De La main à la pâte aux Maisons pour la science au service des professeurs

L’article présenté ici s’appuie sur un mémoire de recherche de MASTER MEEF-PIF-TFE réalisé à l’ESPE de Strasbourg et soutenu en juin 2016.

Pour ceux qui désireraient obtenir le texte intégral du mémoire :

https://publication-theses.unistra.fr/public/memoires/2016/IFM/2016_HIHI_JeanDaniel.pdf

Les Maisons pour la science : « dans le sillage » de La main à la pâte

La genèse des Maisons pour la science (MPLS) est consubstantielle à celle de La main à la pâte (la MAP) ; cette dernière étant née d’un constat réalisé dès 1995 par Georges Charpak, Pierre Léna et Yves Quéré :

« En 1995, les estimations de la direction des écoles, au ministère, relèvent qu’à peine 3% des classes de l’école élémentaire pratiquent un enseignement de sciences, malgré son inscription dans les programmes en principe obligatoires, autre façon de dire que 97% des enfants n’entendaient pratiquement pas parler de cette matière avant le collège. » (Charpak, Léna & Quéré, 2005, p. 15).

Ces trois scientifiques convaincront le Ministre de l’Éducation Nationale dès 1995 de mandater une mission à Chicago afin de visiter les écoles suivant le plan « Hands on » de Leon Lederman, prix Nobel de physique et ancien directeur du CERN. Sous l’impulsion des mêmes protagonistes et sous la houlette de l’Académie des sciences, naîtra à l’automne 1996, La main à la pâte, un manifeste puis un projet destiné à former les enseignants de l’école primaire dans le domaine des sciences et techniques. On peut dire à ce propos que Charpak déplorait le vocable de « technologie », littéralement « discours sur la technique » qui a remplacé le terme de « technique » dans l’usage courant (ibid. p. 18).
Comme l’explique Pierre Léna (2009), la spécificité de l’approche proposée est d’être bottom-up et non pas top-down. Il faut entendre par là que débuter « sur le terrain », en travaillant avec la base et au contact des enseignants doit permettre d’obtenir une adhésion bien supérieure de la part d’un public dont il ne faut pas oublier qu’une grande majorité n’a jamais eu de formation scientifique initiale. Pour avoir un ordre d’idée et sachant que la situation actuelle n’a quasiment pas changé, il faut savoir qu’en 2000, 78% des professeurs des écoles sortaient d’une filière « Lettres et sciences humaines » (Esquieu & Perier, 2001). Aussi il apparait essentiel de tenir compte de leurs difficultés au quotidien, de leurs réalités matérielles, de leurs compétences et de leurs connaissances des enfants. Construire avec eux un curriculum cohérent semble une approche plus judicieuse que d’imposer un choix top-down qui aurait pour conséquence de « renforcer une pression ministérielle sur les enseignants pour les contraindre à enseigner la science » (Léna, 2009).
En 1998 sont publiés les « Dix principes de La main à la pâte » (Charpak, Léna & Quéré, 2005) qui insistent sur la nécessité de la réflexion et de l’acquisition de connaissances, pendants indispensables au volet de l’expérimentation. En 2006, l’Académie des sciences mettra en œuvre un nouveau projet intitulé « Dans le sillage de La main à la pâte » et visant les deux premières années de collège.
Fort de ce succès, c’est en 2012 que naîtront les Maisons pour la science au service des professeurs.

Les Maisons pour la Science : interconnexions avec les différents acteurs

Les MPLS sont des projets financés pour moitié et jusqu’à l’horizon 2017 par les Investissements d’Avenir via l’ANRU[1], et pour moitié par les universités, les rectorats et les régions. Elles sont le fruit des volontés de la MAP et de l’Académie des sciences de proposer une offre de formation continue scientifique aux enseignants du primaire et du collège. Cette offre de développement professionnel peut s’inscrire dans les plans de formation proposés par le Ministère de l’Éducation Nationale. « Conçues comme des prototypes au service d’une rénovation de la formation continue, elles collaborent étroitement avec les instances existantes (rectorats, ESPE, IREM, …) »[2]. La spécificité de ces structures est d’être à l’interface entre les mondes de l’Université, de la Recherche et de l’Éducation Nationale. En effet, les personnels des MPLS sont issus de ces trois corps ; l’idée étant d’offrir aux stagiaires des formations co-construites par des formateurs pédagogues des premier et second degrés, des enseignants-chercheurs de l’université et des chercheurs qui auront là l’occasion d’ouvrir leurs laboratoires. Dès 2017, les MPLS devront assurer leur pérennité grâce au développement de relations avec les partenaires locaux qui prendront le relais des Investissements d’Avenir. Elles seront donc amenées à nouer des partenariats avec des entreprises ou des organismes publics ou privés ; chaque Maison possédant sa structure et sa dynamique propre, fruits des conditions environnementales et des contingences locales (cf. carte en annexe).

Mode de fonctionnement et « philosophie » des MPLS

Les MPLS sont des « laboratoires scientifiques et pédagogiques » où des enseignants de classes maternelles, élémentaires, du collège, de l’université et des chercheurs (physiciens, chimistes, biologistes, géologues, mathématiciens, etc.) se rencontrent hebdomadairement pour échanger, apprendre à se connaître, découvrir les cultures et apports de chacun en vue de construire des formations destinées aux enseignants du primaire et du collège. L’esprit est bien défini par l’extrait suivant, mis en exergue dans la brochure de l’offre de développement professionnel :

Cette offre met l’accent sur la science et la technique vivantes, les interactions avec le monde scientifique et l’industrie, l’innovation, la pluridisciplinarité, avec une visée pratique et concrète pour la classe. Elle se décline autour de trois axes :

  • Axe 1 : Vivre la science pour l’enseigner

  • Axe 2 : S’ouvrir à d’autres disciplines

  • Axe 3 : Concevoir, construire, expérimenter, exploiter

Ces actions nationales associent des structures scientifiques ou industrielles sur tout le territoire.
Toutes les actions de développement professionnel des MPLS sont conduites par des intervenants issus pour moitié du monde éducatif et pour l’autre moitié du monde scientifique ou technique.

Dans l’esprit de la MAP, ces actions mettent l’accent sur :

– une vision cohérente des sciences expérimentales et d’observation ainsi que des mathématiques, tout en développant l’interdisciplinarité et la maîtrise de la langue ;
– la pratique d’une pédagogie d’investigation ;
– une cohérence et une continuité de contenus et de pédagogie depuis la maternelle jusqu’à la fin du collège ;
– un rapprochement entre les communautés éducatives, scientifiques et industrielles

On comprend mieux l’originalité de ce projet et les nombreuses connexions possibles avec le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur…

BIBLIOGRAPHIE

CHARPAK, G., LÉNA, P., & QUÉRÉ, Y. (2005). Enfant et la science (L’): L’aventure de La main à la pâte. Odile Jacob.

ESQUIEU, N., & PERIER, P. (2001). Devenir professeur des écoles. Note d’information-Direction de la programmation et du développement, (46), 1-6.

LÉNA, P. (2009). L’aventure de La main à la pâte. Revue internationale d’éducation de Sèvres, (51), 115-123.

[1] Agence Nationale de Rénovation Urbaine

[2] http://www.maisons-pour-la-science.org/node/4391

connexions_msa

 


Jean-Daniel HIHI

Professeur de Physique-Chimie au Collège. Formateur associé référent pour la Physique-Chimie, l'EIST et l'interdisciplinarité à la Maison pour la Science en Alsace.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 janvier 2017

    […] de cette article, conçu comme un retour d’expérience de terrain appuyé sur les résultats de Master recherche de Jean-Daniel Hihi (Hihi, 2016 – pdf), il y a la rencontre entre une recherche doctorale, ou plutôt un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.