Sortir de l’entre-soi – Penser sa pratique, lui (re)donner un sens : émergence de la créativité par le pas de côté #1

Sortir de l’entre-soi – Penser sa pratique, lui (re)donner un sens : émergence de la créativité par le pas de côté

Quand l’innovation passe par l’autre

NB : Ce billet a été inspiré par l’appel à communication  »La recherche objet de recherche : réflexivité et distanciation critique », mais le manque de temps, toujours lui, dans le tourbillon de projets passionnants…

« La recherche est une activité sociale, professionnelle, productrice de savoirs et, directement ou indirectement, de progrès et de richesses. C’est une activité qui, comme toute activité socioprofessionnelle, a ses codes, ses réseaux, ses dimensions éthique et déontologique. Elle est une activité par nature innovante avec la production de nouveaux savoirs ou la mise en œuvre de nouvelles méthodes pour répondre à d’anciennes ou de nouvelles questions, pour alimenter des débats. » Appel à proposition de communication « La recherche objet de recherche : réflexivité et distanciation critique

« Durant toute ma carrière, j’ai essaye d’oeuvrer au mieux pour aider ceux qui, comme vous et votre équipe, pensent que la formation a l’esprit scientifique, a l’esprit critique est une nécessité pour le  fonctionnement harmonieux des sociétés et l’épanouissement des citoyens.’’ Jacques Reisse, chercheur épistémologue de la chimie à l’occasion de l’Ecole interdisciplinaire : parler un langage commun organisée en octobre 2016

A l’origine de cette article, conçu comme un retour d’expérience de terrain appuyé sur les résultats de Master recherche de Jean-Daniel Hihi (Hihi, 2016 – pdf), il y a la rencontre entre une recherche doctorale, ou plutôt un questionnement en fil rouge, et un nouveau cadre professionnel. Après avoir étudié l’émergence de la réflexivité (dans les discours et dans la pratique) chez les doctorants en biologie dans le cadre de ma thèse (Faury, 2012), j’ai gardé comme fil conducteur la question suivante : à quelles conditions un individu, au sein d’un collectif, peut-il être réflexif et critique sur sa propre pratique ? Cette question peut se transposer de la manière suivante dans le contexte de cette publication : à quelles conditions une chercheuse ou un chercheur peut-il être réflexif et critique sur sa propre pratique, à partir d’un cadre donné et au sein d’un collectif ? Nous avions en effet discuté avec Julie Henry et Barthélémy Durrive (Durrive, Henry et Faury, 2012) des conditions de possibilité du dialogue interdisciplinaire, comme source de réflexivité pour soi, par l’autre. Les Espaces réflexifs[1], lieu collectif d’écriture numérique depuis 2012, nous ont également permis, avec l’ensemble des co-auteurs et en particulier avec Marie-Anne Paveau, d’explorer la réflexivité comme un pas de côté fécond (Paveau, 2013).

Depuis mon travail doctoral au sein du laboratoire de Joëlle Le Marec (Le Marec, 2002), j’ai été imprégnée par une conception de la réflexivité comme moteur pour l’action, et non comme méditation contemplative ou encore suspension de l’action. Ce qui m’amène à penser que la réflexivité dans et pour l’action constitue le ferment d’une action pertinente car réfléchie : penser (dans) l’action. Ce que souligne cette dernière phrase semble trivial a priori, mais les institutions ne sont pas toujours structurées pour que cela soit évident (Le Marec, 2010), notamment par le développement de l’entre-soi, zone de travail où le questionnement ne porte pas sur la manière même dont l’on travaille, entre semblables, mais pousse plutôt à creuser le sillon, dans des logiques d’efficacité d’une action qui n’est pas réinterrogée dans son sens ou dans son adéquation entre sens et forme.

Quels sont donc les relations entretenus entre réflexivité, action et émergence ? Quels sont les rapports entre réflexivité, créativité et innovation ? Quelles sont les effets d’une pensée de l’action sur l’action elle-même ? Peut-on seulement « penser dans l’action » ? Autant de questions qui guideront cet article sur le terrain situé de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, structure de développement professionnel des enseignants, au bénéfice des élèves de la maternelle jusqu’au collège, dont j’assure avec enthousiasme la direction depuis novembre 2012, entourée par une équipe incarnant jour à présent la puissance du collectif et de l’intelligence collective.

La Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, un terrain professionnel avant d’être un terrain de recherche ou de recherche-action

Origine et objectifs de la Maison pour la science en Alsace

Depuis 2012, et soutenu par les investissements d’avenir, la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs est un laboratoire d’idées et de pratiques innovantes cherchant à améliorer la qualité de l’enseignement des sciences à l’école et au collège, dans le sillage de La main à la pâte. Elle développe pour cela des actions de développement professionnel (formation continue) à destination des professeurs et s’inscrit dans la démarche initiée en 1995 par Georges Charpark, Pierre Léna et Yves Quéré (Charpark, 2005 ; et voir historique dans le mémoire de Master de J-D.Hihi, 2016).

La Maison pour la science mobilise des professeurs, la communauté scientifique et le monde de l’entreprise dans un lieu d’incubation et de co-construction, situé au cœur de l’Université de Strasbourg, et conduit grâce à ses rencontres et collaborations des actions de formations des professeurs au sein de l’Université et des établissements scolaires, au plus près des besoins du terrain, grâce au partenariat avec le rectorat de l’Académie de Strasbourg et en lien avec les réformes de l’enseignement actuelles.

L’implication importante, soutenue par l’institution, des acteurs de la recherche de l’Université de Strasbourg et de l’Université de Haute Alsace contribue à une implication responsable de la recherche dans la société, comme un engagement dans l’éducation des nouvelles générations de citoyens.

Les acteurs de la recherche et les formateurs de l’éducation nationale, travaillant en coopération, visent en effet les objectifs suivants :

  • Rendre les sciences intelligibles et intéressantes par le contact avec la recherche actuelle, les sciences vivantes (acteurs, lieux, méthodes, instruments…) ;
  • Permettre aux enseignants, notamment du 1er degré, d’oser faire des sciences, et d’avoir plaisir à enseigner les sciences ;
  • Mettre les enseignants en situation d’observation, d’expérimentation (démarche d’investigation dans le sillage de La main à la pâte) pour transmettre cette démarche aux élèves ;
  • Développer l’approche interdisciplinaire dans l’enseignement ;
  • Développer l’inter-degré ;
  • Accompagner des projets d’équipe pédagogiques dans les établissements, avec le soutien des directions et en coopération avec les corps d’inspection ;
  • Contribuer à l’égalité des chances : ruralité, zone d’éducation prioritaire, filles/garçons, handicap ;
  • Ouvrir le champ des possibles (diversité des métiers, orientation des élèves) :
  • Construire l’esprit critique – Education à la citoyenneté (rapport à la construction des savoirs – épistémologie explicite) ;

Un état d’esprit, issu de l’expérience de la pratique de recherche comme dialogue et source de réflexivité sur sa propre pratique

Inspirée notamment des expériences du laboratoire junior « Enquête sur l’Homme vivant », par les travaux de Joëlle Le Marec et Baudouin Jurdant et par l’existence de lieu de recherche sur la recherche comme le GERSULP (« Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur »), l’action de la Maison pour la science en Alsace s’intègre dans une démarche de bénéfices réciproques (Hihi, 2016), de meilleure conscience de ce que l’on fait par le croisement des perspectives, par l’articulation des disciplines, des métiers, des contextes professionnels.

Ce « pas de côté » me paraît nécessaire à l’engagement de chacun, acteurs de l’enseignement et acteurs de la recherche, depuis là où chacun agit et parle, avec ses compétences propres, reconnues et valorisées, pour l’action collective et co-responsable.

« (…) l’envie de partager et transmettre une science de qualité, impliquant une réflexion de qualité sur la science. (…) Bienveillance entre scientifiques de divers horizons, nous sommes tous naïfs de l’expertise et de l’expérience du voisin, bienveillance à l’adresse de nos jeunes qui méritent d’être amenés à la beauté (rigoureuse, mais de rigueur jouissive) des sciences. » René Rezsohazy, chercheur épistémologue de la biologie

De la mise à jour des connaissances à la modification profonde des pratiques d’enseignement en passant par une épistémologie explicite, les formations que nous construisons demandent que les enseignants ET les chercheurs impliqués passent par une étape d’explicitation, de décalage, source de réflexivité par l’oralisation (voir les travaux de Baudouin Jurdant). Le parti pris ou plutôt le pari même des formations développées par la Maison pour la science est que ce pas de côté est source de modification profonde des pratiques d’enseignement des sciences, de la maternelle au collège, et donc des manières dont les élèves apprenent les sciences avec leur professeurs (article Annabelle, mémoire Annabelle, article collègue Annabelle cahiers pédagogiques). Et les chercheurs impliqués ? Quels effets ce travail de co-construction avec d’autres professionnels, d’autres disciplines, d’autres façons de parler de science a-t-il sur leurs discours et leurs pratiques ? Le travail de Master de recherche de Jean-Daniel Hihi (2016) donne des pistes intéressantes à ce sujet, qui mériteraient d’être encore explorées à mon sens quant au potentiel réflexif et critique des acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur, au bénéfice de l’émergence de pratiques créatives et innovantes, notamment pédagogiques[2], dans la mesure où elles sont pensées profondément quant à leur sens, dans un contexte donné.

[1] reflexivites.hypotheses.org

[2] L’Université de Strasbourg s’est doté d’une structure dont l’objectif précis et central est justement la modification des pratiques pédagogiques de l’enseignement supérieur, et qui mobilise des pratiques et des mises en mots sources de réflexivité bénéfique à l’action : l’Institut de Développement et d’Innovation Pédagogique (IDIP).


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *