5 ans MPLS-Alsace | Entretien avec Tierno Sissoko

Parce qu’il était formateur-éducateur national avec un cursus scientifique, Tierno SISSOKO s’est engagé auprès de la Maison pour la science en Alsace dès son existence : il est l’un des premiers formateurs associés en science et technologie. Mais pourquoi a-t-il rejoint l’équipe ? « Je me suis dit que ce serait une aventure intéressante de mettre à profit mes compétences dans le domaine de l’enseignement à travers la Maison pour la science en Alsace – et puis le projet s’est concrétisé de manière plus précise. De plus en plus de formateurs ont rejoint l’équipe du premier degré, du second aussi et puis tout cela s’est transformé en aventure passionnante ! Pouvoir faire entrer le laboratoire dans la classe et permettre aux enseignants tout comme aux élèves de découvrir ce monde scientifique et de se projeter un peu, c’est une expérience remarquablement enrichissante… ». Visiblement, Tierno s’épanouit pleinement dans son rôle de formateur.

La MPLS-ALSACE en 5 mots clés selon Tierno ?

« Investigation ça je pense qu’on ne pourra pas y couper… Ouverture d’esprit aussi parce qu’il y a des personnes qui viennent de tous horizons et on est forcément ouverts d’esprit quand on travaille à la Maison pour la science en Alsace. Je dirais ensuite savoirs universitaires, parce que c’est quand même mon cœur de métier d’articuler le savoir universitaire avec les programmes du premier degré et les enseignements dans la classe. Je dirais aussi solidarité, parce que l’on a forcément des compétences et des manques différents et finalement c’est forcément complémentaire de travailler tous ensemble. Et puis pour le dernier mot ce sera le mot « joker », le mot rencontre. Rencontre avec les enseignants, les chercheurs, les stagiaires… Avec tous type de personnes qui n’ont pas forcément les mêmes préoccupations que nous tout le temps mais qui les partagent sur un bout de chemin ! ».

Et concernant l’avenir de la MPLS-ALSACE ?

« Alors tout d’abord, je souhaiterais que toutes les régions aient une Maison pour la science. C’est ce que je leur souhaite de meilleur. Pour la Maison pour la science en Alsace plus particulièrement, je nous souhaite de continuer à être aussi inventifs pour ces cinq prochaines années et de voir le projet se développer notamment encore davantage en direction du second degré avec les collèges pilotes ».

découvrir l’entretien suivant


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *