5 ans MPLS-Alsace | Entretien avec Marie-Anne Marrière

Enseignante dans le premier degré, c’est la troisième année que Marie-Anne MARRIERE est détachée pour un quart-temps à la Maison pour la science en Alsace. Son plus grand plaisir est d’amener une situation où l’enseignant vit ce que va vivre l’enfant lorsqu’il découvre quelque chose. Marie-Anne insiste d’ailleurs sur ce verbe « découvrir », car – à son sens – quand il s’agit de science il faut que l’enfant DÉCOUVRE. « Même si c’est une toute petite chose, peu importe, qu’il réussisse à fabriquer des craies ou encore, qu’il soit arrivé à classer dix animaux… on voit le même émerveillement chez les enfants comme chez les adultes. Et ça, il faut réussir à le saisir au bon moment ! ». Une formidable expérience, chronophage mais très enthousiasmante par les multiples échanges possibles que ce soit avec les chercheurs, le personnel administratif, ou encore avec les enseignants. C’est bel et bien la posture particulière d’un formateur de la MPLS-Alsace au contact des classes qui est source d’enrichissement pour Marie-Anne : « de ne se positionner ni comme un enseignant ni comme un élève, mais comme quelqu’un qui veut parler de quelque chose qui le passionne. Ça c’est vraiment intéressant et à tous les points de vue, tant professionnel que personnel !».

La MPLS-Alsace en 5 mots clés selon Marie-Anne ?

« Echange, enrichissement, partage, élèves et… découverte bien sûr ».

Et concernant l’avenir de la MPLS-Alsace ?

« Que la route soit très longue. Qu’il puisse y avoir un accompagnement davantage dans le temps et c’est ce que j’essaye de faire avec un poste de maître-formateur. On peut insuffler quelque chose mais pour amener – c’est comme pour toute personne, pour amener à ce que la personne soit autonome et créer toute seule – il faut revenir dessus, se faire une valise, une caisse à outils d’expériences. On plante plein de petites graines chez les enseignants, mais pour que cela prenne, il faut les accompagner davantage, en replanter une autre, arroser de temps en temps, en replanter encore une autre, jusqu’à créer son propre potager ! C’est les accompagner dans le temps, pas forcément de leur donner les clés en main – je ne dis pas ça – mais leur donner d’autres ouvertures d’esprit ».

découvrir l’entretien suivant


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *