Journal de bord d’Annabelle #1 (04/01/17 – 13/01/17)

4 janvier 2017 – Trajet de Strasbourg à Hobart

  • Départ Strasbourg – Arrivée Paris Charles de Gaulle (CDG)
  • 04/01/17 : départ Paris CDG 21:35 – Arrivée Dubaï 7:20 (J+1)
  • 05/01/17 : départ Dubaï 9:35 – Arrivée Sydney 6:30 (J+1)
  • 06/01/17 : départ Sydney 10h35 – Arrivée Hobart
msa_avion_vol-quantas_2017-01-06 msa_avion_dubai%cc%88_2017-01-04 msa_avion_billets_2017-01-04

Immersion : atterrissage à l’aéroport de Dubaï


Crédit vidéo : Travel Curiosity


7 janvier 2016, 17:42 – Port de Hobart

“Coucou,

Cette fois, je prends le temps de te donner un peu de nouvelles avant, peut-être, d’avoir le mal de mer et de rester clouée au lit (il parait qu’une mer agitée nous attend). Nous venons de quitter Self Point (ndlr: port de Hobart) cet après-midi 6 janvier à 14h30. Il fait grand soleil et chaud (30°C). On a tous passé pas mal de temps sur le pont à regarder le paysage de la baie de Derwent River. Nous sommes 18 passagers (plus le personnel naviguant) ce qui est plutôt confortable. Ce midi nous avons très bien déjeuné, le cuisinier fait des merveilles ; petite salade d’avocat et saumon fumé en entrée suivi de pilons de poulet, pommes de terre grillées et poivrons, puis du fromage et une mangue. Les horaires de repas sont très stricts : 7h à 8h pour le petit déjeuner, 12h pour le déjeuner et 19 h pour le dîner.

msa_astrolabe_2017-01-07 msa_astrolabe-_2017-01-06 msa_astrolabe-arrivee_2017-01-06

Tout le monde est vraiment agréable sur le bateau.

Je dors avec deux autres femmes dans une cabine prévue jusqu’à 6 personnes. Certains passagers ont commencé à mettre un patch préventivement. Pour l’instant, j’attends encore. Là, ça commence un peu à tanguer mais c’est gérable. Un des deux médecins à bord réalise une expérience sur le mal de mer. Nous sommes 7 à nous être portés volontaires. C’est un peu contraignant (nombreux questionnaires à remplir tous les jours, des tests de réactivité et un coton à imprégner de salive – pour une quantification du taux de cortisol – 4X/jour, et une montre un peu spéciale à porter pour relever l’activité quotidienne. C’est bientôt le temps de dîner. Je vais un peu m’allonger avant car les dernières “nuits” furent vraiment courtes.

Annabelle”

msa_astrolabe-bar_2017-01-07 msa_astrolabe-cabines_2017-01-07 msa_astrolabe-commande_2017-01-06-jpg

8 janvier 2017, 7:40 – en mer à bord de l’Astrolabe, océan austral, 414 km de Hobart

“Hello,

Aujourd’hui, le 8 janvier 2017, le bateau avance sur l’océan austral. La mer n’est pas trop agitée mais comme le bateau n’est pas prévu pour le tangage et le roulis, cela bouge pas mal quand même ! Hier soir, le médecin du bateau a absolument tenu à me coller dans le cou un patch contre le mal de mer car j’ai eu des difficultés à manger. Au dîner, il y avait pourtant de délicieuses pâtes carbonara mais la sauce m’écoeurait… Je suis sortie sur le pont pour prendre l’air et regarder l’horizon, un bon remède contre le mal de mer ! J’ai pu dormir correctement mais le patch à des effets secondaires que je n’apprécie guère comme la somnolence, la bouche sèche, la confusion, la difficulté à se concentrer. Cet après-midi, j’ai décidé de l’ôter… Ce n’est peut-être pas une bonne idée puisque les deux prochains jours, la mer sera plus difficile ! J’ai retrouvé mon appétit. Au menu du déjeuner, une entrée à base de saumon fumé, un plat de canard à l’orange et une salade de fruits pour le dessert.

msa_astrolabe-salle-manger_2017-01-07-2 msa_astrolabe-depose_helico_2017-01-06-jpg msa_astrolabe-passerelle_2017-01-07

J’ai passé pas mal de temps à archiver les nombreuses photos et vidéos que j’ai déjà prises. J’ai aussi poursuivi l’expérimentation sur le mal de mer qui nous occupe beaucoup tant il y a de questionnaires à remplir et de tests à passer 4 fois par jour. Cela rythme un peu le quotidien. Nous avons également joué au rami et à la belote. Puis j’ai interviewé Céline Tuccelli qui sera le futur commandant du nouveau bateau Astrolabe (en cours de construction). Elle travaille dans l’armée, à la marine nationale. J’ai aussi fait un petit tour à la passerelle pour recueillir les données météo et la position de bateau. Toutes ces informations sont consignées dans un grand cahier, chaque matin et après-midi. Il est 18h, dans une heure ce sera le dîner mais avant, il faut absolument que je dorme un peu !

Bises, Annabelle”


9 janvier 2017, 9:41 – en mer à bord de l’Astrolabe, océan austral, 532 km de Hobart

“Etat de forme pas terrible aujourd’hui. Le bateau bouge énormément. Il m’est d’ailleurs difficile d’écrire là. La nuit dernière fut agitée. Ma couchette est orienté tribord-babord, parallèlement au sens de mouvement du bateau ce qui n’arrange pas les choses ! En plein milieu de la nuit, vers 00H30, j’ai décidé de grimper sur la couchette située au dessus de l’une de mes deux camarades de cabine. Elle est mieux orientée. j’ai pris quelques bleus au passage, tout devient extrêmement acrobatique.

Les objets valsent, les portes claquent et on se cogne fréquemment.

J’ai quand même réussi à prendre une douche. Il faut apprendre à ne pas résister aux mouvements du bateau mais à les suivre. le petit déjeuner n’est pas passé, la nausée me gagne à nouveau. Je suis allée prendre l’air sur le pont. J’ai dû m’accrocher ! J’ai pu prendre en photo l’albatros timide et le puffin fuligineux. Je retourne me coucher

… A bientôt !  ”

Immersion : à la barre de l’Astrolabe (attention au mal de mer !)


10 janvier 2017, 9:41 – en mer, à bord de l’Astrolabe, océan austral. Passage du front 53°S

“Hier après-midi, j’ai passé pas mal de temps à somnoler  comme la plupart des passagers. Lutter contre la gite et le roulis est fatiguant surtout quand cela ne s’arrête jamais ! Le soir, j’ai envoyé quelques courriels dans la salle des ordinateurs situé dans la cale du bateau : grave erreur ! Le mal de mer y est encore plus intense loin de tout hublot et de tout horizon. Je me suis allongée et j’ai pris 1 comprimé contre la nausée. J’ai très bien dîné ensuite. Au menu, une petite salade de choux et poivron crus en entrée, suivi d’encornets et d’une purée maison, de fromage et de grappes de raisins. J’ai passé ensuite une très bonne nuit après m’être acquittée de mes « devoirs » liés à l’expérience en cours sur le mal de mer. Il faut dire que j’ai définitivement changé de couchette pour dormir dans l’axe Avant-Arrière du bateau. J’ai pris la grosse combinaison de sécurité et de gros coussins pour me caler à droite et à gauche et limiter ainsi le roulis. Je garde les boules quies car les moteurs du bateau font beaucoup de bruit. J’ai enfin passé une nuit complète sans me réveiller !

Je vis « bateau » désormais !

A 6h00, j’avais une pêche d’enfer et pour une fois j’ai pu faire dans les temps les tests de réactivité et le recueil de cortisol salivaire pour l’expérimentation sur le mal de mer (à faire au réveil puis 30 minutes après le réveil). Je pense être totalement amarinée ! Je vis « bateau » désormais ! Ce matin, j’ai suivi un petit groupe de six hommes pour faire un peu de sport. C’est Mathieu, le médecin du bateau qui a proposé une séance de trois quart d’heure de gainage, abdos, pompes et étirements. Nous nous sommes installés où nous pouvions, dans le salon et l’un des couloirs. Cela nous a fait beaucoup de bien et nous avons beaucoup ri parce qu’il fallait suivre les mouvements du bateau !

Le temps est à la pluie ce matin. Difficile d’observer de nouveaux oiseaux. Nous avons beaucoup de chance car Jérôme Fournier est avec nous sur le bateau et il est ornithologue. Le recensement de la faune est donc aisée. C’est lui qui identifie les oiseaux sur les photos que je prends. Avant-hier, j’ai ainsi cru apercevoir un puffin fuligineux alors qu’il s’agissait d’un Pétrel à menton blanc… Bon j’ai toujours autant de mal à les distinguer, même avec un clé d’identification !

Je sens la fraîcheur arriver. J’ai enfin chaussé mes charentaises et de grosses chaussettes. On a passé le front polaire (ou convergence antarctique)  – au-delà de 53°S – , mur invisible le long duquel  les eaux de surface de  l’océan austral et les eaux sub-antarctiques ne se mélangent plus. En surface, les eaux deviennent plus froides, plus denses, plus oxygénées et moins salées ; cela crée une barrière à la dispersion des espèces qui deviennent de ce fait endémiques, au Sud de ce front.”


11 janvier 2017, 14:41 – en mer, à bord de l’Astrolabe, océan austral, 300 km du continent Antarctique

“Hier soir, l’ambiance au salon était très plaisante. Nous avons joué aux cartes et puis, deux passagers ont joué plusieurs morceaux de guitare en chantant. Ils avaient un public enthousiaste et joyeux ! Je me suis couchée vers 22h00. Ma nuit fut particulièrement mauvaise. Panne de courant, les moteurs du bateau se sont arrêtés et le roulis fut encore plus intense… Les mouvements droite-gauche du bateau se sont intensifiés et sont accompagnés à présent de roulements du haut vers le bas. Lorsque je ferme les yeux, je ne sais plus bien où je me trouve. Ma boussole interne perd le Nord ! Ce n’est pas la nausée qui me prend. Non. Je suis passablement agacée de vivre dans une sorte de shaker géant, ballottée en permanence. S’ajoutent à cela des bruits permanents et variés de portes qui claquent, de bois qui craque, de moteurs qui vrombissent, de rideaux qui coulissent et s’agitent, d’objets qui tremblent… De quoi se réveiller avec un épouvantable mal de tête ! J’aimerais que cela s’arrête. Je me sens grognon et forcément un peu moins sociable…

J’essaye de garder les idées claires en ne restant  pas trop longtemps allongée. Il y a deux jours, quand le mal de mer avait pointé le bout de son nez, j’avais passé le plus clair de mon temps dans ma couchette, devenue pour l’occasion un véritable espace de vie. Tout y était étalé à portée de main : l’ordinateur, l’appareil photo, le dictaphone, mes livres, ma musique, les bonbons, la peluche de mes enfants, une bouteille d’eau (j’ai oublié de vous dire que l’eau qui sort des robinets est marron, donc imbuvable !). Une vie aménagée dans deux mètres carrés : je n’en garde pas un souvenir palpitant ! J’ai hâte que l’on atteigne le pack, au moins le bateau ne bougera plus autant.

astrolabe

Ce soir, peut-être, aurai-je l’occasion de voir mon premier berg ? Ce qui est  sûr c’est que le froid s’installe. Des courants d’air s’insinuent entre les cloisons de ma couchette. Dehors, il neige et la faune commence à changer. Elle devient franchement antarctique. Les pétrels des neiges et les pétrels bleus sont désormais bien visibles tandis que les oiseaux des sub-antarctiques se font rares. J’ai retrouvé le sourire avec  un steak-frites-beurre d’escargot servi au déjeuner. Décidément, la nourriture est capitale sur ce bateau ! Une sieste postprandiale s’impose pour tout le monde. Mais je crois que je ne vais fermer l’œil qu’à moitié…”


12 janvier 2017, 17:41 – en mer, à bord de l’Astrolabe, océan austral, 90 km du continent Antarctique

“La nuit dernière fut bonne pour tous. Le roulis a nettement diminué. Réveil à 5h30 : les premiers glaçons et, au loin, le premier berg ! Le spectacle est époustouflant ! Je réalise la chance extraordinaire que j’ai de pouvoir admirer un tel environnement. Comme tous les passagers qui n’ont jamais vu un tel paysage, je prends en photo chaque glaçon qui passe. Chacun est singulier par sa forme et les reflets bleutés qui l’entoure au raz de l’eau. L’Astrolabe se fraye un chemin dans le pack encore disloqué ; la glace cogne contre la coque. Tiens : mon premier manchot Adélie ! Je pense instantanément à mes enfants : « dis maman, tu nous en ramèneras un ? ». J’aurais tant voulu qu’ils soient là ! La magie continue avec les damiers du Cap, les fulmars, les albatros fuligineux, les pétrels géants antarctiques, les phoques crabiers et les phoques de Weddell qui s’agitent tout près de nous.  Cet après-midi, l’hélicoptère a été sorti de la cale du bateau. La manoeuvre pour le hisser sur le pont avec la grue puis pour fixer les pales a duré près d’une heure. Tous les passagers étaient sur le pont ou sur la passerelle pour admirer la dextérité des logisticiens manutentionnaires. En fin de journée, l’hélicoptère est parti en reconnaissance à la recherche d’un chemin dans le pack. Nous sommes encore à 90 km de la base et Stan, le commandant de l’Astrolabe, a pris la décision d’avancer encore d’une quarantaine de kilomètres. Demain matin, les cinquante derniers kilomètres qui nous sépareront de DDU se feront en hélicoptère car l’Astrolabe ne parviendra pas à briser la banquise.”

Immersion : magnifiques photos de bergs sur le site de l’IPEV ! (cliquez ici)


13 janvier 2017, 7:52 – presque à terre !

“Pas d’envoi mail du bateau aujourd’hui car nous allons le quitter. Nous sommes encore à un peu plus de 80 km de la base mais le bateau ne parviendra pas à se rapprocher davantage. Le pack est trop compact et ensuite c’est la banquise, sur laquelle l’astrolabe ne peut pas monter. Nous nous apprêtons donc à faire le reste du chemin en hélicoptère ( je suis trop contente en fait !) avec nos bagages. Ce matin vers 3h, il paraît que les baleines ont fait leur apparition. Un spectacle sans nul doute merveilleux… que j’ai râté ! Mais je continue à me délecter des manchots Adélie qui ont l’air un peu gauche comme ça sur leurs glaçons … mais qui sont d’une agilité incroyable dans l’eau !”

msa_astrolabe-helico_2017-01-06


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.