Dialogues hors Raison, c’est la saison

Source : http://www.tunisiefocus.com/economie/report-du-dialogue-entre-le-gouvernement-et-une-delegation-de-ben-guerdane-34575/attachment/dialogue-de-sourd-en-tunisie/

Source : http://www.tunisiefocus.com/economie/report-du-dialogue-entre-le-gouvernement-et-une-delegation-de-ben-guerdane-34575/attachment/dialogue-de-sourd-en-tunisie/

Prendre des éléments du terrain, prendre du recul.

Quand l’un de vos interlocuteurs vous affirme ne pas pouvoir « raisonnablement » travailler, échanger, dialoguer avec vous.

« Dialogues de sourds : traité de rhétorique antilogique », par Marc Angenot (disponible en ligne, pdf, 15 pages)

Que vient donc faire la Raison dans un échange de collaborateurs dans un projet, par définition collectif et partenarial ? Elle vient instaurer des rapports de force et de pouvoir là où il y aurait une possibilité d’adopter, même brièvement, la perspective de l’autre pour trouver un terrain commun, dans le sens du projet.

La lecture de la transcription d’une conférence de Marc Angenot  au sujet de son ouvrage Dialogues de sourds, traité de rhétorique antilogique (Paris, Mille et une nuits, 2008), est instructive et donne à penser autrement le terrain. Quelques extraits :

« La rhétorique à mon sens plutôt qu’une science idéalisée des débats bien réglés et de la persuasion rationnelle doit, pour simplement observer le monde tel qu’il va et en rendre raison, se faire science des désaccords persistants et des malentendus résultant de l’échange de « bonnes raisons ». » (p.2/15)

« (…) « irrationnel » est au fond un terme de condamnation des logiques différentes de la mienne, terme dont le contenu varie selon le positionnement de l’énonciateur.

Pourquoi, la raison humaine étant supposée une, les hommes ont-ils si fréquemment l’occasion de se heurter à des handicapés cognitifs et des « fous » argumentatifs parmi leurs semblables ? Pourquoi le langage qui est censé rassembler les hommes, les enferme-t-il si souvent dans l’opacité frustrante de l’incompréhension réciproque ? » (p.3/15)

 « Au cœur de ma réflexion sur les échanges de « raison » et les échecs de la communication, les divergences des prises de position, les débats et les polémiques interminables résurgentes dans la vie publique, sur les difficultés de la communication argumentée et les échecs de la persuasion, sur leurs types et sur leurs causes, sur le sentiment, non moins fréquemment exprimé par les uns et les autres, que votre adversaire déraisonne, je circonscris en effet une hypothèse radicale, celle de l’existence de coupures de logiques argumentatives. » (p.4/15)

« Le problème que je posais au début peut désormais s’exprimer dans les termes suivants : les langages publics, les argumentations et les discours qui coexistent et s’échangent dans un état de société, se distinguent les uns des autres, il va de soi, par la divergence des points de vue, par la disparité des données retenues et alléguées, par l’incompatibilité éventuelle des vocabulaires et celle des schémas notionnels qui informent ces données, par la discordance des prémisses comme des conclusions, par l’opposition des intérêts qui meuvent ceux qui les produisent – tous les éléments qui sont déjà suffisamment susceptibles d’éprouver la patience et la bonne volonté postulées des interlocuteurs et de bloquer la discussion – mais ne se divisent-ils par d’aventure, plus radicalement, plus insurmontablement, par des logiques argumentatives hétérogènes, divergentes, incompossibles ? »(p.4/15)

 « Les hommes tendent à déclarer « irrationnelles » les croyances, les préférences, les choix qu’ils ne comprennent pas et la distance « idéologique » n’est pas moins génératrice de sentiment d’irrationalité que la distance culturelle. » (p.5/15)

 M. Angenot développe ensuite quatre logiques ou stratégies rhétoriques comme quatre « pentes divergentes de raisonnement » (ou « manières de penser spécieuses, « illogiques », menant à des conclusions tronquées ou absurdes et qui ne sont susceptibles que de précher à des convaincus ») : la rhétorique réactionnaire, la logique du ressentiment, la logique immanentiste-instrumentale, la raison utopico-gnostique. (p.10-15)

Bibliographie complémentaire partagée par M. Angenot sur son site : http://marcangenot.com/wp-content/uploads/2011/12/dialogues_de_sourds_2006_vol02.pdf


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.