Le maître ignorant. Jacques Rancière [Notes et annotations de lecture]

Merci à Solène Roulet pour le partage de cette référence.

Adopter à la lecture une perspective et les questionnements qui en découlent : Qu’en serait-il de l’enseignement des sciences vis-à-vis de ce type de rapport au savoir et à l’autorité du maître, non plus en tant que sachant mais en tant qu’ignorant ?

  • Écritures autour de l’ouvrage

« L’« émancipation », dont la mention court au long de ses ouvrages, n’est pourtant pas, chez lui, un maître-mot : c’est le mot d’un penseur qui refuse d’être un maître. Charge à nous d’inventer les formes de notre liberté. » Le maître ignorant entretien avec Jacques Rancière entretien réalisé par Mathieu Potte-BonnevilleIsabelle Saint-Saëns Vacarme 09 – 1999

« Il n’y a pas d’ignorant qui ne sache une multitude de choses et c’est sur ce savoir , sur cette capacité en acte que tout enseignement doit se fonder .Instruire peut donc signifier deux choses exactement opposées : confirmer une incapacité dans l’acte même qui prétend la réduire ou à l’inverse, forcer une capacité , qui s’ignore ou se dénie , à se reconnaître et à développer toutes les conséquences de cette reconnaissance. Le premier acte s’appelle abrutissement , le second émancipation. (…) Les amis de l’égalité n’ont pas à instruire le peuple pour le rapprocher de l’égalité , ils ont à émanciper les intelligences , à contraindre n’importe qui à vérifier l’égalité des intelligences. Ce n’est pas là une affaire de méthode , au sens de formes particulières d’apprentissage , c’est proprement une affaire de philosophie : il s’agit de savoir si l’acte même de recevoir la parole du maître – la parole de l’autre – est un témoignage d’égalité ou d’inégalité. C’est une affaire de politique : il s’agit de savoir si un sytème d’enseignement a pour présupposé une inégalité à « réduire » ou une égalité à vérifier. » Jacques Rancière, 2002

« Ça m’amène à me poser la question de l’intention dans la création. Est-ce qu’il est plus important de dire ou de proposer : quand quelqu’un va regarder, lire, ce que j’ai produit est-ce que je veux amener une phrase toute faite dans sa tête ou ouvrir une porte qui l’emmènera sur le chemin de réflexion sur lequel je me trouve. » Naima VOIS sur son blog

Carnet de notes de Naima VOIS - http://nvois.esarocailles.fr/blog/public/ANNEE3/CARNET/Lemaitreignorant.jpg

Carnet de notes de Naima VOIS – http://nvois.esarocailles.fr/blog/public/ANNEE3/CARNET/Lemaitreignorant.jpg

« J’ai écrit un ouvrage qui s’appelle Le Maître ignorant . Il me revient donc logiquement de défendre sur ce sujet la position apparemment la plus déraisonnable : la première vertu du maître est une vertu d’ignorance . Mon livre raconte l’histoire d’un professeur , Joseph Jacotot , qui fit scandale dans la Hollande et la France des années 1830 en proclamant que les ignorants pouvaient apprendre seuls sans maître pour leur expliquer , et que les maîtres , de leur côté , pouvaient enseigner ce qu’ils ignoraient eux-mêmes . Au soupçon de faire commerce de paradoxes faciles s’ajoute donc celui de se complaire dans les vieilleries et les extravagances de l’histoire de la pédagogie . Je voudrais pourtant montrer qu’il ne s’agit pas là de plaisir du paradoxe mais d’interrogation fondamentale sur ce que savoir , enseigner et apprendre veulent dire ; pas de voyage dans l’histoire de la pédagogie amusante mais de réflexion philosophique absolument actuelle sur la manière dont la raison pédagogique et la raison sociale tiennent l’une à l’autre . Je vais tout de suite au coeur de la question . Qu’est-ce que cette vertu d’ignorance ? Qu’est-ce qu’un maître ignorant ? » Jacques Rancière, 2004

 « Au niveau empirique le plus immédiat, un maître ignorant est un maître qui enseigne ce qu’il ignore. » Jacques Rancière, 2004

