Journal de bord d’Annabelle #3 (16/01/17 – 18/01/17)

17 janvier 2017 – Glacier Prud’homme

La vie se poursuit de manière agréable ici. J’identifie mieux les uns et les autres et surtout le métier exercé par chacun. Nous sommes encore plus de 80 sur la base et dans quelques jours, plus d’une trentaine d’hivernants et de campagnards d’été vont prendre le bateau pour repartir en France. Aujourd’hui, je me suis octroyée une petite « grasse matinée » en me levant à 8h15 … avec quelques courbatures ! Je dois préciser que j’ai passé sept heures sur le glacier l’Astrolabe la veille, en parcourant pas mal de kilomètres. Cette journée fut extraordinaire tant humainement – Emmanuel Le Meur est un glaciologue averti, d’une grande expérience et d’une grande générosité – qu’émotionnellement et professionnellement.

L’hélicoptère est venu me chercher ce lundi 16 janvier à 11h, direction Cap Prud’homme, une base située à 5 km de là, sur le continent (DDU est une île, c’est donc symboliquement la première fois que je vais réellement mettre le pied en Antarctique !). Cette base est à la fois le lieu stratégique où se prépare le Raid, grand convoi qui va parcourir plus de 1000 km en 10 jours pour ravitailler la base de Concordia, et le coin des glaciologues car le glacier l’Astrolabe est situé à proximité.

annabelle-jb-3-2

Je suis très bien accueillie à Cap Prud’homme. Emmanuel Le Meur me fait rapidement découvrir la base. Puis nous discutons science : écoulement du glacier, zone de fracture de la glace, ligne d’échouage des bergs … Je replonge avec délectation dans mes cours de géologie ! Il me présente ensuite le matériel dont je devrai m’équiper pour me déplacer sur le glacier : baudrier, mousqueton, corde, crampon, piolet. Je déjeune avec les 26 occupants de la base, pour l’essentiel des mécaniciens très spécialisés qui sont à pied d’oeuvre pour préparer les engins du Raid. L’ambiance est encore plus conviviale qu’à DDU : on mange très bien – comme à DDU- mais le groupe est plus petit et donc moins bruyant à table. 13h30 : l’hélicoptère vient nous chercher pour nous amener sur le glacier. Nous partons à quatre : Emmanuel, Charly – l’un de ses étudiants – Fabien, glaciologue, et moi-même.

Un pied sur le glacier : je n’ai jamais eu l’occasion de vivre une telle expérience ! Quel silence ! Et ce blanc éblouissant à perte de vue, qui se confond avec le ciel… Je suis au milieu de nulle part et c’est féérique. Une immense impression de sérénité m’envahit soudain… Je rêve toute éveillée que je suis dans un autre monde… On commence à s’équiper mais on attend le retour de l’hélicoptère qui nous dépose une caisse remplie de matériels en tout genre : tarières, poulkas (de petites embarcations que l’on peut charger de matériel et tirer sur la glace), tronçonneuse, GPS, cordages… Il va y avoir du boulot sur le terrain ! Je vais en effet suivre la petite troupe dans un travail de maintenance et de réimplantation de balises GPS. Ces balises sont positionnées dans la glace et permettent de suivre le déplacement – l’écoulement – du glacier au cours du temps. Mais comme le glacier se déplace à la vitesse de 600 mètres par an, les glaciologues sont obligés de repositionner les balises au fur et à mesure afin de garder des mesures cohérentes ! Les poulkas chargées, on s’encorde par sécurité : tous nos déplacements se feront désormais en cordée de quatre. Je suis en troisième position, les deux glaciologues ouvrant et fermant la marche.

annabelle-jb-3-1

Durant quatre heures, je vais assister au travail peu commun de ces trois hommes. Il faut d’abord dégager la balise englacée avant de pouvoir la réimplanter 600 mètres plus haut. Tronçonneuse, tarières, pelles et piolets sont à l’oeuvre : une musique inattendue se joue là-haut ! Images surréalistes de chercheurs qui s’activent dans un travail technique et de manutention, à l’autre bout du monde … Vers 17h45, le travail est achevé. Emmanuel nous propose une balade dans les crevasses du glacier. On ratera le dîner mais on s’en moque !

Trois heures pour découvrir la beauté de la glace, seuls dans les entrailles d’un géant posé là depuis des milliers d’années.

Je rentre à DDU, le coeur rempli d’émotions multiples. Un très beau moment de ma vie. Je retiens mes larmes dans l’hélicoptère qui me ramène sur mon île…


18 janvier 2017 – Les règles de vie sur la base

J’ai pris le temps de faire le tri dans la masse de photos, vidéos et interview qui commencent à s’accumuler. Je n’ai pas le temps de faire la synthèse de tout le travail déjà réalisé mais j’indexe et je stocke les données pour pouvoir les reprendre plus tard. Et comme toujours, je cours ici et là, au gré des scènes de vie et de recherche scientifique à saisir sur le vif ! J’ai l’impression de me transformer en reporter photo ! Tiens : un métier qui me plairait bien finalement !

Amusant : je me suis faite recadrer trois fois aujourd’hui ! Il y a des règles de vie en collectivité qu’il faut apprendre et respecter sans quoi c’est un rappel à l’ordre direct et immédiat qui vous est signifié. D’abord, c’est Audrey, qui m’a fait remarquer ce matin qu’il était fort désobligeant de fermer la porte de la salle de bain à clé puisqu’elle est commune (les douches et les WC étant eux-mêmes cloisonnés par des portes que l’on peut verrouiller). Elle a eu raison, bien évidemment… Je ne suis pas chez moi dans ma salle de bain (parfois on en rêve tout de même… et le rêve prend le pas sur la réalité !). Puis c’est le « surveillant hélico » qui me rappelle fermement de ne pas marcher sur les passerelles situées près de l’héliport durant les opérations d’hélitreuillage. Logique… Où as-tu la tête Annabelle ?! Dernier rappel à l’ordre au déjeuner : l’un de mes voisins de chambre me demande de n’échanger aucune parole dans le couloir du dortoir. Certaines personnes se couchent très tôt car elles ont un rythme de travail différent. Le couloir doit rester silencieux (même si certains ronflements se font entendre d’une extrémité à l’autre de celui-ci).

Bientôt l’heure du dîner de départ. Un grand méchoui oriental préparé par le cuisinier pour saluer tous les hivernants de la TA 66 (66ième année d’hivernage en Terre Adélie) qui s’apprêtent à regagner la France. Demain, c’est normalement ma journée de service base mais j’apprends que je suis missionnée à Cap Prud’homme toute la journée pour suivre la préparation du Raid, ce convoi hors norme qui va parcourir près de 1000 km dans des conditions difficiles pour ravitailler la base de Dôme C. Départ à 7h30, en hélicoptère – mon nouveau taxi désormais – pour découvrir les coulisses du pré-acheminement de matériels et d’engins ! Heure du retour prévu à DDU ? Inconnue. Ici tout se fait sur le vif, souvent au dernier moment parce qu’il y a toujours de l’imprévu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.