Extrait d’article : “Formes et fonctions de la confiance dans la société moderne”

“La confiance présuppose un manque de savoir, une insuffisance de l’information. Elle constitue un équivalent fonctionnel du savoir au sujet des intentions d’acteurs souvent pas ou mal connus dans une société moderne largement anonyme. C’est donc avec raison que Anthony Giddens souligne que « la première situation exigeant un besoin de confiance n’est pas l’absence de pouvoir, mais l’insuffisance d’information[6] ». Georg Simmel notait déjà que la confiance se situe entre le savoir complet et l’absence de savoir et que « celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance[7] ». Dans son analyse des interactions professionnelles, qu’il illustre par la relation médecin/patient, Talcott Parsons montre que la confiance sert à combler le « competence gap » entre l’expert et le profane. Il n’y a donc confiance que parce qu’il est impossible de maîtriser toute la complexité d’une situation. En raison même de l’insuffisance des informations, la réduction de la complexité qu’opère la confiance s’apparente dès lors plus à une induction qu’à une déduction. Georg Simmel en déduit que la confiance repose sur un « savoir inductif atténué » ; à preuve, « si l’agriculteur ne croyait pas que son champ va porter des fruits cette année comme les années précédentes, il ne sèmerait pas ; si le commerçant ne croyait pas que le public va désirer acheter ses marchandises, il ne se les procurerait pas[8] ».

 Requérant une extrapolation réalisée à partir des informations disponibles, la confiance ne peut donc jamais être pleinement fondée. Elle se forme progressivement lorsque l’autre tient parole ou ne ment pas. Mais elle exige un saut dans l’incertitude et comporte de ce fait toujours un risque.

(…) Les situations de confiance comportent en effet une asymétrie du fait qu’il existe un décalage temporel entre le moment où on accorde sa confiance et celui où l’action de l’autre agent confirmera ou non son bien-fondé. C’est précisément dans cette non-simultanéité que se situe le risque lié à la confiance.”

Source : Formes et fonctions de la confiance dans la société moderne, par Flavien Le Bouter | Implications philosophiques
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/formes-et-fonctions-de-la-confiance-dans-la-societe-moderne/


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search