« Il [Joseph Jacotot, professeur dont J. Rancière raconte l’histoire dans son livre] en conclut que l’acte du maître qui oblige une autre intelligence à s’exercer était indépendant de la possession du savoir , qu’il était donc possible qu’un ignorant permette à un autre ignorant de savoir ce qu’il ne savait pas lui-même, possible qu’un homme du peuple illettré permette par exemple à un autre illettré d’apprendre à lire. C’est là le deuxième niveau de la question, le deuxième sens de l’expression « maître ignorant » : un maître ignorant n’est pas un ignorant qui se pique de jouer les maîtres. C’est un maître qui enseigne – c’est-à-dire qui est pour un autre cause de savoir – sans transmettre aucun savoir. C’est donc un maître qui manifeste la dissociation entre la maîtrise du maître et son savoir, qui nous montre que ce qu’on appelle  » transmission du savoir  » comprend en fait deux rapports intriqués et qu’il convient de dissocier : un rapport de volonté à volonté et un rapport d’intelligence à intelligence. Mais il ne faut pas se tromper sur le sens de cette dissociation. Il y a une manière usuelle de l’entendre : celle qui veut destituer le rapport d’autorité magistrale au profit de la seule force d’une intelligence en éclairant une autre. Tel est le principe d’innombrables pédagogies anti-autoritaires dont le modèle est la maïeutique du maître socratique, du maître qui feint l’ignorance pour provoquer le savoir. Or le maître ignorant opère tout autrement la dissociation . Il connaît en effet le double jeu de la maïeutique . Sous l’apparence de susciter une capacité , elle vise en fait à démontrer une incapacité . Socrate ne montre pas seulement l’incapacité des faux savants mais aussi l’incapacité de quiconque n’est pas mené par le maître sur la bonne voie , soumis au bon rapport d’intelligence à intelligence . Le « libéralisme » maïeutique n’est que la variante sophistiquée de la pratique pédagogique ordinaire , qui confie à l’intelligence du maître le soin de combler la distance séparant l’ignorant du savoir . Jacotot inverse le sens de la dissociation : le maître ignorant n’exerce aucun rapport d’intelligence à intelligence. Il est seulement une autorité, seulement une volonté qui commande à l’ignorant de faire le chemin , c’est-à-dire de mettre en œuvre la capacité qu’il possède déjà (…) ». Jacques Rancière, 2004

Note : Lien aux questions d’expertise et science-société : L’enseignant comme médiateur et la mobilisation du deficit model

« La fin normale de la raison pédagogique, c’est d’apprendre à l’ignorant ce qu’il ne sait pas, de supprimer la distance de l’ignorant au savoir. Son moyen normal, c’est l’explication. Expliquer c’est disposer les éléments du savoir à transmettre en conformité avec les capacités supposées limitées des esprits à instruire . Mais cette idée si simple de conformité se révèle vite habitée par une fuite à l’infini . L’explication s’accompagne généralement de l’explication de l’explication. Il faut des livres pour expliquer aux ignorants le savoir à apprendre . Mais cette explication est apparemment insuffisante : il faut en effet des maîtres pour expliquer aux ignorants les livres qui leur expliquent le savoir . Il faut des explications pour que l’ignorant comprenne l’explication qui lui permet de comprendre . La régression serait en droit infinie si l’autorité du maître ne l’arrêtait en fait en se faisant seul juge du point où les explications n’ont plus besoin d’être expliquées . Jacotot crut pouvoir résumer la logique de cet apparent paradoxe . Si l’explication est en droit infinie , c’est parce que sa fonction essentielle est d’infinitiser la distance même qu’elle se propose de réduire . La pratique de l’explication est tout autre chose qu’un moyen pratique au service d’une fin . Elle est une fin en soi , la vérification infinie d’un axiome premier : l’axiome d’inégalité . Expliquer quelque chose à l’ignorant , c’est d’abord lui expliquer qu’il ne comprendrait pas si on ne lui expliquait pas , c’est d’abord lui démontrer son incapacité . L’explication se donne comme le moyen de réduire la situation d’inégalité où ceux qui ignorent se trouvent par rapport à ceux qui savent . Mais cette réduction est tout autant une confirmation. Expliquer c’est supposer dans la matière à apprendre une opacité d’un type spécifique, une opacité qui résiste aux modes d’interprétation et d’imitation par lesquels l’enfant a appris à traduire les signes qu’il reçoit du monde et des être parlants qui l’entourent. Telle est l’inégalité spécifique que la raison pédagogique ordinaire met en scène . » Jacques Rancière, 2004

« La raison du maître explicateur pose l’inégalité en axiome : pour elle, il y a de l’inégalité entre les esprits mais on peut se servir de cette inégalité même , la faire servir à la cause d’une égalité future. Le maître est l’inégal qui travaille à l’abolition de son privilège . L’art du maître qui lève méthodiquement le voile sur les choses que l’ignorant ne pourrait comprendre seul promet qu’un jour l’ignorant sera l’égal de son maître . Pour Jacotot cette égalité à venir consiste simplement en ceci que l’inégal devenu égal fera à son tour marcher le système qui produit et reproduit l’inégalité en reproduisant le processus de sa réduction . La logique d’ensemble de ce processus travaillant sous la présupposition de l’inégalité mérite pour Jacotot le nom d’abrutissement . La raison du maître ignorant , elle , pose l’égalité en axiome à vérifier . Elle rapporte la situation d’inégalité du rapport maître-élève non pas à la promesse d’une égalité à venir – et qui ne viendra jamais – mais à l’effectivité d’une égalité première : pour que l’ignorant fasse les exercices que lui commande le maître , il faut déjà qu’il comprenne ce que le maître lui dit. Il y a une égalité des êtres parlants qui précède le rapport inégalitaire et conditionne son exercice même . C’est cela que Jacotot appelle égalité des intelligences . Cela ne veut pas dire que tous les exercices de toutes les intelligences se valent . Cela veut dire qu’il n’y a qu’une seule intelligence à l’œuvre dans tous les apprentissages intellectuels. Le maître ignorant – c’est-à-dire ignorant de l’inégalité – s’adresse donc à « l’ignorant  » du point de vue non de son ignorance mais de son savoir : le supposé ignorant connaît en fait déjà une multitude de choses . Il les a apprises en écoutant et en répétant , en observant et en comparant, en devinant et en vérifiant. » Jacques Rancière, 2004

Note : incorporation des postures d’ignorance et d’inégalité, conviction socialement ancrée et partagée avec effets structurels

+++

« Il faut l’[le présupposé ignorant] obliger à rapporter ce qu’il ignore à ce qu’il sait , à observer et à comparer , à raconter ce qu’il a vu et à vérifier ce qu’il a dit. S’il s’y refuse , c’est parce qu’il pense qu’il ne lui est pas possible ou pas nécessaire d’en savoir plus. L’obstacle à l’exercice des capacités de l’ignorant n’est pas son ignorance mais son consentement à l’inégalité . Il réside dans l’opinion de l’inégalité des intelligences . Mais cette opinion est tout autre chose qu’une arriération individuelle . Elle est un axiome de système , elle est l’axiome sous lequel fonctionne ordinairement le système social : l’axiome inégalitaire . Celui qui ne veut pas aller plus loin dans le développement de son pouvoir intellectuel se satisfait de ne pas « pouvoir » le faire par l’assurance que d’autres ne le peuvent pas davantage . L’axiome inégalitaire est un axiome de compensation des inégalités qui fonctionne à l’échelle de la société entière . Ce n’est pas le savoir du maître qui peut suspendre ce fonctionnement de la machine inégalitaire , mais sa volonté . Le commandement du maître émancipateur interdit au prétendu ignorant de se satisfaire de ce qu’il sait en se déclarant incapable d’en savoir plus . Il le force à prouver sa capacité , à continuer son aventure intellectuelle selon les mêmes moyens par lesquels il l’a commencée . Cette logique , travaillant sous la présupposition de l’égalité et commandant sa vérification , mérite elle le nom d’émancipation intellectuelle . » Jacques Rancière, 2004

Note : Le maître et l’élève, chercheurs, et cherchant à savoir.

« L’axiome de l’égalité des intelligences n’affirme aucune vertu spécifique des ignorants , aucune science des humbles ou intelligence des masses . Il affirme simplement qu’il n’y a qu’une seule sorte d’intelligence à l’oeuvre dans tous les apprentissages intellectuels . Il s’agit toujours de rapporter ce qu’on ignore à ce qu’on sait , d’observer et de comparer , de dire et de vérifier . L’élève est toujours un chercheur . Et le maître est d’abord un homme qui parle à un autre , qui raconte des histoires et ramène l’autorité du savoir à la condition poétique de toute transmission de paroles. L’opposition philosophique ainsi entendue est , du même coup , une opposition politique . Elle n’est pas politique parce qu’elle dénoncerait le savoir d’en-haut au nom d’une intelligence d’en-bas. Elle l’est à un niveau beaucoup plus radical , parce qu’elle concerne la conception même du rapport entre égalité et inégalité. » Jacques Rancière, 2004

« Et tout ce que l’émancipation peut promettre , c’est d’apprendre à être des hommes égaux dans une société régie par l’inégalité et par les institutions qui l’ »expliquent » . Ce paradoxe extrême mérite d’être pris au sérieux . Il nous avertit de deux choses essentielles : premièrement l’égalité , en général , n’est pas un but à atteindre . Elle est un point de départ , une présupposition qu’il s’agit de vérifier par des séquences d’actes spécifiques . Deuxièmement l’égalité est la condition de l’inégalité elle-même . Pour obéir à un ordre, il faut le comprendre et comprendre qu’il faut lui obéir . Il faut donc ce minimum d’égalité sans quoi l’inégalité tournerait à vide . » Jacques Rancière, 2004

« Toute logique qui prétend qu’une panoplie donnée des savoirs donne les instruments permettant d’être formé pour le monde du travail, ou fournit ce qu’ils osent appeler sans rire la « formation à l’esprit critique », toute logique de ce genre est malhonnête. Non seulement elle prétend savoir ce qu’elle ignore, mais elle théorise cette ignorance en effet du savoir et sa présomption en armes de l’égalité. Je sais, pour mon compte, que les gens qui viennent m’entendre à l’université sont là avec dix ou quinze logiques différentes, entre lesquelles je dois naviguer, avec l’idée que l’important, ce sont les capacités que les étudiants vont pouvoir se découvrir et faire fonctionner pour eux-mêmes au sortir de l’affaire, et le sentiment d’une indécision permanente quant aux manières dont cette capacité pourra être suscitée. » Le maître ignorant entretien avec Jacques Rancière – entretien réalisé par Mathieu Potte-BonnevilleIsabelle Saint-Saëns Vacarme 09 – 1999


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27 février 2015

    […] Mélodie (5 janvier 2014). Le maître ignorant. Jacques Rancière [Notes et annotations de lecture]. Penser (dans) l’action [carnet de recherche]. Consulté le ….  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *