Journal de bord d’Annabelle #2 (13/01/17 – 15/01/17)

Le temps passe vite et les journées sont bien remplies ici à DDU. C’est dimanche le 15 janvier, je prends le temps de vous faire vivre ces deux derniers jours riches en émotions.

journal-13-15-1


Vendredi 13 janvier 2017 – Fin de voyage en hélicoptère

journal-13-15-2Nous avons dû quitter l’Astrolabe à plus de 80 km de DDU vendredi 13 janvier car il était impossible de se rapprocher davantage de la base. Le pack était bien trop dense et le bateau ne peut pas monter sur la banquise. Nous avons fait le reste du trajet en hélicoptère avec nos bagages. Comme nous n’étions que 18 passagers, cela s’est fait en moins de deux heures. Le spectacle de la banquise vu d’en haut est absolument stupéfiant. C’est comme une patinoire gigantesque avec de très gros glaçons échoués çà et là !

Une immensité de blanc, à perte de vue qui éblouit autant les yeux que la mémoire. Impact émotionnel stocké jusqu’à la fin de mes jours dans les recoins de mon cortex cérébral …

journal-13-15-3

Survol en hélicoptère. Vue de la base.

Arrivée à DDU, le DisTA – chef du district Terre Adélie – m’indique le bâtiment et le numéro de chambre qui m’est attribué. Mon dortoir est situé un peu en contrebas des bâtiments principaux. C’est le dortoir d’été. Il est plus récent et donc plus confortable que le dortoir du bâtiment 42 et on y est moins nombreux. Mais il faut le regagner en marchant cinq à dix minutes à travers l’une des manchotières de la base.

Pour l’heure, vu qu’il y a les bagages à transporter, on me propose de m’y déposer en véhicule à chenille. J’ai à peine le temps de ranger mes affaires dans ma chambre – que je vais partager avec une autre femme déjà présente sur la base – qu’il me faut regagner à pied le bâtiment « Séjour » dans lequel hivernants et campagnards d’été prennent chaque jour leurs repas.

journal-13-15-4Je suis à la lettre les consignes de marche : suivre la corde blanche pour ne pas déranger la colonie de manchots et ne surtout pas prendre le cordon qui mène à la zone amagnétique qu’il est interdit de franchir puisqu’elle contient des équipements très sensibles permettant de mesurer les valeurs absolues du champ magnétique. Je me promène donc à travers les granites et les gneiss sur lesquels sont installés les manchots Adélie aperçus plus tôt en mer. Là je les vois de très près ! De petites « peluches » qu’on a envie de prendre dans ses bras mais qui sentent mauvais (en raison de leurs déjections blanchâtres très nombreuses) et qui font beaucoup de bruit ! (heureusement, je ne les entends pas au dortoir d’été).

journal-13-15-5J’arrive au bâtiment séjour. Le DisTA nous accueille à nouveau pour tenir une réunion sur les consignes de sécurité (déplacements sur la banquise notamment) et sur les règles de vie sur la base. Plusieurs endroits seront interdits à la promenade car la glace est fragile par endroit et pourrait céder. Coline et Elodie, deux hivernantes qui s’occupent des oiseaux sur la base, prennent la parole pour nous informer des consignes de respect de l’environnement et de la faune. J’apprends que les manchotières de la base sont dépeuplées par rapport à l’an passé. Très peu de poussins Adélie ont survécu et certains couples sont déjà repartis. C’est encore plus dramatique pour les manchots Empereurs dont le nombre est extrêmement faible. La persistance d’une banquise anormalement étendue en cette période de l’année a obligé les parents à aller de plus en plus loin pour trouver de la nourriture en mer. Le temps de revenir, la majorité des poussins sont morts de faim (ou ont été dévorés par les skuas, des oiseaux carnivores).

Je prends ensuite note des obligations relatives à la vie sur base : aider, chaque samedi, à la « chaîne des vivres » qui consiste à faire transiter de mains en mains le long d’une « chaîne humaine » les rations alimentaires stockées dans les bâtiments « 4°C » et « -20°C » (en référence à la température de conservation). J’apprends d’ailleurs que les stocks alimentaires sont suffisants pour assurer deux ans d’autonomie à la base, de quoi anticiper d’éventuels problèmes de ravitaillement de la base par le bateau. Autre obligation à DDU : le service base. Chaque hivernant ou campagnard d’été doit donner une journée de son temps pour participer au nettoyage des dortoirs et du séjour, à la vaisselle et au service en salle de repas (dressage et nettoyage des tables, distributions des plats). Ainsi, tous les jours, une nouvelle équipe de trois personnes se relaie pour que la vie en communauté soit possible. Mon jour de service base est fixé au jeudi 19 janvier.

Les repas sont très copieux et l’ambiance est vraiment familiale. Je termine ma journée par un tour de la base pour repérer chaque bâtiment et m’informer de la présence des différents programmes de recherche que je vais suivre.

Je réalise assez rapidement, au gré des rencontres et des discussions que de nombreuses personnes souhaitent communiquer sur la nature de leur travail ici à DDU !

De quoi élargir le recueil d’informations et de quoi s’enrichir humainement aussi ! Je regagne mon dortoir, heureuse de cette journée en collectivité. Il fera bon vivre ici !


Samedi 14 janvier 2017 – Premiers jours à Durmont D’Urville

J’essaye de me fixer des priorités de travail mais elles sont bien vite déplacées du fait des occasions qui se présentent en direct et qu’il ne faut surtout pas rater ! Le temps est très contracté ; je suis ballotée au gré des contingences logistiques et des opportunités de suivi scientifique (raison pour laquelle je n’ai pas pu écrire mon journal durant trois jours…). Je profite par exemple de la présence des glaciologues basés à Cap Prud’homme – à 5 km de là – pour planifier techniquement mon déplacement sur le continent et avoir la chance de les accompagner sur le glacier l’Astrolabe.

Ensuite, l’équipe du bâtiment Geophy (pour « géophysique) me propose de visiter la cave de sismologie enterrée sous la roche. Elle n’a pas été ouverte depuis plusieurs années. Elle renferme les sismomètres très sensibles aux variations de pression et de température. Je fais également le tour de l’abri – ou shelter – de sismologie qui contient le système d’acquisition des données sismiques générées par les sismomètres. Et peu à peu, je remonte ainsi toute la chaîne instrumentale depuis le recueil des données sismiques jusqu’à son traitement.

journal-13-15-6

Le dortoir d’été

En soirée, impossible d’écrire à nouveau … Trop de photos et de vidéos à indexer et à archiver et des synthèses à rédiger pour ne pas me retrouver submergée par le flot d’informations reçu. J’élimine aussi, petit à petit, les photos ou vidéos inutiles. Il m’en reste tout de même plus de 1500 après ce premier tri grossier ! Je prends quand même le temps de profiter du paysage et de l’ambiance qui règne ici. Je retiens peu à peu le prénom des quelques 80 hivernants ou campagnards d’été présents sur la base. Il y a de sacrées personnalités ! de sacrés parcours professionnels aussi qui font rêver ou qui donnent envie de se dépasser.


Dimanche 15 janvier 2017

Ce matin, je regagne le bâtiment Météo pour assister au lâcher du ballon sonde. Ce dispositif permet d’acquérir quotidiennement des données de température, d’humidité, de pression, de direction-vitesse et force du vent, du sol à la stratosphère. Et quelle belle opportunité : c’est moi qui vais le lâcher dans les airs ! Ce matin, il a du vent, pas facile … mais le challenge est relevé ! Je fais ensuite le tour de tous les autres instruments de météorologie et ils sont nombreux. Je prends des photos et des notes pour ne rien oublier !

journal-13-15-7

La chaîne des vivres !

Ici le temps est tout à la fois dense – du fait de la diversité et de la multiplicité des tâches à assurer – et relâché – du fait de la sensation d’être porté par le collectif.

Les responsabilités de la vie quotidienne sont moins prégnantes en quelque sorte, car c’est une petite communauté qui agit par et pour elle-même … Tout ce qui se réalise ici dépend de la participation de tous. Et en particulier, aucun travail scientifique n’est possible sans le soutien des mécaniciens et des logisticiens ; aucune vie n’est possible sans le plombier – qui vient d’ailleurs de réparer les toilettes du dortoir 42… – les professionnels de la centrale qui entretiennent la production d’eau et d’énergie, les pilotes d’hélicoptère assurent le transport des personnels et des vivres, le cuisinier qui nous régale et entretient le moral des troupes … pour ne citer que quelques-uns des métiers indispensables.

Promis, je vous enverrai davantage de photos les prochains jours !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.