Retour sur la soirée de lancement du projet “Embarquez en Antarctique!”

collage

Crédits: G.Lecointre@MNHN – I.De Véricourt & E.Iuliani@MSA

La Maison pour la science en Alsace (MSA) et en Bretagne au service des professeurs et ses partenaires ont eu l’honneur de vous inviter au lancement d’un incroyable projet à la découverte de la recherche scientifique en Antarctique. A la croisée des mondes et des disciplines, La Maison pour la science va missionner une enseignante pour un voyage d’exploration scientifique en milieu extrême. Elle embarquera avec elle des projets pédagogiques de professeurs pour exploiter des données de terrain avec les élèves. C’est une odyssée riche et longue qui s’annonce, et qui a démarré avec cette rencontre grand public plus chaleureuse que jamais avec les équipes scientifiques partenaires, familières des terres australes.”

C’est parti! Notre projet un peu givré a officiellement été lancé lors d’une soirée qui a rassemblé notre équipe, nos partenaires et des enseignants candidats. C’est à l’Atrium, au sein du campus Esplanade, animé par l’ouverture du festival Ososphère, que nous avons présenté toute la diversité disciplinaire qu’offrent les activités scientifiques sur le continent Antarctique. L’occasion pour notre équipe de repréciser les intentions du projet et ses modalités.

***

Prochaines dates clés du projet:

11 décembre 2015: Commission de sélection des projets.

26 avril 2016 : Journée de formation dans le cadre du PAF (Plan Académique de Formation).

***

Les représentants de l’Université de Strasbourg et du Rectorat nous ont fait l’honneur d’introduire cette soirée de lancement, en ré-appuyant l’importance d’initiatives nouvelles comme “Embarquez en Antarctique!”:

« Avec la Maison pour la science, nous sommes en contact avec la recherche et de ses résultats, c’est une initiative tout à fait extraordinaire que cet « Embarquement en Antarctique » Hugues Dreyssé, Directeur du Jardin des Sciences et Vice-Président de l’Université de Strasbourg

« Les connaissances sont à construire, il y a une science en marche, une recherche en train de se faire et les enseignants peuvent à leur mesure y participer par l’intermédiaire d’un projet comme « Embarquez en Antarctique !» Joelle Pugin, Inspecteur d’Académie -Inspecteur Pédagogique Régionale SVT

Suivez le guide!

Pour accompagner les projets enseignants, l’équipe de la Maison pour la science en Alsace est à l’écoute des envies et des besoins des enseignants tentés par l’aventure. Au delà de la proposition des thèmes abordant le terrain Antarctique, elle s’engage à accompagner les mises en oeuvre en classe. De nombreuses mesures constituent cette veille, du montage de projet, en passant par la formation enseignant, jusqu’aux visites de classes et la valorisation des travaux réalisés avec les élèves.  En accord avec les programmes et le contexte de la réforme,  L’Antarctique se prête tout à fait aux E.P.I (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires), au travaux d’équipe, au rapprochement avec la recherche, et donne du sens aux apprentissages via des exemples concrets.

Construit comme un parcours, “Embarquez en Antarctique” permet d’allier des temps de développement professionnel sur les deux ans et des rencontres avec élèves. Ce parcours propose une séries de modules complémentaires, dont certains sont optionnels. Durant la première partie de l’année 2015-2016, un soin tout particulier est accordé à l’aide ainsi qu’ au suivi de projet. Un tutorat est assuré pour chacun, constitué d’un coordinateur de l’équipe pédagogique représentant d’établissement, d’un tuteur pédagogique associé à la Maison pour la science, et d’un tuteur scientifique issu du monde la recherche en milieu polaire. Cette soirée était aussi l’occasion pour eux de se présenter: Annabelle Kremer, notre exploratrice endosse également le costume de formatrice associée pour les S.V.T, Jean Daniel Hihi s’occupera de suivre les projets à thématique physique et chimie et Jérome Manigold, ceux correspondant aux aspects plus technologiques. Ces trois représentants sont à la fois formateurs à la MSA et professeurs au collège., ils ont donc pleine connaissance du terrain en classe et peuvent guider les stagiaires de la manière la plus pertinente possible, main dans la main avec les acteurs de la recherche. La deuxième année, combine la formation aux côtés plus techniques (définir les modalités d’échanges entre Annabelle en direct de la banquise et la classe, quelles données réclamer…etc), à des conférences scientifiques, et bien sur, au retour de mission (récit d’expédition en classe,…). Toujours dans une dynamique d’accompagnement, ces différents épisodes sont ponctués de rendez-vous afin de faire le point sur l’avancée des projets.

La soirée s’est poursuivie par une présentation des activités scientifiques sur le terrain menées par les équipes de recherches rattachées au projet “Embarquez en Antarctique!”. Du géomagnétisme à l’éthologie, en passant par la biodiversité marine, les thèmes de recherches se suivent mais ne se ressemblent pas. C’est bien dans cet univers polaire et sauvage que notre enseignante formatrice Annabelle va plonger l’année prochaine. Cette rencontre du 12 novembre a donc permis aux enseignants d’entrevoir certains aspects de la recherche de terrain mais surtout et aussi de mesurer le champs des possibles concernant les thèmes à développer avec les élèves et qui partiront dans la valise d’Annabelle

“Quelles sciences en Antarctique?”

Plusieurs organismes et laboratoires se sont présentés. Parmi eux, l’Institut Polaire Français, ou Institut Paul-Emile Victor.

Aude Sonneville, responsable de la communication à l’IPEV nous donne une ébauche de réponse. L’IPEV s’occupe de la coordination des “moyens humains, logistiques, techniques et financiers ainsi que le cadre juridique nécessaires au développement de la recherche scientifique nationale dans les régions polaires et sub-polaires. Depuis son siège à Brest, les équipes permanentes de l’IPEV, une cinquantaine de personnes au total, gèrent les moyens nécessaires à l’organisation des expéditions scientifiques, notamment les six bases scientifiques françaises déployées dans les régions polaires (une en Arctique, deux en Antarctique et trois dans les îles Subantarctiques), le navire polaire l’Astrolabe et le navire océanographique Marion Dufresne.”

L’équipe de l’IPHC (Institut Interdisciplinaire Hubert Curien), nous a offert une présentation riche de ses travaux sur l’écophysiologie des manchots en Antarctique.  On découvre avec eux toute la diversité des thématiques et des techniques employées en milieu extrême par les scientifiques pour équiper ces oiseaux de balises, les suivre et étudier leurs comportements reproducteurs et alimentaires ainsi que la dynamique des populations. Bien évidemment, ces investigations sont aussi des outils précieux pour évaluer les multiples impacts de l’homme et du réchauffement climatique sur la biodiversité locale (équipe d’Yvon Le Maho).  Toujours le bec dans l’ornithologie, Yves Handrich nous présente ses deux thèmes phares:

  • Ecophysiologie de la plongée et énergétique du comportement en mer des manchots.
  • Ecophysiologie de l’incubation de l’œuf d’oiseau.

Des techniques de métrologie adaptées et une approche interdisciplinaire de ces problématiques sont abordées, et on se laisse aller à rêver sur les belles photos de ces terres à la fois hostiles et sublimes, où les oiseaux règnent en maîtres. (Conférence de Yves Handrich “Sciences dans les TAAF*, 2013)

Place ensuite au géomagnétisme, avec Aude Chambodut, de l’équipe de recherche de L’Institut de Physique du Globe de Strasbourg à l’EOST.A la veille de son départ pour les terres australes, le lendemain de la soirée de lancement, Aude nous explique comment écouter la dynamique de notre Terre, grâce aux mesures absolues de champs magnétiques prises sur place à l’aide de théodolites notamment, et des traitements de ses données. Car oui, l’Antarctique et ses célèbres pôles géographique (à Concordia) et géomagnétique (à Dumont d’Urville) constituent un endroit stratégique pour mieux comprendre les activités magnétiques et sismologiques du globe.

“On mesure différentes types d’ondes au niveau des stations sismiques. En comparant les mesures prises sur différentes stations, on peut faire de la triangulation et savoir où se trouve l’épicentre d’un séisme, à quelle profondeur etc…”A. Chambodut

Après quelques embûches ferroviaires, Marc Eléaume, Cyril Gallut, Guillaume Lecointre représentant l’équipe du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) arrivent dans l’amphithéâtre de l’Atrium. Ils nous présentent les travaux de leur équipe travaillant sur la mission REVOLTA (Radiations EVOLutives en Terre Adélie).

Leur mission est d’étudier la biodiversité marine benthique de la mer Dumont d’Urville. Ils s’intéressent à l’habitat ainsi qu’à la distribution des espèces au niveau géographique. Ce programme a aussi pour ambition de découvrir les modalités d’évolution de la faune benthique  et s’intéresse particulièrement aux diversifications d’espèces étroitement apparentées entre elles.  Intérêt qui permet de bien mieux connaître la partie côtière de la Terre Adélie.

“La biomasse benthique est extrêmement importante, certaines spéciations sont rapides d’autres sont absentes pour des raisons physiologiques comme chez le crabe ou le requin”, équipe REVOLTA

Le Jardin des Sciences mis en place depuis septembre 2008 dans le prolongement de la Mission Culture Scientifique et Technique, regroupe les actions de diffusion de la culture scientifique et technique de l’Université de Strasbourg. Dans le cadre de l’aventure Antarctique, Sébastien Soubiran, directeur du Jardin des Sciences, nous présente les enjeux du partenariat de cette action avec la Maison pour la science, et les différentes manières de partager et valoriser les projets que les enseignants mèneront avec leurs  classes (projets qui seront préalablement sélectionnés par un Comité de sélection associant des membres de l’Université et des programmes de recherche partenaires)

“Donner une pérennité, proposer des activités pour les scolaires et une possibilité d’évolution connectée et déconnectée, pour ces projets sur l’Antarctique” Sébastien Soubiran

Les premiers projets nous sont déjà parvenus :  ils s’annoncent passionnants et nourris de tous ces témoignages. Suite au prochain épisode !

*TAAF: Terres Australes et Antarctiques Françaises

Pour aller plus loin, la Maison pour la science vous recommande quelques ressources et médias :

http://www.institut-polaire.fr/language/fr/

http://www.institut-polaire.fr/blogs/

http://www.taaf.fr/

http://mersaustrales.mnhn.fr/

http://laglaceetleciel.com/ (Projection rencontre avec Jardin des Sciences le 15/12: http://jardin-sciences.unistra.fr/evenements/evenement/article/projection-au-cinema-star/)

Les bandes dessinées d’Emmanuel Lepage

http://www.educapoles.org/fr/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.