Conférence SCIENTIX, du 24 au 26 octobre 2014 – Une vision internationale et moderne de l’enseignement des sciences.

C’est article a été coécrit par Jean-Daniel HIHI et Annabelle KREMER, formateurs associés à la Maison pour la science en Alsace.

 

La capitale européenne Bruxelles a accueilli du 24 au 26 octobre 2014 la seconde conférence SCIENTIX.  http://www.scientix.eu/web/guest
Evénement de grande envergure organisé par The European Schoolnet (EUN) http://www.eun.org/ sous l’égide de la Commission Européenne, ce congrès, fort de ses 70 exposés, 14 ateliers, 7 tables rondes, 25 stands d’exposition http://www.scientix.eu/web/guest/conference/programme et plus de 600 participants s’affirme comme un événement incontournable dans le domaine de l’éducation des sciences.
Son but est de présenter des initiatives européennes et nationales diverses permettant de montrer les outils, ressources et méthodes utilisés dans l’enseignement des STEM*, tout en s’appuyant sur des partenaires industriels et sur 25 projets internationaux soutenus par l’EUN. La conférence a également permis de lancer la publication Scientix, la vidéo Scientix et les Prix des ressources Scientix.

 Le programme :

Le programme était structuré autour de trois pôles :

  • · Plenary sessions :

Présentations générales réalisées par des personnalités politiques et scientifiques telles que :
– M. Durando, Directeur exécutif de l’EUN ;
– M. Geoghegan-Quinn, Commissaire européen ;
– M. Gago, ancien Ministre des Sciences & Technologies du Portugal et chercheur en physique ;
– E. Breunesse, responsable des transitions énergétiques chez Shell Nederland ;
– A.S. Gell, ingénieur en aéronautique et spécialiste des engins spatiaux chez Lockheed Martin (NASA) ;

– M. Korda, Commission Européenne.

· Parallel sessions :

– 14 séries d’exposés ( 20 ‘) présentés simultanément en 5 lieux par des enseignants et/ou des chercheurs :

Thèmes abordés :
Projects  /  From early ages to long distances  /  Energy, engineering & nanotechnology  / 

Role models & good examples  /  IBSME*  /  Teacher training, continuous learning & assessment  / 

Science & Social inclusion  /  Coding in STEM  /  Out of school learning  /  Mobiles & Games  / 

Competence learning & motivation  /  Remote & digital  /  National projects.

– 14 ateliers (40 ‘) avec parfois la possibilité d’expérimenter.

– 7 tables rondes (40 ‘) tournées principalement sur les thèmes « Science & Société ».

· Posters & exhibitions sessions :

– Une sélection de 24 posters avec un vote des participants pour élire le plus réussi. Accès libre.
– 25 stands correspondants aux projets soutenus par l’EUN.
Personnel disponible pour informer et promouvoir. Distribution de documentation et de goodies.

Partenaires présents :
Mascil  /  Make the link  /  GEOschools  /  Metafora  /  ICT for IST  /  ENGINEER  /  NanoDiode
nanOpinion  /  PLACES  /  TEMI  /  CyberMentor  /  Inspiring Science Education  /  Science on Stage Europe
eTwinning  /  SAILS, ASSIST-ME, FaSMEd  /  Go-Lab  /  e-Bug  /  PROFILES  /  REStARTS  /  SUSTAIN
Xplore Health  /  ingenious  /  Scientix  /  Science : It’s a girl thing  /  Responsible Research & Innovation.

*    STEM : Science, Technology, Engineering and Maths

     IBSME: Inquiry Based Science and Mathematics Education  ( ESFI en Français)

     RRI : Responsible Research & Innovation

 

Tour d’horizon :

 Il est à noter que l’organisation était de grande qualité. En particulier, tout était mis en œuvre pour favoriser les rencontres et échanges entre congressistes.
Parmi 40 autres pays, la France était représentée par un petit nombre de participants, à savoir 12 personnes, dont deux membres de la MSA et une représentante de la MAP. Un seul exposé français a été présenté, par Evelyne Touchard sur le thème « l’ASTEP dans l’académie de Grenoble » http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDAQFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.ac-grenoble.fr%2Fien.g2%2FIMG%2Fppsx%2FLes_enjeux_et_le_fonctionnement_de_l_ASTEP.ppsx&ei=QZttVJ-vKcTfarG_gvAO&usg=AFQjCNGRkqn0d_9UhnUJo8XQK-b51gyxMQ&sig2=oEBt7KqzSkovvoThwC0hgQ&bvm=bv.80120444,d.ZWU&cad=rja
Cette implication peut sembler faible. En comparaison, la Bulgarie, par exemple, avait 25 représentants…

Pendant deux jours, nous avons assisté à plus de 16 exposés, 2 ateliers et 4 conférences, auxquels il faut ajouter les démonstrations dans les stands et les présentations des posters.
Ce qui nous a frappé en premier lieu était l’extrême hétérogénéité des présentations tant sur le fond que sur la forme. C’est à notre avis, le signe d’une disparité importante liée non seulement aux moyens mis en œuvre dans le cadre des politiques éducatives nationales mais également en fonction de l’état des réflexions d’ordre pédagogique propre à chaque pays. Ainsi, si sans surprise, les pays scandinaves ont plusieurs longueurs d’avance dans la pratique et la mise en œuvre de l’enseignement des sciences fondé sur la démarche d’investigation (ESFI/IBSME), l’Irlande a également proposé des approches novatrices http://www.scienceonstage.ie/ . De même, l’Italie rejoint le peloton de tête des pays nordiques quant à la collecte et l’analyse de données statistiques acquises dans des projets de grande envergure nécessitant des moyens financiers et humains importants. Le projet acariss (http://www.acariss.it/) par exemple s’appuie sur 37 écoles, 70 enseignants et 79 classes.
À l’inverse, de nombreuses présentations (Portugal, Grèce, Bulgarie, Slovénie, Espagne, etc.) nous ont montré la pauvreté des moyens matériels mis à disposition des enseignants. Une réflexion quant à une approche plus moderne et performante de l’enseignement des sciences est en cours mais elle ne semble pas encore totalement aboutie.
Sur la forme, on observe des présentations variées et des « cartes mentales » parfois différentes. Par exemple, une variante des « 7 étapes d’une démarche d’investigation » proposée sur la base des travaux de la MAP (  http://www.fondation-lamap.org/fr/page/17793/la-demarche-dinvestigation  ) nous a été présentée par une équipe italienne. Il s’agissait du projet ACARISS ( Accrescere le Conoscenze sull’Ambiente e i Rischi connessi all’Inquinamento coinvolgendo le Scuole con la Sperimentazione) (  http://www.acariss.it/  ) développée par l’Ibimet (Institute of Biometeorology)  (  http://www.ibimet.cnr.it/  ).
Cette présentation, appelée « les 5 E » est utilisée dans plusieurs pays européens :
Engagement (mise en situation)
Exploration (expériences)
Explanation (analyse)
Elaboration (extension à un concept plus grand)
Evaluation (compte –rendu)

 Quelques exemples concrets :

Focus 1 : Teacher education by science center pedagogy. Université d’Helsinki :
L’un des quatre grands centres européens de recherche pédagogique en science. Leur but est de faire un lien entre l’apprentissage formel et l’apprentissage informel de la science et d’encourager les enseignants à combler le fossé entre ces deux modes d’apprentissage.

Pour comprendre l’objet central de leurs recherches, il faut lire l’article de Hannu Salmi, directeur de recherche du département de l’enseignement et de l’éducation à l’Université de Helsinki : www.reflectingeducation.net/index.php/…/115/119 (pdf à télécharger).
La science est partout, tout le temps : le centre pédagogique parle d’« Everyday Science ». L’apprentissage en dehors de la classe traditionnelle mais également par les TICE (ICT) et l’utilisation de portails scientifiques sont fortement encouragés. Les enseignants peuvent s’appuyer sur des ressources de E-learning accessibles par exemple sur le site « Inspiring Science Education » : http://www.inspiring-science-education.net/home
La « rentabilité » de leurs projets (cost effective results) en terme de gain pour l’enseignement des sciences est évaluée à travers une base de données de très grande dimension (élèves et enseignants).
La vision de l’éducation des sciences pour l’horizon 2020 en Finlande :
« L’éducation à la science doit intégrer plusieurs approches. L’enseignement en classe n’en est qu’une partie et les enseignants ont des missions bien plus étendues.
All in english, please :
1.  Science education as a part of school work en the curriculum
2.  Science education in teacher education
3.  Science competitions (clubs, events…)
4.  Science education outside of school
5.  Science education and communication.
http://www.helsinki.fi/yty/english/

Focus 2 : Développer un projet: une méthode incontournable pour être financé…. L’exemple de la RRI :

C’est devenu une évidence : au niveau européen comme à l’échelon national, seules les équipes proposant un « projet » ont une chance de trouver un financement… Si la démarche est louable, on observe une tendance à la « course au financement » basée sur la capacité à utiliser les mots « à la mode ». Pour l’heure, c’est la RRI, à savoir Responsible Research and Innovation qui est bancable
Il s ‘agit de combiner l’apprentissage par démarche d’investigation et l’éducation à la citoyenneté en s’appuyant sur des socio-scientifiques issus des sciences de l’éducation (tout en développant des outils, du matériel et des formations pour les enseignants basées sur l’enseignement des sciences par  une « démarche d’investigation socio-scientifique » (SSIBL ou Socio scientific inquiry based learning).
La RRI doit contribuer à outiller les générations suivantes pour qu’elles puissent participer aux grandes questions scientifiques de demain. Elle traite de domaines de connaissances où « les valeurs de l’argumentation peuvent compter autant que les faits »…
http://ec.europa.eu/research/swafs

Deux projets récents basés sur la RRI :    http://www.parrise.eu/    et   http://www.engagingscience.eu/

Focus 3 : Projet REStARTS : von Karman Institute for Fluid Dynamics.  Belgium (stand) :

REStARTS (Raising European Student Awareness in Aeronautical Research Through School-labs) développe des activités et du matériel pour des professeurs qui désirent relier leur enseignement aux défis de la recherche aéronautique moderne. Son objectif principal est de contribuer à relancer l’intérêt des jeunes pour l’aéronautique en montrant l’existence du lien entre recherche et société. Des scientifiques travaillent en coopération avec des équipes pédagogiques du primaire et du secondaire afin de proposer des matériels pédagogiques adaptés incluant des expériences simples pour observer les phénomènes physiques mis en jeux en aéronautique. Par exemple, la construction d’une soufflerie pour étudier la trainée d’une aile ou d’un objet en fonction de sa forme est rendue possible par la mise en ligne du mode opératoire complet de fabrication de l’objet. Une belle passerelle entre physique et technologie…
http://www.fp7-restarts.eu/         http://goo.gl/aq08aR

Focus 4 : SAILS (Strategies for Assesment of Inquiry Learning in Science). Irlande

Une approche similaire à celle des Maisons pour la Science (MPLS).
Les objectifs de SAILS sont d’encourager les enseignants à pratiquer l’IBSME à travers toute l’Europe et d’améliorer particulièrement l’attractivité et les connaissances en sciences de l’environnement pour les étudiants.
Le projet se concentre aussi sur l’évaluation des compétences en IBSME.
SAILS comprend 12 pays partenaires et 60 formateurs.
http://www.sails-project.eu/portal      http://goo.gl/wYFjqR

 

Quelques réflexions quant à la place de la France.

Cela a été dit, une faible représentation de nos concitoyens ne peut traduire selon nous qu’un manque d’intérêt pour le sujet, ce qui pourrait être considéré comme préoccupant.
Une autre spécificité très franco-française nous est apparue : la difficulté à s’exprimer dans une langue étrangère. Il semble que nous souffrions du complexe consistant à avoir peur de « faire des fautes » en parlant anglais. Et pourtant, de nombreux étrangers ne semblant pas mieux maîtriser la langue de Shakespeare n’hésite pas à se lancer, quitte à rudoyer la langue. L’essentiel est pourtant bien de communiquer, même maladroitement. Ceci pourrait paraître anecdotique, mais si l’on y regarde de plus prêt, on y trouvera peut-être un marqueur fort de notre culture et de notre éducation, à savoir que « nous nous sous-estimons et nous n’osons pas ». (Pour ceux qui veulent en savoir plus, voir le lien * ci-dessous.)
Une vidéo présentée par un intervenant allemand (P. Bronner), montrant des séquences de cours du niveau « collège » permettait de voir très clairement que les élèves allemands n’ont aucune hésitation à « essayer » sans crainte du ridicule  https://fr.slideshare.net/Scientix/final-scientix-talkbronner .
Si la tendance du « il faut positiver coûte que coûte» peut paraître grotesque et caricaturale telle qu’appliquée parfois actuellement dans notre pays, il serait peut-être temps de passer à la culture du « Osez ! Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner ! ». D’autant plus que la France dispose de nombreux atouts : c’est notamment le seul pays ou la démarche d’investigation est inscrite dans les programmes scolaires ( pour le collège : http://media.education.gouv.fr/file/special_6/52/9/Programme_SVT_33529.pdf voir la page 5 de l’introduction commune à toutes les disciplines scientifiques ;  pour l’école élémentaire : http://eduscol.education.fr/cid46920/enseigner-les-sciences-technologie-ecole.html).
Les projets menés sont plutôt solides sur le fond et la forme. De plus, il y a un vrai effort dans la formation des enseignants. Mais la faiblesse des résultats français aux tests PISA doit à notre sens nous inciter à nous remettre en cause tout en puisant chez nos voisins ce qui a fait ses preuves et en l’adaptant aux spécificités de notre système éducatif et de notre culture.
http://www.oecd.org/pisa/keyfindings/pisa-2012-results-overview-FR.pdf
N’est-ce pas là la raison d’être d’une conférence comme Scientix ? Nous ouvrir les yeux sur d’autres manières de faire, élargir nos horizons et nous pousser à innover pour le bien de nos élèves ?

Sitographie succincte :

http://www.scientix.eu/web/guest/home
http://www.eun.org/
http://eduscol.education.fr/cid58461/european-schoolnet-eun-reseau-scolaire-europeen.html

Programme de la conférence en pdf, avec toutes les adresses internet disponibles :
http://files.eun.org/scx2-conf-programme/2nd_Scientix_conference_final_programme-2014-10-2426.pdf

* https://www.youtube.com/watch?v=aMLm6DPfvdc

Jean-Daniel HIHI et Annabelle KREMER


Jean-Daniel HIHI

Professeur de Physique-Chimie au Collège. Formateur associé référent pour la Physique-Chimie, l'EIST et l'interdisciplinarité à la Maison pour la Science en Alsace.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search