5 ans MPLS-Alsace | Entretien avec Elena Iuliani

Ancienne stagiaire de master d’Histoire et de philosophie des sciences à la Maison pour la science en Alsace, Elena IULIANI a réalisé un mémoire sur ce qui fonde le bien commun des acteurs de la Maison. A la suite de l’obtention de son diplôme, elle a continué sur d’autres missions au sein de la structure et ce « toujours dans le même état d’esprit ». Communication, évènementiel et pérennisation sont les trois missions, à la fois différentes et complémentaires, dont Elena est chargée aujourd’hui. Le souvenir qui lui revient tout de suite à l’esprit ? C’est sans hésiter l’expérience vécue à la station de biologie marine de Concarneau. « L’un de mes meilleurs souvenirs reste Concarneau. Chaque jour, on a tout partagé avec des chercheurs qui effectuaient un tri de la faune benthique des missions en Antarctique précédentes. Toutes ces expériences d’immersion (comme l’école interdisciplinaire par exemple) qui font qu’on brise les codes, c’est-à-dire les schémas de communication classiques, sont des expériences indéniablement intéressantes et enrichissantes ! ».

La MPLS-Alsace en 5 mots clés selon Elena ?

« La créativité, je pense que c’est un mot qui revient souvent parce qu’on a une certaine liberté. Tous les acteurs de la Maison pour la science en Alsace et surtout les formateurs ont une liberté de création et d’innovation qui est très forte – ils en usent, ils en jouent et en abusent joyeusement et pleinement au sein des actions de la Maison. Après je dirais qu’il y a aussi une joie de vivre et un état d’esprit toujours dans la bonne humeur et de partage. Donc de la bonne humeur et du partage, qui font que cela forme un écrin et un terreau extrêmement fertile au service des professeurs et indirectement des élèves ! ».

Et concernant l’avenir de la MPLS-Alsace ?

« Un vœu concernant l’avenir de la Maison ? Ce serait de faire encore et toujours plus d’innovation pédagogique et un petit peu comme on l’a fait sur le projet Antarctique. Le premier vœu serait de refaire des expériences comme celle-là, parce qu’elles valorisent très bien ce qu’on fait au quotidien. Donc je ne sais pas, peut-être aller dans l’espace, sur la lune, sous l’eau (rires)… expérimenter d’autres formes de “terrains extrêmes” ! Et surtout d’essayer de réutiliser ces expériences un petit peu fantastiques pour remettre un focus et un bel éclairage sur notre quotidien qui n’est pas forcément toujours aussi spectaculaire. En tout cas que cela puisse donner une belle visibilité à nos actions, parce que je pense que ça en vaut la peine ».

découvrir l’entretien suivant


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 mai 2017

    […] Elena Iuliani, Béatrice Salviat, Gilles Dugard, Marie-Anne Marrière, Tierno Sissoko, Claire Bernardon ou encore Virginie Lanno se sont prêtés au jeu de l’interview. Venez (re)découvrir à travers leur témoignage, des souvenirs partagés, des anecdotes personnelles mais aussi des perspectives pour les années à venir ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *