Twitter et autres réseaux sociaux comme outils de communication

Apparus au départ comme des moyens pour permettre aux personnes de rester en contact et d’échanger sur le web, les réseaux sociaux se sont immiscés peu à peu dans les grandes sphères médiatiques du quotidien, et ont gagné celles de tous les organismes, entreprises ou institutions. En 2017, on peut affirmer sans trop de craintes qu’il n’y a que peu d’entités morales qui ne soit présente sur Facebook, Twitter et leurs pendants professionnels comme LinkedIn ou Viadéo. Les réseaux sociaux pour afficher sa présence, son existence, et pour parler de ce qu’on fait. Mais à l’utilisation de ces technologies forcément récentes sur l’échelle de notre histoire (pour rappel, la démocratisation de Facebook en France s’est faite en 2007/8, pas même encore dix ans) il faut réfléchir à leur usage, et communiquer de la sorte ne sera pas toujours chose aisée.

Je prendrai pour appuyer mon discours un évènement récent de la Maison pour la Science en Alsace (MSA) auquel j’ai participé le 27 janvier dernier : il s’agissait d’une visio-conférence donnée en directe par l’enseignante Annabelle Kremer en directe de la base polaire Dumont D’Urville (située en Antarctique, soit près de 17 000 km de distance, une bagatelle pour la puissance du web) depuis un amphithéâtre de l’Université de Strasbourg rempli de 500 élèves de classes de primaire/collège. Ces classes ont été réunies ce jour là comme le point d’orgue d’un projet de longue haleine appelé « Embarquez en Antarctique » pendant lequel elles ont pu suivre au jour le jour le voyage d’Annabelle Kremer jusqu’à la base de Dumont D’Urville et appréhender la réalité du terrain scientifique en milieu extrême. A cela plusieurs objectifs, et notamment de montrer d’une part le caractère inter-disciplinaire de la recherche scientifique, mais aussi – et surtout – l’importance des corps de métiers n’appartenant pas à la Recherche et présents sur la base : parce qu’un chercheur peut être le plus brillant des scientifiques, on comptera plutôt sur l’expertise d’un plombier pour réparer un problème de tuyauterie – ou d’un boulanger pour faire du pain. Et ainsi de suite.

Une conférence en direct, donc, précédée et suivie de multiples interventions de la part des représentants des organismes impliqués dans le projet (Université de Strasbourg, IPEV, Jardin des Sciences, EOST, MNHN, et ainsi de suite), pour laquelle on m’a confié la mission d’assurer l’animation sur les réseaux sociaux de la MSA. Smartphone au poing, caméra et appareils photos embarqués, une connexion 4G au poil dans l’amphi : le matériel nécessaire pour faire de l’évènementiel 2.0. Mais encore faudrait-il réfléchir à plusieurs points :

  • A qui vais-je communiquer ? Avec qui ?
  • Comment intéresser son public ?
  • Quel-s est/sont le-s message-s que à faire passer ?
  • Quels supports de communication utiliser (photos,  textes, illustrations, vidéos) ?
  • Quel point de vue adopter ?

La réflexion sur l’action du communicant ne peut se résumer à une liste de 5 questions – et je n’ai pas la prétention d’avoir réponse à tout, mais dans la simple mission d’un « anime les réseaux sociaux pendant une matinée » peut en découler beaucoup de pistes. En premier lieu c’était l’axe de communication. Le côté « évènementiel » m’a semblé par exemple primordial : on ne réunit pas tous les jours 500 enfants pour faire un Skype en direct de l’Antarctique. Ce caractère exceptionnel était à privilégier, parce qu’évidemment qu’il y aura une certaine facilité à interpeller les personnes en leur montrant quelque chose d’exceptionnel, mais aussi que pour l’image de la MSA – et des autres acteurs impliqués – il y a un message très fort à faire passer en montrant ce qu’il est capable d’accomplir en rassemblant les forces, savoirs, moyens et motivations de tous horizons. Jouer alors sur l’ambiance, le caractère ludique (on est en présence de centaines d’enfants, rappelons-le), une certaine idée de « fun » – mais au détriment du sérieux derrière tout ça ? Et l’aspect scientifique ? Et la recherche ? Et la démarche expérimentale ? Faire un choix, c’est aussi renoncer et en ce 27 janvier il n’était hélas pas possible de montrer tous les aspects du projet – à mettre en parallèle du risque de saturation des réseaux sociaux, puisque trop d’informations tue l’information.

Dans un second temps, de quelle façon communiquer ? Twitter, Facebook et consorts offrent des possibilités, et sur la forme et sur le fond. Afficher l’enthousiasme, utiliser des citations des intervenants, mais jouer beaucoup sur le côté vivant également : photos, vidéos – jusqu’à retransmettre en direct sur les réseaux sociaux la conférence en direct sur Skype (un retransmission en direct d’un direct, vous me suivez ?), tels ont été mes choix pour maximiser l’impact de cette matinée, et la communication tout autour. Avec des résultats plutôt probants puisque le direct a été consulté par une bonne centaine de personnes, que les publications ont été appréciées – et sur Twitter, et sur Facebook par après, et que des premières données web nous ont montré une forte augmentation de la fréquentation du site à partir du moment où la communication sur cet #AntarctiqueLive, tel qu’il fut nommé, a commencé.

Voyez plutôt : 10 000 personnes sur Facebook, 37 000 sur Twitter, ont été touchées de près ou de loin par cette aventure. Tout en sachant que ces chiffres se limitent au mois de janvier, cela représente plus de la moitié de la capacité du Stade de France. Pas mal, non ?

Une réussite à mettre en relief avec l’axe de communication choisi, bien qu’il faille concentrer à présent les efforts sur les côtés plus « sérieux » de cet évènement, et du projet de son ensemble. Des efforts qui se poursuivront dans les prochains mois et seront également abordés par ici : à suivre…

En guise d’illustration, je vous renvoie au Storify ci-dessous, un outil très pratique qui regroupe l’intégralité de mon activité sur la plate-forme Twitter durant ces quelques heures. Vous pourrez constater des multiples possibilités offertes en termes de communication sur le réseau Twitter.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 mars 2017

    […] pour un moment d’échange et d’éducation – je ne vous refais pas le topo, puisque j’en parlais par ici. Mais comme je vous le mentionnais également, ce projet a été monté avec la Maison pour la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *