[French Version] Carnet de voyage : Etape 1, La rencontre au cœur des partenariats stratégiques Erasmus +

Résultat de recherche d'images pour "english drapeau"  Click here for English version : Travel log: Step 1, Meeting at the heart of strategic partnerships Erasmus +

Le 23 et 24 mars dernier, Mélodie Faury, directrice de la MPLS Alsace et Elena Iuliani, en charge de la communication et de la pérennisation de projet,  ont décollé direction Barcelone à la rencontre de nos partenaires catalans afin de monter un projet européen commun autour de la thématique « rapprochement du monde de l’enseignement et de la recherche ». Nous tenions à garder des traces de ces rencontres afin de re-contextualiser et de redonner une dimension humaine au montage de projet.

L’Europe à Strasbourg c’est toute une histoire, à la fois géographique, historique, institutionnelle et symbolique. Elle représente à elle seule la liberté d’échanger, la solidarité et l’esprit d’entreprendre des choses nouvelles au-delà des frontières. Travailler au centre de cette Europe c’est participer selon moi à un écosystème à la fois vaste et fertile.

Le campus de l’Université de Strasbourg offre justement des formations, destinées à nous aider à construire efficacement ces projets via le Pôle Unique d’Ingénierie (PUI), qui comme son nom l’indique, mutualise les compétences des services pour accompagner et conseiller dans les différentes phases de développement et de gestion de projets européens où autres. Nous avions besoin d’un catalyseur pour rendre notre idée opérationnelle, et ce service venait à point nommé, car oui, nous ne sommes pas venues les mains vides pour autant.

Forte de son expérience en tant que directrice, Mélodie avait déjà quelques partenaires pressentis sous le coude, et cela grâce une collaboration de longue date avec Livio et Claire des Ateliers des jours à venir particulièrement aguerris des réseaux de recherches innovantes réunissant éducation et recherche en Europe.

Dans notre pochette :

Un axe : Rencontrer et partager nos expériences autour du rapprochement entre recherche et enseignement afin de construire un projet commun.

Une liste de six partenaires :

  • La Fondation Elhuyar, Usurbil, Gipuzkoa, Communauté Autonome Basque, Espagne: Groupe d’enseignants qui interagissent avec des chercheurs et puis initie des petits projets de recherche en classe. https://www.elhuyar.eus/fr/site/projets/science-et-societe/enseignement-scientifique
  • Boswell Beta, Utrecht, Pays-Bas (en attente) : forme des enseignants. Hendrik Asper, qui dirige Boswell Beta est très sensible à la question de la formation des enseignants et leur implication dans de petits projets de recherche, ou des démarches de type Fablab.
  • Isabel Ruiz Mallen, Universitat Oberta de Catalunya, Barcelone, Catalogne, Espagne : ethnologue spécialiste du changement de posture des élèves et enseignants dans les démarches Nouveaux Commanditaires.
  • Suncan Stilinovik et Bojan Markicevic, Zagreb, Croatie : Développe de la formation d’enseignant et envisage leur implication aussi dans des démarches de recherche
  • Hors partenaires, facilitateurs :  Atelier des Jours à Venir : L’Atelier des Jours à Venir s’emploie à établir des pratiques de recherche réfléchie et responsable. Leurs valeurs sont enracinées dans une expérience partagée de la recherche, l’éducation et la communication scientifique dans toute l’Europe.

L’étape suivante consistait donc à choisir le type de projet le plus adapté à ce type de demande et de pré-requis. Après de nombreux rendez-vous avec notre accompagnatrice du PUI, et une formation sur la machinerie administrative européenne, nous voici fixées. Nous allons monter un partenariat stratégique Erasmus +.

C’est quoi au fait un partenariat stratégique ? Réponse (presque) rapide ci-dessous, tiré des (trop?) nombreuses sources sur internet : 

Quel est l’objectif?

Les partenariats stratégiques sont des projets transnationaux visant à élaborer et à mettre en commun des pratiques innovantes, ainsi qu’à promouvoir la coopération, l’apprentissage par les pairs et les échanges d’expériences dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.

Plus généralement, ces partenariats visent à répondre à des priorités horizontales ou spécifiques dans les domaines suivants:

  • enseignement supérieur;
  • enseignement et formation professionnelles;
  • enseignement scolaire;
  • éducation des adultes;

Il existe deux types de partenariats stratégiques : ceux qui soutiennent l’innovation et ceux qui favorisent les échanges de bonnes pratiques.

Consultez le guide du programme pour en savoir plus sur les priorités spécifiques.

Que propose Erasmus+?

Les partenariats stratégiques permettent à un large éventail d’organisations publiques, privées et non gouvernementales de mettre en œuvre une vaste gamme d’activités visant notamment à:

  • renforcer la coopération entre organisations et leur mise en réseau;
  • promouvoir l’élaboration, l’expérimentation et la mise en œuvre de pratiques innovantes;
  • faciliter la reconnaissance et la validation des connaissances, aptitudes et compétences acquises;
  • encourager la coopération entre les autorités régionales en vue d’élaborer de nouveaux systèmes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse;
  • soutenir les apprenants ayant un handicap ou des besoins spécifiques, et faciliter leur transition vers le marché du travail;
  • aider les professionnels de l’éducation et de la formation à promouvoir l’équité, la diversité et l’inclusion dans l’apprentissage;
  • promouvoir l’intégration des nouveaux migrants et sensibiliser à la crise des réfugiés en Europe;
  • promouvoir l’entrepreneuriat et la citoyenneté active parmi les jeunes.

La taille des partenariats stratégiques et les activités proposées peuvent varier en fonction de l’objectif du projet, des organisations participantes, de l’incidence attendue et d’autres éléments.

En fonction du champ d’application et des objectifs du projet, des possibilités d’apprentissage, de formation ou d’enseignement à l’étranger peuvent être offertes aux écoliers, étudiants, apprenants et membres du personnel, pour autant que ces activités transnationales contribuent à réaliser l’objectif du projet.

Comment participer?

Les organisations qui souhaitent poser leur candidature doivent être établies dans un pays participant au programme.

Les candidatures doivent être présentées par une organisation établie dans un pays participant au programme. En général, au moins trois organisations de plusieurs pays participant au programme doivent participer.

À titre exceptionnel, les partenariats dans le domaine de l’éducation scolaire et de la jeunesse peuvent inclure au minimum deux organisations issues de plusieurs pays participant au programme.

Le nombre d’organisations participantes n’est pas limité. Des organisations de pays partenaires peuvent également se porter candidates, à condition qu’elles apportent une valeur ajoutée importante au projet.

Les établissements d’enseignement supérieur des pays participant au programme doivent également souscrire à la charte Erasmus pour l’enseignement supérieur.

Que faut-il savoir d’autre?

La durée des partenariats stratégiques peut varier en fonction du domaine couvert:

  • enseignement supérieur: entre 24 et 36 mois;
  • éducation des adultes, enseignement scolaire et enseignement et formation professionnels: entre 12 et 36 mois;
  • jeunesse: entre 6 et 36 mois.

Les subventions pour ces projets sont plafonnées à 150 000 euros par an.

Le cadre étant fixé, il fallait initier concrètement les choses. Nous avons démarré par de nombreux échanges mails aux partenaires pour un premier calage d’agendas et des accords de principes, de nombreux allers-retours, tristement noyés par les urgences de chacun, cela fait parti du jeu. Il faut faire avec les lenteurs dues aux circonstances, à la barrière de la langue, aux mails manqués et aux éventuelles réticences. Nous vivons tous dans ce même monde, où règne la crise de la patience, où l’on doit être opérationnel rapidement, et il est selon moi vital et nécessaire de savoir prendre le temps de pousser les murs et les dead-lines afin de s’offrir du temps et de l’espace pour construire des projets qui ont du sens.

Entre nous, personne ne se satisfait du travail bâclé, surtout quand il engage du contact humain, cette denrée de plus en plus précieuse. Nous avons donc décidé de repousser le dépôt, et de prendre le temps de rencontrer nos partenaires européens, mais aussi de les inviter, car une visite dans le contexte de travail chez l’autre vaut mille e-mails. On allie ainsi efficacité, fluidité et plaisir de la réelle rencontre, loin d’être un luxe, c’est une modalité que nous avons voulu instaurer comme base de la co-construction du projet.

Isabel Ruiz Mallen,  notre correspondante espagnole, fût la première disponible à nous accueillir, nous avons donc pris la route le 23 mars pour l’aéroport de Bâle direction Barcelone. Dans le tourbillon des urgences, je tente de préparer la rencontre en rédigeant un document de présentation de la Maison pour la science in english. Se mettre à la place de la personne qui reçoit l’information, surtout pour fédérer, c’est capital.

Le tourbillon de l’urgence se calme, j’ai réussi à anticiper un peu, ce qui ne m’a pas empêché de manquer de louper le train qui mène à l’aéroport et de rejoindre ma directrice en nage sur le quai, le cyclone de l’urgence a refrappé comme une giboulée de mars!

Le soleil brille et le ballet des transports en commun fini par s’accordé avec nos déplacements, sans embûche jusqu’à l’hôtel. Nous partons du centre-ville de Barcelone vers le campus de l’ UOC (Universitat Oberta de Catalunya) où nous avons rendez-vous l’après-midi. Nous y allons à pied pour profiter un peu de la ville, qui offre ses merveilles architecturales à chaque coin de rues, en passant par la célèbre Sagrada familia, véritable chef d’œuvre de l’artiste Gaudi, qui hante la ville de ces délires sublimes.

La Rambla del Poblenou n’est pas si simple à trouver, mais nous finissons par arriver. Il y’a un côté grisant à ne pas connaitre la personne, l’attente devient un jeu de « Qui est-ce? » « C’est elle peut-être? » « Elle a pas l’air d’attendre » « Ou elle? Non elle fume juste une cigarette  » Finalement une jeune femme souriante se dirige vers nous et se lance « Elena? No? Mélodie? », elle aussi jouait à « Qui est-ce? »!

Les politesses anglophones échangées, nous sommes guidées vers le bâtiment qui filtre ses visiteurs comme dans un métro. Heureusement, Isabel possède des badges, encore une barrière que seule la rencontre humaine peut contrer!

Nous arrivons dans un open-space comme on en voit dans les films, grand et un peu froid, avec des bombonnes d’eau un peu partout. Les salles de réunions tout en verre sont petites, alignées mais très équipées. Elles sont visiblement très convoitées car Isabel nous explique qu’il est difficile pour des chercheurs d’obtenir des bureaux fixes. La rencontre est agréable et informelle, nous présentons chacun nos activités. Re-parler en anglais demande un petit temps de chauffe, surtout pour parler de nos activités, souvent « jargoneuses », mais l’échanges prend forme et nous nous comprenons mutuellement.

Résultat de recherche d'images pour "isabel ruiz mallen"

Isabel Ruiz Mallen

Résultat de recherche d'images pour "rambla de poblenou uoc"

Université ouverte de Catalogne, à la Rambla del Poblenou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Isabel Ruiz-Mallén est un chercheur associé au ICTA (Institut des sciences et de l’environnement). Elle est titulaire d’un doctorat en sciences de l’environnement à l’UAB (L’université autonome de Barcelone) -où elle a également étudié un diplôme en Sciences- environnement et une maîtrise en sciences biologiques à l’UNAM (Université nationale autonome du Mexique). Ses recherches postdoctorales ont contribué à la compréhension des facteurs culturels, socio-économiques et institutionnels touchant la conservation de la diversité biologique et culturelle dans les communautés rurales et autochtones principalement en latin par l’Amérique latine de ethnoécologie. Elle est co-auteur de plus de trente publications scientifiques sur ces sujets, et elle a coédité un livre sur la conservation communautaire publié par Springer Ltd. Ses intérêts de recherche se situent aussi au niveau de la compréhension de la science par le public, l’enseignement des sciences et de la communication. Elle coordonne aujourd’hui le projet de recherche H2020 Perform « engagement participatif à la recherche scientifique et technologique grâce à la performance » au IN3-UOC (2015-2018) où elle travaille avec Ramón.

Ses approches sont pour nous très intéressante car elle travaille à trouver de bons critères et les bons indicateurs quant à la motivation en science, en classe et via plusieurs modalités (sciences et théâtre notamment). Une véritable enquête interdisciplinaire qui implique différents sujets et terrains d’études (enseignants, étudiants, etc.).

Le projet PERFORM auquel elle participe dans le cadre d’un H2020 a pour but d’étudier les effets de l’utilisation de méthodes pédagogiques innovantes qui s’appuient sur les arts du spectacle pour encourager la motivation et l’implication des jeunes envers les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques, dans les collèges et les lycées sélectionnés en France, en Espagne et au Royaume-Uni. Ainsi PERFORM prend des mesures pour combler la distance entre les jeunes et la science et pour rompre le modèle unidirectionnel de la transmission des savoirs scientifiques. Vous trouverez ici le lien menant au site de PERFORM en images et en vidéos : http://www.perform-research.eu/gallery/

Un aperçu ici, avec un témoignage d’Isabel :

Son travail a notamment abouti à une publication dans le cadre du projet PERFORM ou elle développe une approche novatrice et participative via une méthodologie de recherche d’évaluation d’impact.  Cette démarche vise à identifier les individus et des contextes et les facteurs méthodologiques qui contribuent ou nuisent aux impacts au processus d’apprentissage participatif dans lequel les élèves du secondaire seront engagés pendant le projet PERFORM. Dans les activités d’apprentissage et d’engagement des sciences et un ensemble d’ateliers exploratoires avec les élèves ont été conduits dans certaines écoles, respectivement. Un total de 93 Indicateurs d’évaluation liés à la Recherche Responsable et à l’Innovation (RRI) a été identifié dont les valeurs, compétences transversales et aspects expérimentaux et cognitifs de la science, l’apprentissage et l’engagement.

Retrouvez ici la publication en question :

http://www.perform-research.eu/wp-content/uploads/2016/07/D4.1-Methodological-Aspects-of-Science-Education-Assessment.pdf

Nous sommes plutôt ravies de constater que les contacts de Livio s’articulent parfaitement avec nos projets. Avant de partir, nous profitons un petit temps de la source WIFI de l’UOC, et Isabel nous conseille itinéraire et autres point tapas immanquables. Direction la marina pour longer la mer, prendre un petit shoot d’iode et de vent marin en admirant la dextérité des kite-surfers qui défient vent et vagues.  C’est dans un petit restaurant de plage bigarré, encore vide de sa foule estivale, que nous trouvons une table pour avancer sur d’autres dossiers. Les petits poissons frits se bagarrent la place avec les cahiers et les stylos sur la table mais aident à l’ouvrage et les idées fusent, cette réunion de travail bucolique est plus qu’efficace.

Le lendemain matin nous retournons à l’UOC pour retrouver Isabel et son directeur de laboratoire, Ramon. Je me lance dans la présentation de nos activités en surfant sur le site et les vidéos. Mon but est d’essayer de les immerger le plus possible dans nos activités quotidiennes auprès des enseignants, de bien mettre en avant la proximité avec le monde de la recherche, pour cela les vidéos sont assez parlantes. Je me fais aussi un plaisir de présenter l’équipe via le trombinoscope pour souligner l’importance en nombre et en diversité de nos formateurs.

Evidemment, nous avons également présenté « Embarquez en Antarctique », avec toujours autant de plaisir de voir les yeux qui pétillent à la  simple description de ce projet fou. Tout est possible pour rapprocher recherche et enseignement si on s’en donne les moyens, c’est le message sous-jacent.

Hasta la proxima !

De gauche à droite : Ramon, Isabel, Mélodie et Elena

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *