Les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles

Qui n’a jamais rêvé pouvoir se représenter le système solaire à échelle humaine ? C’est le pari ambitieux relevé par plusieurs classes du Collège Wolf de Mulhouse, au sein d’un projet interdisciplinaire (EPI) soutenu par la Maison pour la science en Alsace dans le cadre des Collèges Pilote La main à la pâte. L’objectif ? Une exposition dans toute la ville, en représentant le système solaire à une échelle réduite au 1 milliardième. A cette même échelle, les distances entre le soleil et les différentes planètes, ainsi que leurs tailles, seront toute respectées. Chaque planète sera représentée  scientifiquement par un objet (par exemple, un grain de poivre pour Mercure) que les élèves devront mettre en valeur, sa représentation mythologique, un poster détaillant ces deux représentations – et une musique associée.

De la SVT, des lettres, de la musique et de l’art-plastique : les barrières entre les disciplines se confondent alors que le projet se construit avec l’aide des professeurs – au nombre de cinq, et d’une documentaliste. Le but est avoué : il s’agit « de créer et tisser des liens entre les matières », comme l’explique Laurence Grauwet, professeure de musique.

« Les élèves ont du mal à se rendre compte que l’on peut parler d’une même chose au travers de multiples disciplines. » Avec un tel projet, « c’est une manière d’apprendre autrement, différente, plus vivante. »

Le plus important est « que les élèves soient impliqués. Qu’ils soient acteurs. » précise Julie Gerard, professeure de français.

L’exposition itinérante, baptisée « Le système solaire s’anime à Mulhouse », ne sera inaugurée qu’au mois de juin. Un mois avant, les élèves sont réunis une après-midi dans le petit gymnase de leur établissement. En cause, la venue, spécialement pour eux, du Planétarium mobile du Jardin des Sciences de Strasbourg, qui permet de profiter sur place d’un ciel étoilé et de partir explorer l’infini en gardant les pieds bien sur terre. Natacha Toussaint, médiatrice scientifique, est venue pour parler des astres, des planètes et fait le lien avec la mythologie qui entoure l’histoire des constellations qui parsèment les cieux. Comment retrouver à coup sûr l’étoile polaire ? Quelle légende entoure la constellation de la grande ourse ? Sur quel axe peut-on retrouver les constellations qui ont donné leurs noms aux signes du zodiaque ?

Sous le dôme entièrement gonflé que constitue le Planétarium mobile, les élèves s’assoient plus ou moins calmement. A l’intérieur, on demande le silence car l’acoustique permet d’entendre le moindre chuchotement. Malgré une certaine agitation, le calme fait place alors que Natacha Toussaint commence son discours. Et plus qu’un exposé c’est aussi une discussion qui s’installe car là aussi, il est important que les élèves soient actifs. Après une introduction sur un (faux) ciel visible tel quel en ville, c’est un ciel de campagne qui est proposé.

Les (fausses, toujours) étoiles se mettent à scintiller dans un ciel quasi noir ; les têtes levées, des soupirs et petites exclamations fusent. Preuve est qu’on peut encore retrouver du merveilleux tout en apprenant. Mais ce n’est pas de la magie : c’est bien de la science.

Mais les élèves ne sont pas venus au planétarium mobile en public non averti. Et c’est lors des échanges avec Natacha Toussaint qu’on peut remarquer l’efficacité du projet monté par les professeurs du Collège Wolf. Lorsque le nom de « Jupiter » est prononcé, c’est un ensemble de notions qui vient de la bouche des collégiens. Chacun rapporte ce qu’il a pu retenir, sûrement en fonction de ses affinités : on parle de la planète, mais du dieu grec aussi, ou de musique – les barrières des disciplines sont brisées. Des musiques que les élèves sont invités à ré-écouter et qui viennent rythmer la visite étoilée. Une heure et demie passe, et chacun ressort du planétarium en toile. L’enthousiasme est palpable, et si les élèves ne sont pas toujours à l’aise alors que nous leur posons quelques questions sur leur ressenti, les mots qui sont exprimés restent en tête. Et notamment cet élève qui ne se rend pas compte de son effet à ses professeurs lorsqu’il lâche un simple « on apprend de la culture ». Un constat que personne n’aurait mieux exprimé.

Outre l’apprentissage, ce qui marque les élèves dans leur projet, c’est son ambition. « Ils étaient super impressionnés quand on leur a dit qu’on allait faire une exposition dans Mulhouse. », explique Sarah Pol-Bodetto, professeure de SVT et enseignante référante du projet. « Que leurs parents, le maire allaient la voir. Je ne sais pas si ça a servi de motivation, mais quand on le leur a dit au départ, ça leur a fait un petit choc, et pas dans le sens péjoratif du terme. » Lorsqu’on leur en parle, les élèves témoignent d’une vraie fierté et d’une vraie appropriation de leur travail.

L’un plaisante à propos de leur exposition : « Emmanuel Macron, il pourra la voir ! ». Dès le plus jeune âge, certains ont déjà de la suite dans les idées. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *