Antarctique en Bretagne : du voyage à la pédagogie

Dans un article tout récent, je vous parlais de la conférence en direct donnée par l’enseignante Annabelle Kremer lors de sa mission d’exploration scientifique en Antarctique avec les élèves alsaciens impliqués dans le projet « Embarquez en Antarctique ». Cinq cent élèves, réunis dans un amphithéâtre, pour un moment d’échange et d’éducation – je ne vous refais pas le topo, puisque j’en parlais par ici. Mais comme je vous le mentionnais également, ce projet a été monté avec la Maison pour la Science en Bretagne. Quid des élèves bretons alors, qui n’ont pu évidemment faire le déplacement jusque Strasbourg ? Pour pallier à cela, c’est l’Antarctique qui est venu à la Bretagne.


Annabelle Kremer rend visite aux collèges impliqués dans le projet dans les villes de La Mézière (en banlieue de Rennes), de Montfort sur Meu et de Moellan sur Mer. Trois établissements, trois ambiances différentes, et malgré un discours préparé par l’enseignante, une variation dans les thèmes et le contenu présenté, car il y a tellement à dire sur cette expérience qu’il n’est absolument pas possible de faire le tour de tout ce qui a été vu et vécu sur le 7e continent. Du voyage depuis la Tasmanie, de la vie en micro-société, de la présentation des métiers techniques et scientifiques aux différentes missions (de glaciologie, sismologie, étude de la faune locale) et à la préparation du Raid… Il faudrait plusieurs séances de trois heures pour couvrir l’ensemble, mais Annabelle tente de profiter au maximum de sa présence – et les élèves de la sienne.

A Montfort, un panneau entier est dédié au projet Embarquez en Antarctique. A gauche, le journal de bord d’Annabelle (en rose) a été imprimé dans son intégralité.

De mon point de vue extérieur, je ne suis pas habitué aux classes de collège. A vrai dire, je n’ai pas eu l’occasion d’y retourner depuis que je suis entré en seconde. Et n’étant pas spécialement pédagogue, j’appréhendais un peu l’ambiance lors des interventions d’Annabelle. Mes préjugés en ont pris un coup, puisque tous les élèves étaient attentifs. Et je dirais même, absorbés. Par le discours, par les images, par le voyage, une représentation d’un rêve devenu réalité sous leurs yeux. Le témoignage comme un dépaysement, mais aussi une façon de transmettre des valeurs. Ainsi, Annabelle se donne un point d’honneur à signifier l’importance – et la diversité ! – des métiers techniques présents à la base de Dumont D’Urville. Mais aussi sur les méthodes, les techniques utilisées par les scientifiques pour récupérer leurs données, et ainsi montrer explicitement comment elles ont été obtenues, avant d’être envoyées aux classes. Certains moments sont attendus, et je peux anticiper les réactions. Ce sont notamment les premières photos et vidéo d’icebergs qui provoquent des soupirs d’admiration ; ou les rires, discrets, qui accompagnent la course craintive de manchots Adélie.

Au jeu des questions, sur les classes rencontrées, ce sont celles de 3e du collège Germaine Tillion (La Mézière) qui osent le plus parler avec Annabelle – certains ayant, on le croirait, appris par coeur le journal de bord qu’elle communiquait en ligne. Là aussi, de multiples sujets sont abordés, sur les conditions de vie en milieu extrême par exemple, mais aussi sur la possibilité de participer à de telles expéditions. Parce qu’une telle expérience de terrain leur donne également l’envie de partir ; et la possibilité est bien présente. Les garçons prennent beaucoup la parole ; les filles, plus réservées, sont par contre très affairées à prendre des notes. Les crayons griffonnent, les pages se tournent à un rythme soutenu.

A Montfort ou Moellan, les échanges sont plus feutrés, peut-être dus à une timidité ; mais ça n’empêchera pas quelques intrépides d’aller à la rencontre de l’enseignante en fin d’intervention, là aussi dans l’expression d’un désir de voyage – et d’avenir professionnel. En bonus de cette aventure humaine : un t-shirt signé par tous les élèves de La Mézière en cadeau pour Annabelle ; et un gigantesque (emphase sur le gigantesque) goûter préparé par ceux de Montfort. Annabelle se dévoue pour goûter TOUS les gâteaux. Il y en a une quarantaine. Nous sommes encore sans nouvelles de son estomac.

Les professeurs de collège sont quant à eux unanimes sur les bienfaits du projet « Embarquez en Antarctique » et de ce qu’il a pu leur apporter, à eux et aux élèves. En premier c’est très souvent la notion du concret qui revient dans le discours. En suivant Annabelle dans cette expédition, les élèves ont pu voir comment ce qu’ils apprennent en classe peut être mis en application, avec de nombreux exemples de métiers – et pas que scientifiques. Certains se sont d’ailleurs trouvé une véritable passion pour les métiers techniques. C’est une approche pédagogique qui permet de sortir des simples manuels, de prendre du recul sur ce qui est appris, de réfléchir sur des questions, et d’y apporter des éléments de réponse avec « du vrai ». Pas des pages de bouquin. Mais une véritable expérience de terrain. De leur côté, les enseignants ont pu constater la fascination de l’Antarctique par leurs élèves – ils l’ont même vécue eux-mêmes ! – et la richesse dans leur travail interdisciplinaire. Le nombre de données envoyées par Annabelle étant des plus conséquents, chacun se retrouve avec de multiples envies et idées de projets avec lesquels faire participer leurs classes, car l’aventure est loin de s’arrêter. Il s’agit au contraire d’un point de départ.

Les icebergs de l’Antarctique se dévoilent à Moellan sur Mer

On pourrait être tenté de croire que ce voyage en Bretagne est la dernière étape du projet Antarctique. Il n’en est rien. D’autres interventions et conférences seront données par Annabelle ; les témoignages des professeurs et élèves qui ont participé à l’aventure sont en train d’être collectés. Je n’oserais trop vous en dire de peur de spoiler mais d’une façon ou d’une autre, Embarquez en Antarctique a encore beaucoup à partager.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *