Arrêt sur ouvrage – Les enseignants de sciences face aux démarches d’investigation

Je continue ma déambulation à la pause méridienne.

Un ouvrage m’arrête, celui-ci :

PUG_couverture_Enseignants_des_sciences_mediumLes enseignants de sciences face aux démarches d’investigation – Des formations et des pratiques de classe, sous la direction de Michel Grangeat, 2013, éd. PUG

« Comment se développent les enseignements scientifiques fondés sur les démarches d’investigation dans les classes du secondaire ? Quels sont leurs effets sur les apprentissages des élèves ? Quelles sont les organisations du travail collectif qui permettent d’atteindre les objectifs des acteurs des établissements ou des décideurs du système ? Quels cadres théoriques et méthodologiques permettent de repérer les modifications des connaissances ou des pratiques professionnelles enseignantes ?
Interrogeant les enseignements scientifiques fondés sur les démarches d’investigation, cet ouvrage fait le point sur les recherches actuelles, en s’attachant particulièrement aux questions de travail collectif et de formation ainsi qu’aux modifications des conceptions de l’enseignement et des pratiques de classe qui peuvent en découler.
Intéressant la didactique des disciplines, l’ingénierie de formation, la coopération enseignante, les stratégies d’enseignement et les processus d’apprentissage, l’ouvrage s’adresse aux acteurs de l’enseignement et de l’éducation scientifiques : chercheurs, formateurs, enseignants, inspecteurs. » 4ème de couverture

Extrait de l’introduction générale de Michel Grangeat

« Cet ouvrage traite de trois questions essentielles à propos du travail collectif enseignant dans le cadre des enseignements scientifiques fondés sur les démarches d’investigation (ESFI). La première concerne le développement des ESFI dans les classes et leurs effets sur les apprentissages des élèves. C’est une question centrale car le travail collectif des enseignants en sciences étudié ici est initié et orienté par la mise en œuvre des ESFI. Il revient aux chercheurs comme aux formateurs, de questionner cette mise en œuvre et ses effets. La deuxième question concerne directement le travail collectif. Il est clair que tout collectif ne se vaut pas et que certaines organisations, certains dispositifs, produiront plus que d’autres les effets attendus par les programmes officiels, par les acteurs des établissements, par les concepteurs des actions de formation ou par les responsables du système éducatif. Ici encore, il revient aux acteurs de la recherche ou de la formation d’identifier des modes de fonctionnement particulièrement fructueux ou, à l’inverse, peu efficaces vis-à-vis des objectifs fixés. La troisième question, enfin, dédiée à la recherche, concerne les cadres théoriques et méthodologiques permettant de repérer, voire de mesurer, les modifications des compétences enseignantes, en termes de connaissances ou de pratiques professionnelles. Il s’agit de questionner les instruments de recherche, en didactique ou en sciences de l’éducation, afin de les adapter au nouveau contexte créé par le développement des ESFI. Il revient notamment aux chercheurs d’élaborer des modèles permettant d’identifier les effets du travail collectif sur les compétences professionnelles des individus. » p.11-12


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.