5 ans MPLS-Alsace | Entretien avec Claire Bernardon

Depuis le début de l’existence de la Maison pour la science en Alsace, Claire BERNARDON avait déjà songé – de manière non déclarée et non officielle – à intégrer les actions de la Maison via l’ASTEP (Accompagnement en Science et Technologie à l’Ecole Primaire). Dans le cadre de son doctorat en chimie des matériaux à la Faculté de Chimie de Strasbourg, Claire s’est alors investie dans ce projet qui engage un enseignant et ses élèves ainsi qu’un étudiant scientifique dans des formes de travail collectives pour la mise en œuvre d’un enseignement reposant sur la démarche d’investigation. Puis, c’est Clarisse Huguenard-Devaux (enseignante-chercheuse en chimie associée à la MPLS-Alsace) qui lui a proposé de participer aux actions que la Maison mène auprès des professeurs afin de vivre le rôle de chercheur-formateur. En parallèle de son doctorat, Claire a alors débuté un monitorat : « J’ai été formatrice associée à la Maison pour la science en Alsace dans le cadre de ma thèse. J’ai fait deux années sous ce statut-là et une troisième année lorsque je bouclais mon doctorat de façon indépendante, parce que j’avais très envie de continuer. Mon monitorat s’est achevé il y a un an, mais j’essaye de garder des liens, du moins de suivre à distance via les réseaux internet tout ce qui peut se passer. Et le fait d’être ici aujourd’hui, me permet de voir comment a évolué la Maison ! ».

La MPLS-Alsace en 5 mots clés selon Claire ?

« Echange, étonnement, émerveillement, bienveillance – et même si ce n’est pas vraiment un mot clé – je dirais bousculement d’idées ».

Et concernant l’avenir de la MPLS-Alsace ?

« Que la Maison pour la science en Alsace continue aussi bien à s’envoler comme elle a pu le faire depuis ces cinq dernières années, parce que le projet est très beau ! Derrière la beauté se cache tout ce que ça peut impliquer. Elle vit grâce à ses acteurs et j’espère que ça va continuer et que ça se pérennise quelque part. Je lui souhaite vraiment une bonne continuation ».

découvrir l’entretien suivant


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *