[Lecture] L’Enfant et la Science – L’aventure de la Main à la Pâte #1

1er billet d’une mini-série sur cet ouvrage : Prologue et Chapitre I (début).

« Nul enseignement purement oral, à plus forte raison nul enseignement écrit ne dispense l’apprenti de mettre la main à la pâte dans la proximité du maître artisan. » Paul RICOEUR,

cité par G. Charpak, P. Léna et Y. Quéré, p.13

La Maison pour la science en Alsace au service des professeurs met à disposition des enseignants un lieu de rencontre pour le développement de projets, où sont consultables des ouvrages en lien avec l’enseignement des sciences.

Pendant la fin de l’été, je vais déambuler dans cet espace, encore en dormance, et m’arrêter sur quelques ouvrages.

 

Pour le premier livre, symboliquement, il s’agit de « L’Enfant et la Science – L’aventure de La main à la pâte« , écrit par Georges Charpak, Pierre Léna et Yves Quéré, aux Éditions Odile Jacob, en 2005. Les Maisons pour la science sont en effet né de ce projet, de ces convictions, et s’y apparentent : elles se développent dans le sillage de La main à la pâte.

photo« Curieuse aventure que celle de trois académiciens qui, du jour au lendemain, abandonnant une partie de leurs activités habituelles, décident de se consacrer aux bambins de l’école primaire, en aidant leurs maîtres à leur faire découvrir et aimer la science ! », Extrait de la quatrième de couverture.

« La main à la pâte, ce sont d’abord les centaines, puis les milliers d’institutrices et d’instituteurs, aujourd’hui appelés professeurs des écoles, qui ont saisi au bond la balle lancée en 1996. Certains y ont reconnu une pédagogie qu’ils pratiquaient déjà ou dont ils rêvaient, nous ont fait confiance et, en même temps, nous ont tout appris de leur métier et de ses difficultés, des enfants dont ils avaient la charge et auxquels ils avaient l’ambition de faire partager un peu de science. Avant d’être sollicités, ce sont eux qui ont initié le mouvement et l’ont entretenu. » Extrait des remerciements, p.7

Table des matières*

*(éditorialisée par mes choix de citation et d’illustrations)

Prologue

« La main à la pâte a pris sa place dans le paysage éducatif de notre pays. Le mot a été quelque peu popularisé par les médias, et bon nombre y font référence, souvent avec sympathie mais sans forcément savoir très bien de quoi il s’agit.

C’est en 1995 que tout a commencé.

Nous venions de nous rendre dans des écoles d’un quartier déshérité de Chicago que Leon Lederman était en train de sauver du naufrage en y ouvrant les enfants à la science. » p.9

All kids are scientists. They're born scientists. They ask all these terrible questions that nobody can answer because they're scientists. So, what do you do? You beat that curiosity out of them and they stop asking questions. It's very hard to survive that. Our idea was to encourage those questions, re-do the way teachers handle kids. New curricula, new ways of talking to kids, new role for a teacher. The fundamental old role of the teacher was as a fount of all knowledge, and if the teacher shows a weakness that's terrible. In the new way, the teacher is not a fount of all knowledge, just a facilitator. The teacher talks to the kids and listens to the kids, and tries to find out how Johnny or Mary are thinking. That's her goal Not "Is it a right answer or wrong answer?" but the method of thinking. " Source : http://www.achievement.org/autodoc/page/led0int-6

Leon Lederman : « All kids are scientists. They’re born scientists. They ask all these terrible questions that nobody can answer because they’re scientists. So, what do you do? You beat that curiosity out of them and they stop asking questions. It’s very hard to survive that. Our idea was to encourage those questions, re-do the way teachers handle kids. New curricula, new ways of talking to kids, new role for a teacher. The fundamental old role of the teacher was as a fount of all knowledge, and if the teacher shows a weakness that’s terrible. In the new way, the teacher is not a fount of all knowledge, just a facilitator. The teacher talks to the kids and listens to the kids, and tries to find out how Johnny or Mary are thinking. That’s her goal Not « Is it a right answer or wrong answer? » but the method of thinking.  » Source : http://www.achievement.org/autodoc/page/led0int-6

G. Charpark, P. Léna et Y. Quéré, interpelés également par les données1 du ministère de l’Education national quant à la désertion de la science à l’école, propose une « expérience modeste », concernant « 344 instituteurs volontaires, de cinq départements ».

« Elle avait pour but de tester quelques idées simples visant à restaurer, à l’école, une science qui soit motif de réflexion individuelle et argument d’expérimentation collective ; une science qui soit bien autant l’incitation à questionner, observer, à chercheur, à argumenter, à s’exprimer, que prétexte à uniquement engranger des connaissances ; une science à laquelle il convient que nos enfants soient tôt sensibilisés, insérés qu’ils sont dans des sociétés où elle joue – directement ou par techniques interposées – un rôle primordial ; une science surtout qui ouvre leur imagination à d’infinis panoramas et qui peut donc constituer pour eux une ample respiration de l’esprit. » p.9

L’expérimentation est lancée à la rentrée 1996.

« Dix ans plus tard, la science a retrouvé une place réelle dans nos écoles : partant de seulement 3%, la proportion d’enfants étudiant la science à l’école primaire atteint aujourd’hui environ 35% et ne cesse de croître. Aussi convient-il de dresser le bilan d’une opération qui n’a cessé de s’amplifier, de mobiliser de nombreux partenaires et surtout de donner lieu à une large réflexion sur le rôle que peut, que doit, jouer la science dans la formation de l’enfant : formation intellectuelle, voire formation morale chaque fois qu’elle lui inculque la rigueur de l’esprit, le désir de comprendre, une certaine forme de non-arrogance, le goût pour la culture et l’ouverture à l’universel. » p. 10

Les trois académiciens porteurs du projet souhaitent voir se développer « cette tension joyeuse vers le savoir » exprimée par les enfants en classe.

« La main à la pâte n’a, sur bien des points, pas innové. Bon nombre de ses principes sont vieux comme le monde, notamment celui de faire découvrir la nature par l’enfant lui-même, au travers de son questionnement, de ses hypothèses, de sa capacité à raisonner, dans cette dialectique entre réalité sensorielle et réflexion intellectuelle qui est le propre de tout recherche. De Célestin Freinet à l’école nouvelle et à l’éveil2, ces principes ont animé beaucoup d’instituteurs français, mais sans toutefois transformer l’enseignement de façon globale.

A ce socle, La main à la pâte a jouté un certain nombre d’ingrédients neufs : l’appui déterminé de la communauté scientifique symbolisé par celui de l’Académie des sciences ; la création d’outils nouveaux, notamment celle d’un site Internet puissant, de mallettes de matériel et de documents écrits ; l’implication croissante d’un grand nombre de partenaires, qu’ils soient institutionnels ou privés, ainsi qu’une vivace collaboration internationale. » p.11

« Ce n’est pas pour raconter une belle histoire – encore le mériterait-elle – que nous avons choisi d’écrire ce livre. C’est pour y montrer que, moyennant certaines conditions, un changement profond de l’éducation scolaire n’est pas hors de portée, celui-là même que notre société ne cesse d’appeler de ses vœux (par exemple lors de la Consultation nationale sur l’école 2004). p.11

Chap. I – Enseigner les sciences, quelle histoire !

L’action de Leon Lederman est décrite de la manière suivante dans l’ouvrage que nous parcourons :

« Un programme centré sur un enseignement de mathématiques et de science expérimentale, mettant les enfants au contact de phénomènes naturels simples, les guidant dans une démarche de découverte, puis de construction d’un raisonnement, a transformé peu à peu leur rapport à l’école et au savoir. »

Travailler notamment sur le rapport à l’école et au savoir dans le cadre des Maisons pour la science : voici un horizon tout à fait passionnant.

« Un éclaircissement s’impose ici : que mettons-nous sous le vocable de science ? Les mathématiques sont bien entendu une science, et pourtant ce n’est pas sur elles que s’est focalisée l’action de rénovation. (…) En revanche, notre effort allait porter sur les sciences de la nature : elles rassemblent des disciplines telles que l’astronomie, la biologie, la chimie, la géologie, la météorologie, la physique, dont les outils d’investigation sont l’observation et l’expérimentation, afin de rendre compte des propriétés du monde, proche ou lointain, macroscopique ou microscopique, vivant ou inerte, qui nous entoure. Les mathématiques apportent à ces sciences un langage puissant de description et de prédiction qui, en s’appuyant sur la mesure, leur donne ce caractère précis et quantitatif, qui permit à Galilée d’énoncer que « la nature est un grand livre écrit en mathématique ». p.18

« La technique, quant à elle, ou technologie comme on a choisit de l’appeler de nos jours, entretient avec la science un rapport étroit, car elle s’appuie sur ses acquis pour progresser, tandis que symétriquement la science chemine grâce aux moyens d’investigation toujours plus puissants que produit la technique. (…) On pourrait schématiser en affirmant que la science produit des connaissances pour comprendre le monde, et la technique des outils pour agir sur lui. A l’école primaire, les distinctions entre les disicplines diverses des sciences de la nature, entre science et technique, l’une et l’autre au singulier pour en souligner l’unité, n’ont pas lieu d’être. Le but d’un enseignement élémentaire, illustré d’exemples et de multiples situations concrètes parlant à l’imagination et à la sensibilité, peut être résumé en deux phrases : l’enfant saisit que le monde qui l’entoure est compréhensible par sa raison ; il perçoit que cette compréhension donne un pouvoir pour le transformer. »p.18

(…)

A suivre…

Chap. II – Une classe Main à la pâte
Chap. III – L’enfant, un gourmand de science
Chap. IV – Science, langage, polyvalence
Chap. V – Les maîtres et la science
Chap. VI – Le village planétaire
Chap. VII – Faire évoluer un système éducatif
Chap. VIII – De Bogota à Shanghai
Chap. IX – Vers le collège

Références complémentaires :

La culture scientifique et technique pour les professeurs des écoles! Coord. par Bemard Anclrics et lsabeau Beigbeder, Editions du CNDP-Hachette Education, 1994.

Rapport sur les expérimentations nord-américaines et leur compatibilité avec le contexte français, coordonné par C. Larcher, INRP, 1995.

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (11 août 2014) “Lecture – L’Enfant et la Science – L’aventure de la Main à la Pâte” #1. Penser (dans) l’action [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://dynamiques.hypotheses.org/156

  1. « De fait, en 1995, les estimations de la direction des écoles, au ministère, révèlent qu’à peine 3% des classes de l’école élémentaire pratiquent un enseignement de sciences, malgré son inscription dans des programmes en principe obligatoires, autre façon de dire que 97% des enfants n’entendaient pratiquement pas parler de cette matière avant le collège. » p.17 []
  2. « Sous le nom d’éveil, un mouvement pédagogique vigoureux, puisant ses racines dans l’école nouvelle d’après-guerre et dans les travaux du psychologue Jean Piaget qui a analysé la façon dont l’enfant appréhende le monde, a voulu introduire officiellement, dès 1975, un enseignement rénové de sciences expérimentales qui développe, aux âges de 6 à 11 ans, curiosité, créativité, esprit critique, souci d’objectivité et de rigueur. » p.15 []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.