Se mettre en action – Retour d’enseignements

Je suis intervenue aujourd’hui dans le cadre des Humanités scientifiques de Science Po Reims, organisé et pris en charge par Livio Riboli-Sasco et Claire Ribrault. Le public est composé d’étudiants anglophones et francophones de 1ère année, et le cours se déroule en anglais.
J’ai commencé par aborder la question de la diversité de perspectives selon lesquelles il est possible de considérer la science comme un objet d’étude, et selon lesquelles se structurent les STS (Science and Technological Studies)1

Cette partie du cours, je l’avais aussi utilisée l’année dernière, mais dans un contexte déjà plus construit d’interaction, où les moments de « top down », apports relativement denses de contenu, surtout pour des étudiants étrangers et anglophones, ne viennent pas mettre en danger une dynamique d’implication et d’interaction toujours fragile au démarrage d’un cours.

C’était donc je pense une erreur de ma part de construire le cours selon cette progression et a posteriori j’aurais pu poursuivre un peu plus dans le dialogue entre émergence de pré-conceptions, ancrage dans leurs actualités quotidiennes et apport de contenu pour répondre à une question commune posée comme point de départ.

La présentation de la structuration de la recherche française m’apparaît à présent insuffisamment problématisée, en tout cas dans le cadre de la construction d’un intérêt réel chez les étudiants (« comment est organisé la recherche française, quelles sont ses particularités ? »).

J’ai fait une pause. Il me semblait que j’avais perdu mon auditoire. Enfin peut-être que non, les regards étaient bien là, présents.  L’attention aussi. Mais la salle me paraissait trop silencieuse. Cela ne m’intéresse pas d’entendre uniquement le son de ma voix. J’avais en fait remis les étudiants dans une posture d’apprenants passifs : j’écoute, je prends des notes. Je vais mon “travail” d’élève, ce qui est le plus souvent attendu.
Mon objectif, au contraire, était de m’appuyer autant que possible sur leurs questionnements, mais soit qu’ils n’exprimaient pas, soit qu’il n’avaient plus. Ils recevaient l’information sans y réagir.

J’ai donc fait une pause.

A leur retour, j’ai rebondi sur l’état de fait identifié précédemment de la méconnaissance des étudiants de l’existence de ressources numériques à leur disposition pour qu’ils puissent composer une veille personnalisée et pertinente sur les questions qui les intéresseraient, en focalisant principalement sur les ressources scientifiques disponibles (MOOC, flux RSS, carnets de recherche et blogs scientifiques, partage de liens sur Twitter par des chercheurs, actualités spécialisées des principaux). En insistant sur les manières d’identifier la pertinence d’une ressource, d’une source.
J’en ai profité pour évoquer le MOOC (Massive Open Online Course) de Bruno Latour, « Scientific Humanities, qui commence le 10 février 2014 (sur le site FUN – France Université Numérique).


FUN-MOOC : Scientific Humanities par fr-universite-numerique

J’ai également sondé dans l’assistance leur éventuel intérêt, préalable au cours, pour les sciences, en tant que contenus ou pratiques. Les retours étaient clairs. Il n’y avait parmi eux pas spécialement d’intérêt, pas plus que pour d’autres questions de “culture générale” même parfois un réel désintérêt. Pour les sciences “dures”. Pour les sciences humaines et sociales c’était différent.

J’ai alors demandé à tous de réfléchir à la question suivante : « où est la science dans votre vie ? »
Les réponses ont mis en évidence qu’elle était très présente : dans leur quotidien personnel, dans leur future vie professionnel. Ils ont affaire à des scientifiques très fréquemment (lien aux techniques, au médical notamment) et devront travailler avec eux plus tard, dans leurs futures professions.

Note d’intention Humanités scientifiques de B. Latour

Note d’intention Humanités scientifiques de J.-M. Besnier

Note d’intention du cours Humanités scientifiques L. Riboli-Sasco & M. Faury

Puis nous sommes partis déjeuner.
J’en ai profité pour lister les problèmes que je venais de rencontrer :
– intérêt insuffisant (malgré quelques questions, mais toujours des mêmes étudiantes)
– signifie que je n’ai pas réussi à construire cet intérêt s’il n’existait pas a priori
– les étudiants conservent leur posture passive (ce qui me perturbe dans la mesure où le cours est pensé comme étant co-construit avec les étudiants, à partir de leur questionnements et de la dynamique de groupe)
– comment mettre en mouvement leur questionnement ?
– comment les mettre en action ?
=> les faire adopter une démarche, les mettre en enquête, en investigation, par groupes de deux

Au retour du déjeuner, j’ai laissé tomber ce que j’avais préparé avant de venir, pour les mettre enfin véritablement en action. Pour leur faire expérimenter la mise en questionnement personnelle et collective. Nous avions abordé la question de l‘open science le matin même et je leur ai donné le travail d’enquête suivant, focalisant sur la démarche plutôt que sur le résultat (choix épistémologique) :

Point de départ : qu’est-ce que l’open science ?

Quelles sont vos hypothèses de départ à ce sujet ?

Comment les tester ?
Envisagez-vous des expériences ? Des entretiens ?

Quels types de ressources allez-vous utiliser ? Comment s’assurer de leur pertinence ?

Comment pouvez-vous présenter et expliquer la méthode que vous avez choisi pour répondre à cette question ?

Pourquoi est-elle pertinente ?

Ils se sont prêté à l’exercice, la salle était en ébullition et j’ai entendu des échanges très intéressants en termes de questionnement et de démarche.

Exemple de travail effectué par les étudiants

What is open science ?

STEP 1 Dissect the question + articulate instinctive assumptions+ brainstorm → Emit a hypothesis

Here our assumptions would be that ¨Open¨is opposed to ¨closed¨ – hence that open science is something that has general and socially diffuse properties

STEP 2 Doubt what one would assume as « evident » about the subject

Here, we shall admit that our assumptions and our hypothesis have to be tested because they may be flawed or incomplete and we may have neglected what broader elements are implied by the question.

STEP 3 Look for a definition and general information, using online resources such as google scholar, journals…

Why online? Access to a broad definition is mostly free, quick and contributions are plentiful and the sources are varied

Look for journalistic wide opinions/accounts of the matter

STEP 4  Use quantitative methods for testing and precision

ex: analyze empirical data/surveys to gauge e percentage, for example, of the population who is in contact with science or collect data on how/by whom science is funded and communicated. Look for what institutions are channelling/supporting (or not) open science.

→ make sure to cite

STEP 5 Conduct a qualitative study

ex: design an interview with someone working on the subject/opposed to/a proponent to « open sciences » so as to verify our hypothesis from “inside” of the field

→ Make sure to provide documentation for the experiment to be reproduced

→ Inform on the context of the experiment (who was interviewed? When?)

Precautions to be taken to verify if the resources re “valid”

  • Take into account the subjectivity of certain actors involved

  • Be careful with legitimacy of sources

  • Be careful that they are not outdated

L’idée était de développer une démarche proche du questionnement de recherche sur la science / la recherche en contrepoint d’un travail similaire qu’ils pourront ensuite mener avec les intervenants du cours des séances suivantes, sur un objet de recherche en sciences expérimentales.
Nous avons ensuite mis en commun. Deux groupes ont expliqué leur démarche à l’oral.

Mon objectif était de leur démontrer, par l’expérience vécue d’une situation :
– que même s’il n’avait pas d’intérêt préalable pour l’open science et ses enjeux, ils ont réussi à s’approprier la question proposée, en la reformulant, en la précisant, en la délimitant ;
– que sur n’importe quelle question, ils pourraient être capables, s’ils le souhaitent et le travaillent, d’identifier les sources pertinentes, de les croiser pour se faire une idée argumentée et appuyée sur des références ; (forme d’autonomie ou d' »empowerment »)
– que le fait de travailler par deux à cette question provoque une mise en action, une prise de recul et une reformulation des questionnements et des hypothèses que la réflexion silencieuse ne permet pas de la même manière (réflexivité par l’autre)
– que même si l’intérêt ne préexiste pas, il peut se construire par une forme d’implication, qui peut être permise par l’enseignant, mais qui doit être saisie par l’étudiant2.

A suivi une discussion sur les formes d’apprentissages scolaires, et sur le top down versus bottom up.

Puis nous avons regardé le début de l’intervention de M. Nielsen (TED). « Open science now ! »
Je leur ai demandé de garder au préalable en tête la définition qu’ils venaient d’expliciter pour poser leurs hypothèses de départ, afin de la comparer à celle utilisée par M.Nielsen, pour identifier ce qui diffère, ce qui peut les étonner. Ce point de référence étant nécessaire pour les mettre en action plutôt que de recevoir une seule perspective sur la question, il avait auparavant déjà un point de vue à tester, à croiser, le leur, fait de leur conception spontanée, préalable de « l’open science ».

Ils ont ainsi été surpris de constater que l’open science présentée concerne essentiellement le travail entre pairs, ont perçu le changement de conception du métier de chercheur que cela peut impliquer, les enjeux en termes de publication et les liens problématiques avec l’idée de « publish or perish« . Nous avons ouvert la discussion sur la question des sciences participatives, de la transformation plus globale des relations science-société induite par ce type de mouvement d’ouverture de la recherche, sur les enjeux financiers des modèles économiques de publication qui sont expérimentés ou réinventés actuellement, etc. J’avais des documents à leur proposer sur certaines de ces questions.

J’ai finalement senti (attitudes, interventions) une implication importante et un questionnement en marche chez un bon nombre d’étudiants en fin de séance.

J’ai appris beaucoup de cette nouvelle situation qui me permettra je pense et l’espère, amorcer plus tôt cette réelle implication. Les postures, les réflexes, d’enseignants et d’étudiants reviennent souvent au galop, d’où l’importance de les expliciter pour les questionner et adopter les différentes formes de relations étudiants-enseignants en regard des objectifs que l’on se fixe pour une enseignement, une séance donnée.

  1. VINCK, D. (2007) Sciences et société – Sociologie du travail scientifique)) permettant d’interroger la recherche comme pratiques, institutions, individus et collectifs, etc. Nous avons ensuite considérer les questions de l’organisation de la recherche en France, des valeurs/idéaux de la recherche (de manière transversale), de la démarche scientifique au sens très large, du fait de se mettre « en action de questionnement », en investigation/ enquête à partir d’une question que l’on s’approprie, des différentes manières de parler et de définir ce qu’est la science, de la démarche des STS.

    Je souhaite, à l’occasion du trajet en train qui me ramène vers Strasbourg, revenir sur l’expérience vécue de ce cours et sur la manière de s’investir (ou non) des étudiants au fil de la journée (de 9h30 à 15h).

    Aucun des étudiants n’utilisant Twitter, je n’ai malheureusement pas pu relancer une nouvelle expérimentation d’interactivité dans ce sens, comme nous l’avions testée dans un grand amphithéâtre avec Livio Riboli-Sasco lors de nos enseignements à Science Po Paris.

    J’ai démarré mon cours en m’appuyant sur leurs réponses de ce qu’est la science, sur les définitions que certains ont accepté de partager avec le groupe : nous avons ainsi, et également à l’aide de diapositives que j’avais préparées, parcouru un ensemble de formes culturelles, de contextes différents où l’on parle de science, pour ensuite focaliser notre attention plus spécifiquement sur la science en tant que métier, et en particulier sur le contexte et la structuration de la recherche publique française. ((« Management de la recherche – Enjeux et perspectives » – (2007) sous la direction de Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, Editions De Boeck []

  2. la question est celle de l’enjeu de construire un intérêt dans un domaine qui ne les intéressent pas a priori, pour éviter une situation d’enseignement qui m’apparaîtrait sinon comme artificielle []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search