Une formation étoilée ☄️

Par Chloé Ronjon, stagiaire Master Sciences et société à la Maison pour la Science en Alsace

La tête dans les étoiles mais les pieds sur Terre, la formation débute au Planétarium. Constellations, légendes associées et quelques notions d’astronomie commencent à poser le décor pour ce voyage interstellaire… Qui a dit qu’être dans la lune était une perte de temps ? Pas la Maison pour la science en Alsace, ni le Jardin des Sciences de l’université de Strasbourg qui organisent ensemble cette formation Graines de ciel pour présenter, aux enseignants, une bien curieuse valise pédagogique…

Graines de ciel, une formation enseignante

Graines de ciel, est comme son nom l’indique, une formation tournée vers l’astronomie. Mais le Jardin des Sciences et la Maison pour la science souhaitent permettre la mise en place d’un projet interdisciplinaire dans les écoles. Ils mettent donc des outils pédagogiques à la disposition des professeurs. Comme support ? Un livre : Tombé du ciel, et la valise. Au fil de l’histoire, les élèves vont pouvoir répondre à des problématiques qui mêlent différentes notions de leur programme scolaire. En effet, le livre est construit par chapitre. Chaque chapitre propose différentes activités, activités évidemment en lien avec l’histoire des deux jeunes personnages. Certaines sont obligatoires pour pouvoir continuer à progresser dans le récit, d’autres optionnelles vont permettre d’enrichir les premières.

Les formateurs de la Maison pour la science en Alsace, Fabienne Hild et Thierno Sissoko, et les médiateurs du Jardin des Sciences font pratiquer aux enseignants, trois activités proposées dans le livre et réalisables avec le matériel de la valise. La première consiste à réaliser une carte du ciel, bien utile pour repérer les constellations visibles à l’heure où nous décidons de lever les yeux vers les étoiles. Les constellations ainsi révélées à l’aide de cet outil, permettent de faire une entrée poétique dans la mythologie grecque de l’Antiquité.

Un système solaire dans le quartier ? C’est la deuxième activité! Dans un premier temps, avec le plan du quartier, où l’école représente le soleil, il suffit de tracer les orbites respectives des planètes du système solaire. Mais attention, pour se rendre compte de son étendue, on respecte les échelles de distance. Pour compléter cette activité, il est possible d’approfondir sur les différences colossales de taille entre les différents astres de notre système solaire, toujours en manipulant les échelles.

Pour finir,webcam, maquette et éclairage permettent de reproduire les phases du cycle lunaire. Pleine lune, nouvelle lune et les quartiers sont ainsi visualisés en direct. Le même principe est mis en œuvre pour expliquer le phénomène des éclipses. Les questions sur la face cachée de la Lune sont également abordées pour assouvir toutes curiosités.

Pour conclure cette journée de formation, direction le palais universitaire où est donnée, par le directeur de l’Observatoire de Strasbourg, une conférence sur le thème des galaxies. Et puis, malgré les conditions météorologiques non propices aux observations astronomiques, une visite de la coupole de l’Observatoire clos la journée en beauté.

L’explication du cycle lunaire 
par Natacha Toussaint, médiatrice scientifique au Jardin des Sciences

Vigie-ciel, une formation citoyenne

Le second jour de formation entre dans le cadre d’une formation citoyenne de sciences participatives : Vigie-ciel. Ce réseau est consacré au repérage des bolides, et à la recherche des météorites. Déjà, un point de définition : ce que l’on appelle météorites sont les fragments de météoroïdes que l’on retrouve sur Terre. Ces météoroïdes sont des corps qui proviennent, pour la plupart, de la ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter. Elles sont à distinguer des étoiles filantes qui sont des poussières provenant de la queue de comète.

Le réseau Vigie-ciel forme, sensibilise et met en place un réseau de médiation. Dans un premier temps, la plateforme de Vigie-ciel rassemble les témoignages d’observations de bolides afin de pouvoir les localiser. En plus des témoignages, des caméras (réseau FRIPON) sont réparties sur le territoire. Lorsque un bolide tombe, on peut estimer sa zone de chute par triangulation, si, au moins trois caméras ont enregistré son passage. Avec tout cela, les citoyens formés peuvent être sollicités pour des battues citoyennes sur un espace délimité (qui peut tout de même s’étendre sur des dizaines de km) afin de retrouver le mystérieux objet. 

Le groupe enthousiaste d’enseignants commence donc la journée avec une autre séance de planétarium. Cette fois, il s’agit d’apprendre à reconnaître un bolide et pouvoir réunir assez d’informations pour renseigner efficacement le formulaire proposé par Vigie-ciel. Jean Yves Marchal, médiateur scientifique au Jardin des sciences, énumère les informations importantes à relever. Avant toute chose, il faut mémoriser l’heure de l’observation, mais aussi la couleur, qui renseignera les scientifiques sur la composition chimique du bolide, l’intensité lumineuse, par comparaison aux astres familiers (Lune, Soleil…), qui permettra d’évaluer la taille du corps. D’autres informations sont aussi demandées sur la plateforme, mais certaines des plus importantes, et pas des plus simples, sont la localisation et la trajectoire du bolide.

Pour se repérer dans le ciel, les constellations vues la veille sont très utiles mais pour plus de précision, il faut les coupler avec d’autres outils, utilisés en astronomie. Pour évaluer la hauteur du bolide, on utilise l’azimut. C’est le degré d’angle entre le plan horizontal et l’objet céleste, le plus petit étant 0° et correspond à la ligne d’horizon, l’angle maximal est celui au zénith, à 90°. Pour ceux qui n’ont pas les degrés dans l’oeil, un moyen d’estimation existe, il suffit de tendre le bras et d’utiliser sa main (voir ci dessous).

Maintenant que nous avons la hauteur, il nous faut la direction. Pour être plus précis qu’avec les simples points cardinaux, on divise le ciel en méridiens. Cela permet d’avoir une graduation sur 360°. On place le Nord à la fois à 0°et 360°, l’Est à 90°, le Sud à 180° et 270° pour l’Ouest.

La deuxième étape, une fois que la roche est retrouvée est de savoir déterminer son origine, pour ne pas la confondre avec nos roches terriennes. Cette analyse est multicritères, car il existe une diversité de formes, de taille, de composition parmi les roches extraterrestres. Pour nous aider à trancher la question, Barbara Gollain, chargée de collections en minéralogie et médiatrice scientifique de l’EOST, présente plusieurs caractéristiques à prendre en compte (couche de fusion, magnétisme…). Le groupe peut ensuite, sur un atelier, s’essayer à l’identification des météorites avec douze roches mises à disposition. 

Le groupe est maintenant opérationnel pour reconnaître les météorites ! Direction le jardin de l’Observatoire astronomique de Strasbourg, où un bolide serai tombé. Le périmètre a été délimité et, sous les regards experts des formateurs Vigie-ciel, une battue citoyenne est organisée. Le principe est de se répartir le long d’une corde à intervalle régulier de manière à couvrir toute la zone. Il est primordial de rester aligné, d’où l’importance de la corde. Ainsi dès qu’un membre du groupe trouve une pierre suspecte, la ligne s’arrête, les premières évaluations sont faites et, si un doute persiste sur la nature de la roche, elle est mise dans un sac prévu à cet effet pour être analysée de manière plus poussée. 

Battue citoyenne à l’Observatoire

Pour conclure ces deux jours de formation, un point est fait sur la provenance des météorites, qui se révèlent riches d’informations sur l’histoire de notre système solaire. Certains astéroïdes de la ceinture sont des fragments de protoplanète et sont dit différenciés. En effet, une protoplanète est organisée en trois couches, de composition très différentes. Un noyau, majoritairement composé de fer et de nickel, d’un manteau et d’une croûte. Si l’on retrouve une météorite constituée quasi exclusivement de fer et de nickel (sidérite), cela veut dire, qu’entre nos mains, se trouve en fait un fragment de coeur de protoplanète… A l’inverse, un fragment présentant une agglomération de petits cristaux, appelé chondres, provient d’un astéroïde primitif. Pour illustrer cette différence, le groupe participe à un atelier « fabrication de météorites ». Dans l’argile, ils incluent différents éléments, par exemple : des petites billes (représentant les chondres) ou de l’aluminium pour illustrer le noyau de protoplanète. Ils brisent ensuite leur réalisation et classent les fragments ainsi obtenus en tant que fragments d’astéroïde primitif ou différencié.

La cloche de 17h signe la fin de ces deux jours de formation riches en informations et en expériences. A défaut de pouvoir partir dans l’espace, le groupe se sépare avec des étoiles dans les yeux…


« Alerte Vigie Ciel !

J’ai aperçu un bolide dans les jardins de l’université de Strasbourg, entre le 13 rue de l’Observatoire, le 7 rue de l’Université et le Musée de minéralogie..
Il était visible du 8 au 9 avril 2019, entre 9 h et 12 h et entre 13 h 30 et 17 h 30 environ.
Pour la hauteur dans le ciel, c’était entre 30 et 45°, tout en restant accessible.
En terme d’intensité lumineuse, je dirais que c’était aussi brillant que le Soleil, c’était vraiment éclatant !
En terme de couleur, c’était très varié, très riche en couleurs.
Il y avait aussi bien du son que de belles images.
Le flash lumineux a été permanent dans les intervalles cité.
Le bolide s’est fragmenté et déplacé dans les lieux cités, avec une interruption régulière entre 12 h et 13 h 30, malgré la persistance rétinienne.
Le phénomène s’est interrompu mardi soir vers 17 h 30, au musée de Minéralogie.

Si d’autres ont assisté à ce phénomène exceptionnel et sans précédent, aux dires de l’ESA et de la NASA,, je les encourage vivement à laisser leurs témoignages et  à renseigner le questionnaire ad hoc.

Encore un grand merci à chacune et à chacun. »

Crédit photos : C. Ronjon, Maison pour la science en Alsace


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.