du développement professionnel développée au sein du réseau national. Il a rappelé les fondements des actions des Maisons dont les missions sont de permettre aux professeurs de primaire et de collège de faire évoluer leurs compétences professionnelles tout au long de leur vie. Cette évolution cependant doit s’accorder avec l’avancée rapide des savoirs, s’ouvrir à d’autres disciplines, favoriser les échanges entre pairs, mais aussi être en phase avec la société et ses problématiques.  C’est donc un contrat en constante dynamique que les Maisons pour la science respectent au fil de leurs actions.

C’est aussi la mobilisation d’une ingénierie de formations qui doit faire appel à différentes modalités complémentaires : que ce soit seul et en interaction, en présentiel et à distance, lors de situations formelles ou informelles, en classe ou hors de la classe.

« Nous devons permettre aux professeurs d’acquérir une culture visant l’autonomie et la prise en main de leur propre développement professionnel : reconnaissance de leurs besoins, choix d’actions et de parcours cohérents impliquant un réinvestissement dans les classes, etc » D. Jasmin

DSC_1028

les Atelier de travail sur le thème de la co-construction

Le développement professionnel en sciences comme on l’entend au sein des réseau des Maisons pour la science requiert donc une série de critères. Chaque structure construit ses actions dans le respect de ces modalités, mais toutes les équipes ne possèdent pas le même contexte de travail. Les ateliers ont permis à ces équipes de se mélanger pour faire le point, et définir ainsi ensemble différents thèmes « piliers »qui font la spécificité des activités des Maisons.

Les 6 thèmes discutés lors des ateliers:

• Co-construction/co-intervention/co-évaluation
• Communauté d’apprentissage (présentielle ou à distance) & travail collaboratif entre pairs ;
• Parcours de développement professionnel ;
• L’interdisciplinarité dans les formations, au service du développement professionnel ;
• Les formation de formateurs et spécificité des Maisons pour la science
en développement professionnel ;
• Les formations et leurs modalités.

DSC_1014

Atelier de travail sur l’interdisciplinarité

« L’idée de communauté d’apprentissage c’est l’ analyse par soi-même et par les pairs. La communauté d’apprentissage nécessite de créer les conditions de la confiance mutuelle. Trouver la source de motivation la meilleure pour amener les enseignants à travailler ensemble. » Extrait de compte-rendu du groupe de travail « Communauté d’apprentissage« .

Le colloque a été également l’occasion de souligner l’importance d’un enseignement des sciences adapté afin de devenir un citoyen responsable et éclairé, grâce à l’intervention de M. Yves Beernaert du cabinet Educonsult. Pour faciliter l’essor de cet enseignement des sciences innovant, M.Beerneart a défini le développement professionnel et l’accompagnement des enseignants comme étant un à la fois droit et un devoir.

Enfin, après deux jours d’observation et d’immersion pendant le colloque, Mme Béatrice Salviat directrice adjointe de la Fondation Main à la pâte a conclu et résumer l’ensemble de ces interventions et le dynamisme présent lors des ateliers. Elle a proposé sa définition en regroupant les réflexions menées lors du colloque. Selon ses mots, le développement professionnel est donc le produit d’une inter-dépendance entre le vécu personnel, le vécu professionnel et l’organisation de l’institution. Il consiste en un processus d’apprentissage épanouissant et un processus d’actualisation des connaissances provoqués par la mise en œuvre d’activités particulières. Il permet d’acquérir des compétences qui augmentent l’efficacité au travail, à terme bénéfique aux élèves. Il a également une dimension constructiviste (« apprendre en faisant »).

C’est parce que l’enseignement scientifique et général est porté par l’humain et l’institutionnel, dans des contextes divers, que cela en fait un environnement à la fois passionnant et complexe. Maintenir des événements d’échanges et de réflexivité entre les acteurs d’un nouveau développement professionnel, comme ce colloque, assure la mise à jour et le consortium qui posent les enjeux et les problématiques autour de ce sujet.

D’autres rencontres de réseau des Maisons pour la science sont programmées pour cette année 2015-2016.

baniere logos


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.