Manuel d’utilisation d’un ingénieur de formations

Il y’a peu de vocations professionnelles dont les voies sont toutes tracées, le plus souvent, elles sont taillées sur mesure, au fil du temps et des rencontres. Au sein de l’équipe de la Maison pour la science en Alsace au service des professeurs, l’ingénieur de formations illustre parfaitement ce concept, et c’est ce que j’ai pu découvrir à la fois en travaillant avec lui au quotidien, mais aussi lors d’un entretien qu’il a eu la gentillesse de m’accorder.

Emmanuel Baroux a pris ses fonctions en septembre 2014, un an après la naissance du projet.  Il a depuis trouvé ses marques et bien identifier ses multiples rôles. Portrait d’un indispensable.

Credit photo: Elena Iulianii

Emmanuel Baroux

Avant tout, Emmanuel est un explorateur de la Terre, car il est géologue de formation. Après avoir soutenu une thèse à l’université de Paris Sud sur la tectonique des plaques et les tremblements de terre dans le Sud de la France, il s’orientera plein sud pour un post-doc à Rome, à l’Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia qui durera huit ans. D’observations en observations, l’expérience s’étoffant, il remarque l’écart significatif entre les connaissances en sismologie du côté de la recherche et du côté du grand public. Avide d’informer les populations locales sur ce terrain sismique, il s’est peu à peu éloigné de la recherche au profit d’une démarche plus communicative. C’est ainsi qu’il commence à travailler auprès des classes, par divers projets comme des expositions, afin de renseigner et de familiariser les habitants  aux problématiques sismiques de leurs terres. L’initiative se prolonge alors  en France, où il devient chargé de valorisation scientifique à Sofia Antipolis. Il rejoint ensuite l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint Etienne où il poursuit ce travail de médiation et de recherche dans un Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle (CCSTI) (La Rotonde), jusqu’à devenir correspondant local d’un centre pilote de la fondation la Main à la Pâte à St-Etienne. 400 enseignants formés à la démarche scientifique plus tard, Emmanuel s’installe au poste d’ingénieur de formation à la Maison pour la science en Alsace.

C’est d’ailleurs avec une certaine fierté qu’il observe  son parcours dans le rétro: « On recevait beaucoup de classes qui venaient observer le centre de surveillance sismologique, une salle pleine de sismomètre qui tournent, enregistrent. Nous étions en lien avec le ministère de l’Intérieur, c’était impressionnant à visiter. Nous recevions les écoles, on leur donnait des notions de sismo, leur proposait des jeux, des démarches d’investigation. D’autres fois, on faisait même des expos avec des gens qui travaillaient avec la RAI (chaîne majeure du paysage audiovisuel italien, ndlr) dans des émissions du style C’est pas Sorcier! »

Mais alors concrètement quelles sont les responsabilités de l’ingénieur de formation? Elles sont clairement multiples. Emmanuel est la charnière, en complément de la direction, qui permet l’articulation la plus fluide possible entre les composantes humaines et matérielles des formations de la Maison pour la science. En effet, il doit mettre tout en oeuvre pour que celles-ci se passent au mieux, logistiquement cela veut dire qu’il faut permettre les rencontres entre les formateurs pour la co-construction des contenus, guider les nouveaux arrivants, expliquer ce qu’on attends d’eux. D’autre part il s’attelle aussi à convoquer les stagiaires, fixer les lieux de rendez-vous, mobiliser des salles et le matériel selon les besoins. Il copilote également la plateforme de suivi de développement professionnel qui permet la mise en commun des supports et des annexes documentaires utilisées en formation, et est constamment à l’écoute des questions des stagiaires et des formateurs. C’est sans nul doute un métier d’organisation, d’écoute et d’accueil.

De plus son expérience de terrain en tant qu’ancien chercheur, lui apporte à la fois cette possibilité de réaliser un travail de réflexivité au quotidien mais surtout de comprendre les attentes des acteurs de la recherche dans le projet. Bien évidemment l’ouverture d’esprit et cette polyvalence acquise « sur le tas » est également un apport précieux. Contre les à priori, il se défend en répondant avec noblesse à d’éventuels détracteurs :

« Souvent on dit que lorsqu’un chercheur se tourne vers les publics ou fait de la vulgarisation scientifique c’est parce qu’il n’arrive pas à percer dans la recherche. Il faut montrer que ce n’est pas ça, et qu’on peut faire des choses très intéressantes, personnellement, je n’ai jamais rencontré autant de gens différents que depuis que je travaille ici. Cela donne une grande ouverture culturelle. »

La recette pour faire un bon ingénieur de formations s’écrit, et requiert quelques ingrédients essentiels, comme la patience, la gestion d’urgence, la polyvalence et bien évidemment l’organisation. Car si la feuille de route est en général bien tracée, savoir improviser de façon efficace et pertinente reste une faculté précieuse. Il faut mettre toute son énergie et son sens de la diplomatie pour que, « sur scène », les bénéficiaires de la formation ne ressentent pas l’effort mené en coulisse pour que les formations se passent bien de la conception jusqu’à l’évaluation. Car non, une formation ne meurt jamais, même terminée, elle est re-évaluée, remise à profit, discutée et réajustée.

Lors de notre entretien, je distingue assez rapidement un champs lexical de la médiation, il est l’entremetteur, le trait d’union, le lien voir même un pont qui permet un confort de rencontre entre formateurs.

« Je suis un peu le pont sur lequel se fait la rencontre entre ces deux mondes. Parfois le binôme n’a pas besoin de ce pont car il marche bien par facilité humaine ou pour des histoires de matières, mais parfois c’est un très long pont car il faut chercher des gens différents des uns des autres. C’est donc une rencontre physique entre deux personnes, mais aussi de faire en sorte que la production soit justement une formation, donc un pont matériel. »

L’efficacité de son travail est sans aucun doute liée à son attachement aux valeurs du projet, il est en effet convaincu des bienfaits d’un nouvel enseignement des sciences, plus dynamique, ancrée dans l’action. Et la réunion des connaissances scientifiques de la recherche actuelle avec celles du terrain pédagogique sont les catalyseurs de cette nouvelle impulsion dans l’enseignement des sciences. C’est pour lui un plaisir, même si des fois c’est très énergivore de donner les moyens de créer ces rencontres qui rendent les sciences vivantes.

« Pour faire une analogie scientifique c’est comme une molécule d’eau, deux d’hydrogène et un atome d’oxygène, y’a pas seulement les propriétés de l’un et les propriétés de l’autre, mais si on les mélange on va obtenir quelque chose qui aura d’autres propriétés qui seront encore mieux ! Moi j’adhère à ça car j’essaye d’être le catalyseur qui va fait en sorte que tout fonctionne. Après y’a des hauts et des bas, et c’est ça qui est grisant, enfin peut être que dans 5 ans je te dirais que j’ai fais le tour de la question, mais en tout cas aujourd’ hui c’est quelque chose que je trouve vraiment intéressant. »

Kit de survie d'un ingénieur de formation à la MSA. E.Iuliani

Kit de survie d’un ingénieur de formations à la MSA. E.Iuliani


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *