Le jeu et le plaisir d’apprendre par Eric Westhof

Crédits MSA

Crédits MSA

Le jeu et le plaisir d’apprendre

 « le jeu est le travail de l’enfance », J. Piaget.

« François Jacob, dans l’excellent livre « Le jeu des possibles », a écrit que l’évolution fait du bricolage ; cette image, simple en apparence, aide à comprendre comment nos molécules évoluent, comment nous évoluons en tant qu’organismes vivants : les molécules du vivant n’inventent pas à chaque fois leur repliement dans l’espace et les façons de faire de la chimie et de la catalyse. En réalité, selon les besoins, le hasard et la nécessité, l’évolution exploite ce qui existe déjà pour le transformer, le changer, l’affiner si besoin est. Tout comme un bricoleur dans son garage, ou un mécanicien dans un endroit reculé sans pièces de rechange à portée de main. Les merveilleux rouages de nos machines moléculaires, et le cerveau en fait partie, sont constitués d’assemblages modulaires de pièces diverses et variées, utilisées maintes fois dans des fonctions diverses et parfois inattendues.

Au-delà du fait que l’évolution darwinienne est au centre de la biologie humaine et de la biologie tout court, quel rapport y a-t-il avec l’éducation ? Parce que ces mêmes processus sont mis en œuvre dans les actions de La main à la pâte et des Maisons pour la science où l’expérimentation est au centre du dispositif. Parce que le jeu, avec ce qu’il comporte de hasard et de nécessité, est au centre de l’apprentissage et du développement cognitif. C’est en jouant, c’est en expérimentant, que l’on apprend, que l’on découvre, que l’on dévoile, que l’on relie, que l’on structure le monde extérieur. Le jeu pousse à l’investigation et encourage la curiosité. Ensuite notre cerveau se prend au jeu et le jeu peut finalement devenir un travail et le travail un jeu. Et que le travail soit un jeu n’est pas uniquement valable pour les athlètes du tennis ou du rugby. C’est suite à de longs apprentissages, à des suites d’efforts personnels réguliers, à de nombreuses joutes, à l’acquisition d’automatismes, que ces athlètes parviennent à maîtriser et à contrôler leur force, leurs muscles, leurs jeux de jambes et la vitesse des balles. De même, notre cerveau attiré et fasciné par le jeu, a besoin par des efforts réguliers, d’apprentissages récurrents et de l’acquisition d’automatismes pour devenir plus efficace et plus performant. Ne dit-on pas que l’on joue de la musique ? Mais quelle astreinte régulière et quelle ascèse sont nécessaires pour en maîtriser suffisamment les éléments ! Le jeu est au cerveau ce que l’exercice sportif est au muscle.

Jouer pour apprendre et apprendre en jouant. Le jeu aide à accepter l’effort, à surmonter les difficultés, à poursuivre malgré les échecs. Le jeu n’est pas que frivole ou léger même si, certes, tous les jeux n’ont pas la même valeur ou le même potentiel éducatif. Les singes ne sautent pas de branche en branche uniquement pour échapper aux prédateurs ou attraper des fruits ; il s’agit aussi de jeux et de détente. Mais, comme le dit un dicton japonais, même les singes tombent des arbres. A nouveau, c’est le jeu qui permet de surmonter l’échec, de relever le défi, d’apprendre de ses erreurs. De nombreux jeux existent, avec différents niveaux de jeu (purement ludique, avec imitation et simulation, avec des règles) adaptés à l’âge et à l’évolution et aux apprentissages visés. Le jeu est souvent associé à la compétition, à la confrontation et à la concurrence entre personnes et intérêts individuels. Mais les jeux, souvent spontanément, conduisent très vite aussi à d’autres apprentissages, tels que la coopération, l’argumentation, l’organisation, la mise en place de règles, en bref l’apprentissage de la démocratie.

Les vocations scientifiques sont précoces. Et dans la grande majorité des cas, le jeu en est l’origine. Pas nécessairement par le biais de la boîte du petit chimiste ou du parfait électricien. A ce stade, c’est quasiment acquis. Non, tout simplement en ramassant et en comparant des cailloux, ou en s’émerveillant devant la consistance d’une vinaigrette ou d’une mayonnaise obtenue à partir d’éléments ne possédant pas ces aspects extérieurs et qualités gustatives. Dès lors, ne pas étouffer mais plutôt promouvoir le goût du jeu chez les enfants, l’entretenir, l’orienter sans doute un peu. Certes, la compétition avec tablettes et autres jeux électroniques est forte. Mais, là aussi, de nouveaux outils et moyens pédagogiques, uniquement limités par notre imagination, sont ouverts et disponibles.

Les potentiels du cerveau humain en créativité, adaptabilité, résilience et évolution sont phénoménaux. En ce sens, tout dogmatisme le concernant reflète un manque de compréhension ou d’humilité intellectuelle. L’essence du jeu est « adogmatique », car le jeu est ancré dans l’aléatoire des interactions, et donc dans le tâtonnement, l’expérimentation, les essais, parfois hasardeux, et les erreurs, parfois salutaires. »

D’après un discours d’Eric Westhof, représentant local de l’Académie des sciences, président du comité de pilotage de la Maison pour la science en Alsace

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *